Tests DVD / Blu-ray

[Test Blu-ray 4K] Spider-Man (8 Movie Collection)

LE FILM (Spider-Man)

Synopsis:

Peter Parker, adolescent ordinaire, est transformé en un extraordinaire superhéros après avoir été mordu accidentellement par une araignée radioactive. Quand son oncle bien aimé est sauvagement assassiné durant un cambriolage, le jeune Peter fait le serment d’utiliser ses pouvoirs pour venger sa mort. Se proclamant Spider-Man, il se donne pour mission de vider les rues du crime, en entrant en conflit avec le super-vilain maléfique, le Bouffon Vert.

Casting:

Réalisateur – Sam Raimi.
Acteurs & Actrices – Toby Maguire, Kirsten Dunst, Willem Dafoe, James Franco, J.K. Simmons…

Bande annonce:

Critique: ★★★★☆

Inventive et maîtrisée, cette adaptation de l’homme araignée est une pure réussite, portée par une réalisation enlevée et un casting au top. Avec son style vintage et sa tonalité singulière (mais si juste), le long-métrage livre une origin story particulièrement convaincante, puisant principalement sa force dans le développement de ses personnages. A l’inverse de la plupart des films de super-héros d’aujourd’hui, Sam Raimi prend effectivement le temps d’approfondir l’ensemble des protagonistes, les rendant de ce fait extrêmement attachants. Alors certes, l’usage de quelques clichés pour les caractériser pourrait évidemment être perçu comme un défaut d’écriture, mais la démarche globale est tellement honnête, et le résultat final si concluant, qu’on en arrive à fermer les yeux sur cette faiblesse mineure. Surtout que les acteurs délivrent aussi, de leur côté, un travail fabuleux pour leur donner vie, en particulier le duo composé de Tobey Maguire et Kirsten Dunst.

LE BLU-RAY (Spider-Man)

Caractéristiques (4K):

Audio – Dolby Atmos : Anglais / Dolby Digital TrueHD 7.1 : Anglais / DTS-HD Master 5.1 : Français.
Image – 2160p UHD / 1.85:1.
Sous-titres – Anglais, Français, Néerlandais.
Durée – 121 minutes.

Bonus

/

Éditeur – Sony Pictures Home Entertainment.

Avis:

Si le plaisir de revoir le film demeure intact, même plus de 15 ans après sa sortie en salle, la découverte de la restauration 4K effectuée par Sony s’avère, quant à elle, un peu décevante. Non seulement l’image souffre d’un grain trop prononcé durant tout le long-métrage, mais la définition se montre également assez vacillante, passant successivement de bonne à très moyenne au gré des séquences. Même la colorimétrie semble ne pas avoir été retravaillée. Heureusement, l’apport du HDR rééquilibre quelque peu les forces en proposant, notamment, de belles séquences nocturnes. Côté sonore, le constat est nettement plus réjouissant puisque le disque nous gratifie de deux pistes d’excellente facture pour apprécier le film : l’une en Dolby Atmos (VO) et l’autre en DTS-HD Master (VF). Enfin, on regrettera néanmoins, pour finir, l’absence pure et simple de bonus. Il est évident que retourner de nouveaux modules uniquement pour cette édition était fort peu probable, mais il aurait été au moins judicieux de joindre au disque les suppléments de l’époque.

———————————————————————————————————————————————————————————————

LE FILM (Spider-Man 2)

Synopsis:

Écartelé entre son identité secrète de Spider-Man et sa vie d’étudiant, Peter Parker n’a pas réussi à garder celle qu’il aime, Mary Jane, qui est aujourd’hui comédienne et fréquente quelqu’un d’autre. Guidé par son seul sens du devoir, Peter vit désormais chacun de ses pouvoirs à la fois comme un don et comme une malédiction. Par ailleurs, son amitié avec Harry Osborn est elle aussi menacée

Casting:

Réalisateur – Sam Raimi.
Acteurs & Actrices – Toby Maguire, Kirsten Dunst, Alfred Molina, James Franco, J.K. Simmons…

Bande annonce:

Critique: ★★★★☆

Entre son méchant charismatique, ses scènes d’action spectaculaires et son émotion palpable, Spider-Man 2 est une suite tout sauf décevante. En mettant sa créativité visuelle au service d’un récit encore plus palpitant, Sam Raimi délivre en effet un film encore plus impressionnant. Sur la forme, tout d’abord, puisque le long-métrage regorge de plans iconiques et de scènes d’action haletantes, mais également sur le fond, étant donné que les enjeux qui entourent le héros s’avèrent encore plus travaillés que dans le volet précédent. On appréciera notamment la belle réflexion autour des incertitudes de Peter à assumer ses nouvelles responsabilités de super-héros. Une réflexion plus sombre, mature et émouvante, qui confère indéniablement au film une plus grande profondeur. Côté casting, si les jeunes acteurs se montrent toujours aussi convaincants, ils sont cette fois accompagnés par un Alfred Molina époustouflant en Otto Octavius.

LE BLU-RAY (Spider-Man 2)

Caractéristiques (4K):

Audio – Dolby Atmos : Anglais / Dolby Digital TrueHD 7.1 : Anglais / DTS-HD Master 5.1 : Français.
Image – 2160p UHD / 2.40:1.
Sous-titres – Anglais, Français, Néerlandais.
Durée – 127 minutes.

Bonus

/

Éditeur – Sony Pictures Home Entertainment.

Avis:

Contrairement au premier film, la restauration 4K de Spider-Man 2 se révèle largement plus satisfaisante. Certes, on note toujours la présence de grain à l’image mais nettement moins qu’auparavant, rendant dès lors le visionnage beaucoup plus agréable. Malgré quelques baisses de régime, la définition et la colorimétrie se montrent, elles aussi, plus concluantes, joliment renforcées par une technologie HDR qui fait décidément des miracles. Côté audio, le constat est identique puisque le disque nous gratifie de deux pistes d’excellente facture pour apprécier le film : l’une en Dolby Atmos (VO) et l’autre en DTS-HD Master (VF). Enfin, on regrettera à nouveau, pour finir, l’absence pure et simple de bonus. Il est évident que retourner de nouveaux modules uniquement pour cette édition était fort peu probable, mais il aurait été au moins judicieux de joindre au disque les suppléments de l’époque.

———————————————————————————————————————————————————————————————

LE FILM (Spider-Man 3)

Synopsis:

Peter Parker a enfin réussi à concilier son amour pour Mary Jane et ses devoirs de super-héros. Mais l’horizon s’obscurcit. La brutale mutation de son costume, qui devient noir, décuple ses pouvoirs et transforme également sa personnalité pour laisser ressortir l’aspect sombre et vengeur que Peter s’efforce de contrôler. Dans le même temps, Spider-Man doit faire face deux des pires méchants de l’histoire, l’Homme-Sable et Venom.

Casting:

Réalisateur – Sam Raimi.
Acteurs & Actrices – Toby Maguire, Kirsten Dunst, Thomas Haden Church, James Franco, Topher Grace, J.K. Simmons…

Bande annonce:

Critique: ★★★☆☆

Après deux premiers volets géniaux, Spider-Man 3 s’avère malheureusement être une conclusion relativement décevante à la trilogie de Sam Raimi. Si le long-métrage se veut à nouveau extrêmement inventif, tant sur le fond que sur la forme, l’équilibre entre la multitude de thèmes, de personnages et d’enjeux exploités est cette fois assez précaire. Il en ressort du coup un film un peu bancal, dont on ne peut pas nier le côté bâclé et bourratif. Un constat d’autant plus regrettable que, sur le plan visuel, ce troisième opus se montre une nouvelle fois incroyablement généreux. En dehors du grand spectacle offert par les scènes d’action, on appréciera notamment la beauté général des séquences. A l’image par exemple de la naissance de l’Homme-Sable, superbe moment de cinéma ! Un film qualitativement en dessous des précédents en somme, mais qui reste malgré tout de bonne facture.

LE BLU-RAY (Spider-Man 3)

Caractéristiques (4K):

Audio – Dolby Atmos : Anglais / Dolby Digital TrueHD 7.1 : Anglais / DTS-HD Master 5.1 : Français.
Image – 2160p UHD / 2.40:1.
Sous-titres – Anglais, Français, Néerlandais.
Durée – 139 minutes.

Bonus

/

Éditeur – Sony Pictures Home Entertainment.

Avis:

Que dire sur le Blu-ray 4K de Spider-Man 3 si ce n’est qu’il s’agit incontestablement du meilleur transfert UHD de la trilogie. Non seulement le grain de l’image est plus discret, mais la définition s’avère aussi plus pointue, les contrastes plus vifs et les couleurs plus énergiques. De quoi apprécier au mieux tous les détails de l’image (décors, costumes, aspérités du visage…). La technologie HDR, quant à elle, renforce une nouvelle fois joliment la luminosité, rendant notamment bien plus agréable toutes les séquences nocturnes. Côté audio, le constat est identique puisque le disque nous gratifie de deux pistes d’excellente facture : l’une en Dolby Atmos (VO) et l’autre en DTS-HD Master (VF). Enfin, on regrettera à nouveau, pour finir, l’absence pure et simple de bonus. Il est évident que retourner de nouveaux modules uniquement pour cette édition était fort peu probable, mais il aurait été au moins judicieux de joindre au disque les suppléments de l’époque.

———————————————————————————————————————————————————————————————

LE FILM (The Amazing Spider-Man)

Synopsis:

Abandonné par ses parents lorsqu’il était enfant, Peter Parker a été élevé par son oncle Ben et sa tante May. Il est aujourd’hui au lycée, mais il a du mal à s’intégrer. Comme la plupart des adolescents de son âge, Peter essaie de comprendre qui il est et d’accepter son parcours. Amoureux pour la première fois, lui et Gwen Stacy découvrent les sentiments, l’engagement et les secrets. En retrouvant une mystérieuse mallette ayant appartenu à son père, Peter entame une quête pour élucider la disparition de ses parents, ce qui le conduit rapidement à Oscorp et au laboratoire du docteur Curt Connors, l’ancien associé de son père.

Casting:

Réalisateur – Marc Webb.
Acteurs & Actrices – Andrew Garfield, Emma Stone, Rhys Ifans, Sally Field, Martin Sheen…

Bande annonce:

Critique: ★★★☆☆

Extrait de ma critique du 10/07/2012.

Indépendamment de la précédente trilogie, je pense qu’on ne peut pas nier que The Amazing Spider-Man est tout de même un bon divertissement car sans être forcément novateur, le film tient la route. Néanmoins, c’est très difficile de considérer ce film indépendamment des films de Raimi car ces derniers sont assez récents et personnellement, je n’ai jamais réussi à m’en détacher complètement. J’y ai pensé tout du long et je ne suis jamais parvenu à me défaire de ce sentiment de déjà-vu. Pourtant, le film de Webb n’est pas un vulgaire copier-coller de la version de Raimi dans la mesure où ce Peter Parker est sensiblement différent de l’autre. En effet, l’absence de ses parents est ici clairement évoquée et forge considérablement le personnage. En outre, il apparaît beaucoup plus dans l’ère du temps et même si on a peut-être un peu plus de mal à s’identifier à lui que pour Tobey Maguire, il apparaît en définitive un peu plus humain. Sinon, en ce qui me concerne, j’ai vraiment préféré la première heure du film qui s’attache à décrire les personnages et surtout la découverte des pouvoirs de Peter. Comme je m’y attendais, c’est la partie que Marc Webb a le plus réussie selon moi. L’autre n’est pas ratée pour autant mais les scènes d’action ne m’ont pas laissé un grand souvenir, si ce n’est pour leur aspect visuel très soigné. Une remarque qui vaut d’ailleurs pour l’ensemble du film.

Mais comme je le disais en introduction, la différence majeure entre la saga précédente et celle-ci vient du renouvellement du casting. Et c’est à mon sens l’atout premier (le seul diront certains) du film de Webb car je dois avouer que Andrew Garfield et Emma Stone m’ont fait une bonne impression. Je ne vais pas les comparer à Tobey Maguire et Kirsten Dunst car ce sont des acteurs que j’apprécie aussi beaucoup et si j’ai autant aimé la trilogie de Raimi, c’est en grande partie grâce à eux. Néanmoins, j’ai trouvé que ce duo fonctionnait tout aussi bien et que pour un premier opus, l’émotion était déjà bien présente entre les deux protagonistes. Les personnages ne sont évidemment pas complètement différents de ceux de Raimi vu qu’il s’agit d’un reboot mais les deux acteurs les rendent en tout cas plus modernes et peut-être plus attachants. Même si encore une fois, la performance de Tobey Maguire et Kirsten Dunst ne m’avait vraiment pas déplu. La seule ombre au tableau concerne ici Rhys Ifans qui n’a absolument aucun charisme en tant que méchant. Ce qui est dommage car du coup, j’ai trouvé que son opposition avec Andrew Garfield manquait cruellement d’intensité.

LE BLU-RAY (The Amazing Spider-Man)

Caractéristiques (4K):

Audio – Dolby Atmos : Anglais / Dolby Digital TrueHD 7.1 : Anglais / DTS-HD Master 5.1 : Français, Allemand.
Image – 2160p UHD / 2.40:1.
Sous-titres – Anglais, Français, Néerlandais.
Durée – 136 minutes.

Bonus

/

Éditeur – Sony Pictures Home Entertainment.

Avis:

Dans la lignée du Spider-Man précédent, Sony signe ici un transfert UHD absolument irréprochable, dénué du grain des versions antérieures. D’une redoutable précision, l’image impressionne surtout par sa définition sans faille, ses textures incroyables, ses couleurs sombres, ses contrastes enchanteurs ou encore ses détails extrêmement riches. C’est bien simple, le Blu-ray traditionnel – qui était pourtant convaincant à sa sortie – fait terne à côté. Au niveau audio, le constat est identique aux tests précédents puisque le disque nous gratifie à nouveau de deux pistes d’excellente facture : l’une en Dolby Atmos (VO) et l’autre en DTS-HD Master (VF). Claires et puissantes, celles-ci séduisent notamment par leur équilibre parfait entre musiques, sons et dialogues. Enfin, on regrettera une nouvelle fois, pour finir, l’absence pure et simple de bonus. Il est évident que retourner de nouveaux modules uniquement pour cette édition était fort peu probable, mais il aurait été au moins judicieux de joindre au disque les suppléments de l’époque.

———————————————————————————————————————————————————————————————

LE FILM (The Amazing Spider-Man 2)

Synopsis:

Après ses spectaculaires débuts dans Captain America : Civil War, le jeune Peter Parker découvre peu à peu sa nouvelle identité, celle de Spider-Man, le super-héros lanceur de toile. Galvanisé par son expérience avec les Avengers, Peter rentre chez lui auprès de sa tante May, sous l’œil attentif de son nouveau mentor, Tony Stark. Il s’efforce de reprendre sa vie d’avant, mais au fond de lui, Peter rêve de se prouver qu’il est plus que le sympathique super-héros du quartier. L’apparition d’un nouvel ennemi, le Vautour, va mettre en danger tout ce qui compte pour lui.

Casting:

Réalisateur – Marc Webb.
Acteurs & Actrices – Andrew Garfield, Emma Stone, Jamie Foxx, Sally Field, Dane DeHaan…

Bande annonce:

Critique: ★★★☆☆

Extrait de ma critique du 21/04/2014.

Que dire sur ce second volet des aventures de l’homme araignée, version Marc Webb, si ce n’est qu’il s’inscrit sensiblement dans la même veine que le précédent. A savoir celle d’un divertissement honnête qui souffre néanmoins de trop de défauts que pour vraiment prétendre à plus. Le plus important de tous étant peut-être son scénario qui accumule pendant plus de 2 heures pas mal d’incohérences et de ficelles narratives. Rien qui empêche au final d’apprécier le film, fort heureusement, mais suffisamment tout de même que pour remarquer que l’ensemble ne tient pas forcément la route. En outre, si le réalisateur se montre une nouvelle fois très à l’aise pour développer la relation entre Peter et Gwen, ainsi que pour répondre à certaines questions liées au passé du jeune homme, la mise en scène qu’il propose est loin d’être flamboyante, en particulier durant les scènes d’action. Certes, le visuel du film est à nouveau très soigné, et offre bien sûr quelques magnifiques séquences (l’affrontement avec Electro entre autres), mais la réalisation en matière d’action ne laisse toutefois pas un souvenir exceptionnel. Ce n’est clairement pas l’aspect du long-métrage que Webb maîtrise le mieux et cela se ressent nettement. On regrettera par exemple l’utilisation abusive de ralentis qui ne se justifient pas toujours.

Cependant, de manière générale, ce deuxième opus reste malgré tout assez plaisant car il peut selon moi s’appuyer sur les mêmes qualités que pour le premier film. A savoir un développement intéressant autour de la mort des parents de Peter et un casting impeccable au niveau des premiers rôles. Ainsi, le duo formé par Andrew Garfield et Emma Stone fonctionne toujours aussi bien et les acteurs parviennent à nouveau à distiller une belle émotion. C’est pour moi l’une des grandes satisfactions de cette nouvelle trilogie tant ils réussissent à s’approprier les personnages tout en les rendant dans le même temps extrêmement modernes. Et je dis ça en ayant pourtant adorer le duo précédent composé de Tobey Maguire et Kirsten Dunst. Côté méchants, j’ai en revanche été un peu déçu par les prestations de Dane DeHaan et Jamie Foxx qui en font des tonnes. En particulier d’ailleurs le premier qui peine à s’imposer dans la peau de Harry Osborn alors qu’avant lui, James Franco était immédiatement crédible. Néanmoins, pour leur défense, il faut tout de même souligner que la construction scénaristique de leur personnage laisse tellement à désirer qu’il en devient du coup difficile de convaincre. Enfin, il est intéressant de noter que, comparé au film précédent, celui-ci jouit d’une BO carrément plus épique et mémorable qui doit beaucoup à l’arrivée dans l’équipe de Hans Zimmer, en lieu et place de James Horner.

LE BLU-RAY (The Amazing Spider-Man 2)

Caractéristiques (4K):

Audio – Dolby Atmos : Anglais / Dolby Digital TrueHD 7.1 : Anglais / DTS-HD Master 5.1 : Français, Allemand.
Image – 2160p UHD / 2.40:1.
Sous-titres – Anglais, Français, Néerlandais.
Durée – 141 minutes.

Bonus

/

Éditeur – Sony Pictures Home Entertainment.

Avis:

Comme son prédécesseur, The Amazing Spider-Man 2 bénéficie d’un master 4K sans faille. Outre sa définition impressionnante et ses contrastes redoutables, on appréciera tout particulièrement le rendu hallucinant des couleurs. Les sources lumineuses, générées par le personnage d’Electro, explosent notamment la rétine à de nombreuses reprises. De quoi offrir un spectacle visuel absolument grandiose ! Côté audio, le constat est toujours identique aux tests précédents puisque le disque nous gratifie à nouveau de deux pistes d’excellente facture : l’une en Dolby Atmos (VO) et l’autre en DTS-HD Master (VF). Des pistes spectaculaires qui jouissent d’un encodage minutieux et qui proposent une immersion totale. Enfin, on regrettera une nouvelle fois, pour finir, l’absence pure et simple de bonus. Il est évident que retourner de nouveaux modules uniquement pour cette édition était fort peu probable, mais il aurait été au moins judicieux de joindre au disque les suppléments de l’époque.

———————————————————————————————————————————————————————————————

LE FILM (Spider-Man – Homecoming)

Synopsis:

Peter Parker trouve son bonheur entre sa vie de héros, bondissant d’un gratte-ciel à l’autre, et les doux moments passés aux côtés de Gwen. Mais être Spider-Man a un prix : il est le seul à pouvoir protéger ses concitoyens new-yorkais des abominables méchants qui menacent la ville. Face à Electro, Peter devra affronter un ennemi nettement plus puissant que lui. Au retour de son vieil ami Harry Osborn, il se rend compte que tous ses ennemis ont un point commun : Oscorp.

Casting:

Réalisateur – Jon Watts.
Acteurs & Actrices – Tom Holland, Robert Downey Jr., Michael Keaton, Marisa Tomei, Jacob Batalon, Laura Harrier, Zendaya…

Bande annonce:

Critique: ★★★☆☆

Après la première trilogie très réussie de Sam Raimi, suivi du reboot plus dispensable de Marc Webb, l’homme araignée revient, cette année, sur grand écran. Et si ce retour n’atteint jamais le niveau du triptyque avec Tobey Maguire, il s’avère néanmoins beaucoup plus justifié que les deux films avec Andrew Garfield. Ici, pas question effectivement de revenir sur la naissance du super-héros, avec tout ce que cela implique comme redite (découverte et apprentissage des pouvoirs, création du costume…), l’intérêt est davantage porté sur son intégration dans le MCU. A ce titre, Spider-Man – Homecoming s’inscrit d’ailleurs dans la parfaite continuité de Captain America – Civil War, le long-métrage faisant clairement référence à la première apparition du personnage parmi les Avengers. A la différence des précédentes adaptations, cette version de Spider-Man est toutefois volontairement plus jeune, ce qui donne lieu à une atmosphère adolescente plus légère. Une tonalité singulière qui constitue paradoxalement à la fois une force et une faiblesse. Une force car il se dégage de l’œuvre une fraîcheur agréable, mais aussi une faiblesse car les aventures du héros paraissent, du coup, bien insignifiantes. Dans le rôle de Peter Parker, Tom Holland s’impose sans avoir besoin de forcer son talent, s’appuyant notamment sur ses qualités athlétiques pour se montrer convaincant dans le costume de l’homme araignée. A ses côtés, outre les apparitions remarquées de Robert Downey Jr., on retiendra surtout l’implication de Michael Keaton dans le rôle du Vautour. Enfin, la mise en scène de Jon Watts déçoit par contre quelque peu, se révélant par exemple incapable d’insuffler du dynamisme aux scènes d’action sans les rendre illisibles.

LE BLU-RAY (Spider-Man – Homecoming)

Caractéristiques (4K):

Audio – Dolby Atmos : Anglais / Dolby Digital TrueHD 7.1 : Anglais / DTS-HD Master 5.1 : Français.
Image – 2160p UHD / 2.39:1.
Sous-titres – Anglais, Français, Néerlandais.
Durée – 133 minutes.

Bonus

  • Le Guide d’Étude de l’Araignée : une Piste Contextuelle de Faits.

Éditeur – Sony Pictures Home Entertainment.

Avis:

Fort de son rendu UHD, et surtout de sa technologie HDR, le Blu-ray 4K de Spider-Man – Homecoming est un véritable bijou sur le plan technique. Sublimées par une définition exemplaire et des contrastes éclatants, les images impressionnent en effet par leur niveau de précision. On appréciera ainsi tout particulièrement le rendu sensationnel des nombreux effets lumineux qui les composent, le costume du vautour notamment ! Du côté des pistes audio, la VO s’illustre en Dolby Atmos (ou en Dolby Digital TrueHD 7.1 si vous ne disposez pas de l’équipement nécessaire), tandis que la VF profite, quant à elle, d’un encodage DTS-HD Master 5.1 extrêmement solide. L’une comme l’autre assure un spectacle de qualité, mais la VO est tout de même à privilégier pour sa gestion spatiale plus convaincante. Enfin, au niveau des bonus, le disque ne propose qu’un seul supplément. Un constat assez regrettable, surtout que l’édition sortie 2 ans plus tôt (déjà 4K) offrait, quant à elle, une multitude de suppléments.

———————————————————————————————————————————————————————————————

LE FILM (Spider-Man – New Generation)

Synopsis:

Spider-Man : New Generation suit les aventures de Miles Morales, un adolescent afro-américain et portoricain qui vit à Brooklyn et s’efforce de s’intégrer dans son nouveau collège à Manhattan. Mais la vie de Miles se complique quand il se fait mordre par une araignée radioactive et se découvre des super-pouvoirs : il est désormais capable d’empoisonner ses adversaires, de se camoufler, de coller littéralement aux murs et aux plafonds ; son ouïe est démultipliée…

Casting:

Réalisateurs – Bob Persichetti, Peter Ramsey, Rodney Rothman.
Acteurs & Actrices – Shameik Moore, Jake Johnson, Hailee Steinfeld, Mahershala Ali…

Bande annonce:

Critique: ★★★★☆

Critique en préparation…

LE BLU-RAY (Spider-Man – New Generation)

Caractéristiques (4K):

Audio – Dolby Atmos : Anglais / Dolby Digital TrueHD 7.1 : Anglais / DTS-HD Master 5.1 : Français.
Image – 2160p UHD / 2.39:1.
Sous-titres – Anglais, Français, Néerlandais.
Durée – 117 minutes.

Bonus

  • Les commentaires des réalisateurs.
  • Un court-métrage inédit : spider-cochon pris pour un jambon.

Éditeur – Sony Pictures Home Entertainment.

Avis:

Avis en préparation…

———————————————————————————————————————————————————————————————

LE FILM (Spider-Man – Far From Home)

Synopsis:

L’araignée sympa du quartier décide de rejoindre ses meilleurs amis Ned, MJ, et le reste de la bande pour des vacances en Europe. Cependant, le projet de Peter de laisser son costume de super-héros derrière lui pendant quelques semaines est rapidement compromis quand il accepte à contrecœur d’aider Nick Fury à découvrir le mystère de plusieurs attaques de créatures.

Casting:

Réalisateur – Jon Watts.
Acteurs & Actrices – Tom Holland, Robert Downey Jr., Jake Gyllenhaal, Marisa Tomei, Jon Favreau, Cobie Smulders, Zendaya…

Bande annonce:

Critique: ★★★☆☆

Extrait de ma critique du 05/07/2019.

Après un Avengers – Endgame encore dans tous les esprits, Spider-Man revient sur le devant de la scène dans un second volet survolté toujours signé Jon Watts. Et si l’ombre des Avengers plane incontestablement sur les nouvelles aventures de l’homme araignée, celles-ci se révèlent toutefois nettement moins dramatiques. A l’instar du premier opus (Homecoming), Far From Home séduit en effet immédiatement par sa légèreté, conséquence – notamment – d’un casting rajeuni qui confère à la franchise une fraîcheur bienvenue. Cependant, cette légèreté constitue aussi paradoxalement une faiblesse puisqu’elle débouche généralement sur des situations quelque peu insignifiantes. Pas de quoi néanmoins entacher le plaisir de visionnage puisqu’avec une vingtaine de films au compteur (MCU), il apparaît bien difficile pour Marvel de pousser encore davantage le curseur sans basculer dans la surenchère pure et simple. Il n’empêche que le long-métrage, dans sa globalité, affiche tout de même de vrais problèmes de construction, les différents actes du récit manquant cruellement de liant pour s’enchaîner avec fluidité. Un défaut que l’on peut certainement imputer à la tonalité allègre de l’ensemble, cette dernière entrant fréquemment en conflit avec l’ambition sous-jacente du scénario.

Avec le personnage de Mysterio, et surtout les rebondissements qui découlent de sa présence, le film distille effectivement une réflexion intéressante autour de la notion de croyance. Envers les super-héros, bien sûr, mais également de manière générale, symbolisant ainsi le besoin irrépressible de la population de croire (même en n’importe quoi). A bien y réfléchir, cette thématique imprègne d’ailleurs profondément toutes les strates de l’histoire. Toujours concernant le script, on appréciera aussi le développement accordé au héros. Contrairement à d’autres blockbusters du même type, il bénéficie en effet d’un réel approfondissement. L’occasion de saluer la performance entière de Tom Holland, l’acteur britannique profitant des rares séquences plus émotionnelles pour offrir à son personnage une belle épaisseur dramatique. A ses côtés, Jake Gyllenhaal assure l’essentiel sans toutefois briller, la faute notamment à une construction narrative ne lui permettant de se révéler que (trop) tardivement. Dans un rôle assez limité, Zendaya séduit aussi par son espièglerie et son humour. Pour finir, si la réalisation de Jon Watts progresse clairement en lisibilité, on est encore loin d’un résultat totalement réjouissant.

LE BLU-RAY (Spider-Man – Far From Home)

Caractéristiques (4K):

Audio – Dolby Atmos : Anglais / Dolby Digital TrueHD 7.1 : Anglais / DTS-HD Master 5.1 : Français.
Image – 2160p UHD / 2.39:1.
Sous-titres – Anglais, Français, Néerlandais.
Durée – 129 minutes.

Bonus

/

Éditeur – Sony Pictures Home Entertainment.

Avis:

Dans la lignée de Spider-Man – Homecoming, Spider-Man – Far From Home s’offre un Blu-ray 4K assez remarquable sur le plan technique. L’image bénéficie en effet d’une définition sans faille, de contrastes efficaces et d’une palette de couleurs particulièrement riche. Sans parler de la multitude de détails qui nous sautent aux yeux grâce au rendu UHD. Des spécificités des costumes aux aspérités des visages en passant par les textures des éléments de décor, la plupart des plans nous gratifient d’une belle profondeur. Côté audio, la VO s’illustre en Dolby Atmos (ou en Dolby Digital TrueHD 7.1 si vous ne disposez pas de l’équipement nécessaire), tandis que la VF profite, quant à elle, d’un encodage DTS-HD Master 5.1 extrêmement solide. L’une comme l’autre assure un spectacle de qualité, mais la VO est tout de même à privilégier pour sa gestion spatiale plus convaincante. Enfin, le constat est toujours particulièrement décevant en matière de bonus puisque, comme la plupart des éditions précédentes, le disque ne propose pas le moindre supplément. Un défaut regrettable dans la mesure où ceux-ci existent bel et bien dans la version classique du film.

Disponible à partir du 13 novembre 2019 en DVD, Blu-ray et Blu-ray 4K (Belgique).

À propos de Wolvy128

Créateur et rédacteur en chef du site. Passionné de cinéma depuis mon plus jeune âge, je profite de ce blog pour partager ma passion au quotidien.

Discussion

2 réflexions sur “[Test Blu-ray 4K] Spider-Man (8 Movie Collection)

  1. Étonnante et inattendue cette collection/compilation de films Spider-Man. Elle permet au moins de voir l’évolution du traitement et de choisir sa version préférée.

    Publié par princecranoir | novembre 14, 2019, 6:55
    • Tout à fait ! J’ai une grosse préférence pour la trilogie de Sam Raimi de mon côté. Même si d’un point de vue technique (4K), elle est – fort logiquement – un peu moins convaincante que les productions récentes.

      Publié par Wolvy128 | novembre 14, 2019, 9:10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :