Interprétations de Films

[Interprétation] Interstellar – Analyse et éléments d’explication

ATTENTION ! Article contenant des spoilers !

Affiche interstellarAprès avoir découvert le film mercredi soir, et publié ma critique le lendemain, je reviens à nouveau aujourd’hui sur le grandiose Interstellar, pour partager cette fois mon interprétation de l’histoire. Non pas que ce soit absolument nécessaire pour pouvoir apprécier le long-métrage, mais le scénario se révèle néanmoins suffisamment intelligent et profond que pour se risquer à pousser plus loin la réflexion. Il faut dire que Christopher et Jonathan Nolan se sont associés au célèbre physicien Kip Thorne, un des plus grands experts dans les applications de la théorie de la relativité générale, pour élaborer leur scénario. Il en résulte du coup une base scientifique extrêmement solide, qui donne clairement matière à réfléchir.

L’idée de l’article est donc de pouvoir aborder quelques thèmes importants du film et d’apporter des éléments d’explication aux différentes questions qui se posent à l’issue du visionnage. J’essayerais, comme d’habitude, d’argumenter au maximum mon interprétation, même si certains concepts sont tellement complexes et abstraits qu’il faudra certainement faire preuve d’ouverture d’esprit pour les assimiler. Ou au moins les accepter tels qu’ils sont présentés dans le film. N’étant pas calé en la matière, je ne me risquerais effectivement pas à contester les différentes théories, simplement à les interpréter dans le cadre du récit.

Pour rappel, Interstellar est le nouveau film de Christopher Nolan (Inception, Le Prestige, The Dark Knight Trilogy). Il raconte les aventures d’un groupe d’explorateurs qui utilisent une faille récemment découverte dans l’espace-temps afin de repousser les limites humaines et partir à la conquête des distances astronomiques dans un voyage interstellaire. On peut notamment retrouver au casting Matthew McConaughey (Cooper), Anne Hathaway (Brand), Michael Caine (Professeur Brand), Jessica Chastain (Murphy), Casey Affleck (Tom) et Mackenzie Foy (Murphy jeune).

Pour bien comprendre l’intrigue générale du film, ainsi que le dénouement final, je pense qu’il est tout d’abord indispensable d’avoir une parfaite vision chronologique des événements marquants de l’histoire. Cela peut sembler quelque peu superflu à première vue, mais étant donné que le temps fait partie intégrante du récit, et qu’il varie continuellement en fonction du lieu où les personnages se trouvent, cela me semble assez important de dresser, pour commencer, un bref résumé du voyage extraordinaire auquel on assiste pendant près de 3 heures.

RésuméUne fois la chronologie des événements clairement assimilée, il est maintenant possible de rentrer dans le vif du sujet en abordant directement les différents concepts scientifiques exploités dans le film, et en tentant de répondre aux grandes questions qui en découlent. L’une des premières notions présentées n’est autre que le trou de ver, un objet hypothétique qui relierait deux régions distinctes de l’espace-temps, et se manifesterait d’un côté, comme un trou noir et, de l’autre, comme un trou blanc. Son fonctionnement est très bien expliqué dans le film et le concept a d’ailleurs été repris au cours du temps dans de nombreuses productions de science-fiction. Concrètement, c’est grâce à ce trou de ver que les 12 astronautes, ainsi que Cooper et son équipage par la suite, parviennent à franchir en quelques minutes une distance qui leur prendrait normalement des centaines d’années, et ainsi d’avoir accès à une nouvelle galaxie composée de planètes potentiellement habitables. En d’autres termes, ce trou de ver leur offre donc ni plus ni moins qu’une chance de sauver l’humanité, au moment critique où la Terre est justement en train d’agoniser. Néanmoins, les informations ne pouvant pas traverser le trou de ver sans en ressortir de manière complètement erratique, il est impossible de réellement communiquer avec la Terre une fois l’avoir franchi. D’où l’idée d’envoyer une simple impulsion sonore (ping) pour indiquer si une planète est colonisable ou pas. Et c’est à la suite de la réception de 3 signaux positifs que la mission de sauvetage emmenée par Cooper peut démarrer.

Une mission pas franchement compliquée à comprendre dans sa globalité, si ce n’est peut-être les deux distorsions temporelles que subissent les protagonistes. Celles-ci sont dues au trou noir, engendré par le trou de ver. Effectivement, à proximité du trou noir (dans son orbite), le temps est altéré. Et c’est justement le cas de la planète Miller, le premier site qu’ils explorent, qui est très proche du trou noir. Une heure sur place équivaut ainsi à environ 7 ans sur Terre. Dès lors, comme c’est précisé dans le film, il est fort possible que le vaisseau de l’astronaute chargée d’envoyer le ping venait en fait tout juste de sombrer. Ce qui explique la présence des débris en surface et l’émotion palpable de Brand. Quoi qu’il en soit, Cooper et Brand perdent une vingtaine d’années terrestres dans l’aventure, et le choc est rude pour Cooper lorsqu’il découvre par vidéos ses enfants à l’âge adulte. La seconde distorsion provient, quant à elle, du temps passé en vol aux abords du trou noir lorsqu’ils se dirigent vers la planète Edmunds, le dernier site à visiter. Cooper et Brand y perdent cette fois environ 70 ans. Un temps extrêmement conséquent qui explique à la fois l’âge très avancé de Murphy lorsque Cooper la rencontre dans la station spatiale à la fin du film, mais aussi la mort du fiancé de Brand sur la planète Edmunds. Cette deuxième distorsion temporelle laisse ensuite place au dernier acte du film, dans lequel Cooper s’éjecte du vaisseau, pénètre à l’intérieur du trou noir avec le robot TARS, traverse l’horizon des événements et arrive miraculeusement dans le tesseract.

MillerMais qu’est-ce que le tesseract au juste ? Si on se réfère aux informations présentes sur la toile, il s’agirait en fait d’un cube en 4 dimensions. Autrement dit, le tesseract serait au cube ce que le cube est au carré. Dans le film, le cube (3 dimensions) est représenté par la bibliothèque donnant sur la chambre de Murphy, tandis que la quatrième dimension (le temps) permet à Cooper de voyager à différentes périodes de l’Histoire. Pour autant, le film nous rappelle à plusieurs reprises que même si le temps est modulable, il est impossible de modifier le passé. En clair, ce qui s’est passé s’est passé, et restera inchangé quoi qu’il arrive. A l’intérieur du tesseract, Cooper découvre qu’il est en fait le fantôme de sa fille car il peut communiquer avec elle grâce à la puissance de la gravité du trou noir. Cela se traduit par des petites vibrations qu’il opère sur les livres, la poussière sur le sol ou encore les aiguilles d’une montre. De cette façon, il lui transmet des messages avec en point d’orgue la résolution de l’équation obtenue grâce aux données recueillies par TARS au cœur du trou noir. Une équation qui aboutira à une technologie permettant à l’humanité de quitter la Terre pour partir s’installer dans une station spatiale aux alentours du trou noir. Comme le révèle Cooper à TARS dans le tesseract, ce qui l’anime, c’est un sentiment d’amour infini, seule puissance capable de transcender le temps et l’espace. Un amour infini qui guide également Brand vers la planète où son compagnon a atterri.

En ce qui concerne la suite des événements pour Cooper, deux interprétations du dénouement final sont possibles selon moi :

  • Soit il périt après avoir contacté Murphy (dans le trou noir ou à l’extérieur par manque d’oxygène) et ses dernières pensées vont directement à sa fille, comme le docteur Mann l’avait prédit. Son esprit compose alors une sorte de lieu idyllique dans lequel il la revoit une dernière fois avant de partir rejoindre Brand.
  • Soit il est éjecté du trou noir avec TARS et est repêché par la station spatiale construite par les humains grâce aux informations transmises à Murphy des dizaines d’années plus tôt. Il tient sa promesse et revoit sa fille une dernière fois, près de 100 ans après son départ, avant de partir rejoindre Brand, la seule personne de sa génération encore vivante.

Pour ma part, j’opte pour la deuxième solution. D’abord parce que je suis de nature plutôt optimiste et que j’aime à croire que Cooper puisse enfin vivre sa propre vie, après s’être donné tant de mal à défendre celle de l’humanité tout entière. Mais aussi, et surtout, car certains éléments du final ne collent tout simplement pas si on considère que Cooper n’est jamais sorti vivant du trou noir. En effet, s’il a vraiment péri après avoir contacté sa fille, son esprit ne devrait-il pas alors reconstituer, comme dernier endroit, un lieu connu tel que la Terre plutôt qu’une station spatiale complètement inconnue ? Et ne devrait-il pas non plus rencontrer une jeune Murphy, ou une Murphy à l’âge adulte, plutôt qu’une vieille femme totalement inconnue pour lui ? Autant d’éléments qui me font finalement dire que Cooper s’en est bel et bien sorti, et a une véritable chance de vivre le reste de sa vie avec Brand.

MannCependant, au-delà de la situation personnelle de Cooper, la fin du film pose également pas mal de questions. La plus importante de toute étant peut-être de savoir en fin de compte qui tire les ficelles ? Au fil du récit, on peut effectivement constater que certains éléments ne sont pas là par hasard, mais semblent être le fruit de forces supérieures. A commencer par l’apparition du trou de ver. Qui l’a ouvert ? Car offrir un accès à une galaxie présentant 3 planètes habitables pour l’humanité, pile au moment où celle-ci en a le plus besoin, n’a vraiment rien d’une coïncidence, surtout si on considère le peu de planètes viables. L’ouverture du trou est volontaire. Tout comme le tesseract ! Qui l’a créé ? Dans le film, Cooper émet l’hypothèse qu’il s’agirait d’une technologie des humains du futur, capables alors de manipuler les 5 dimensions. Maîtrisant les voyages dans le temps, ceux-ci auraient ainsi créé le trou de ver et le tesseract pour aider leurs ancêtres à sauver l’humanité, par le biais de Cooper dont ils savaient qu’il allait pénétrer dans le trou noir. Mais s’ils ont la possibilité de manipuler le temps, pourquoi alors ne pas simplement transmettre la résolution de l’équation à l’humanité plutôt que de faire cet énorme jeu de piste avec Cooper (trou de ver, planètes potentiellement habitables, trou noir, tesseract…) ? Simplement car toute interaction avec le passé peut avoir des conséquences inconnues et potentiellement catastrophiques. En effet, le meilleur moyen de préserver son futur, c’est encore de ne pas déformer le passé.

Du coup, on peut imaginer que les humains du futur ont une trace précise de l’enchaînement des événements qui mènent à la survie de l’humanité, et donc à leur propre survie, et s’attachent donc à reproduire exactement les mêmes actions pour ne rien bouleverser. En d’autres termes, c’est une boucle temporelle linéaire où chacun doit faire sa part. Cooper sauve l’humanité en transmettant les données nécessaires à la résolution de l’équation à Murphy, l’humanité évolue technologiquement et crée le trou de ver (ainsi que le tesseract) dans le passé pour aider Cooper à… sauver l’humanité. Et ainsi de suite ! L’autre possibilité est que l’origine du trou de ver et du tesseract soit extra-terrestre. Lorsque Cooper communique avec TARS dans le tesseract, ce dernier évoque effectivement « les êtres du bulk » comme étant les responsables de la technologie. Une appellation qui n’invalide aucune théorie mais qui peut avoir son importance si on considère que TARS aurait certainement mentionné les humains s’ils étaient les véritables responsables. A moins qu’il ne s’agisse justement du terme désignant les humains ultra-évolués du futur. Personnellement, je n’adhère pas spécialement à la thèse extra-terrestre car, contrairement aux humains du futur, ils n’ont aucun motifs évidents pour sauver l’humanité. Mais c’est néanmoins une théorie à ne pas écarter, car tout à fait plausible, même si rien dans le film ne nous indique clairement qu’ils puissent être à l’origine du trou du ver ou du tesseract.

TerreEn définitive, vous l’aurez compris, au-delà du spectacle grandiose et émouvant qu’il propose, Interstellar est également un long-métrage qui donne énormément à réfléchir, de par les nombreux concepts scientifiques qu’il exploite. Les termes de trou de ver, anomalie gravitationnelle ou tesseract suscitent en effet immédiatement pas mal d’interrogations, dont la plupart trouvent finalement une réponse, ou tout du moins des éléments de réponse, dès lors qu’on s’implique véritablement dans le film. C’est l’une des grandes forces de Christopher Nolan : être capable d’offrir un divertissement impressionnant sur le plan formel sans pour autant négliger l’aspect réflexif du récit. Du coup, on se divertit sans être pris pour des idiots, et en nous incitant en plus à se triturer les méninges pour faire la lumière sur certaines zones d’ombre. Alors bien sûr, quelques questions subsistent tout de même (notamment sur la situation finale de Cooper ou l’origine de l’aide qu’il reçoit) mais le scénario est néanmoins assez intelligent que pour distiller suffisamment de clés d’interprétation, et ainsi pouvoir se faire sa propre opinion.

Quoi qu’il en soit, j’espère que cet article vous aura permis de mieux appréhender les événements marquants de l’histoire, et pourquoi pas d’obtenir une réponse aux questions que vous pouviez vous poser en sortant de la salle. J’espère aussi qu’il vous aura donné envie de revoir le film avec un autre regard. Je le recommande en tout cas vivement car, qu’on veuille pousser la réflexion au maximum ou simplement profiter du fantastique spectacle, Interstellar ne laisse assurément pas indifférent. Comme d’habitude, n’hésitez pas à réagir si vous avez des questions, des remarques ou même, qui sait, une interprétation différente de la mienne. C’est le but de l’article.

PS: Je vous laisse pour terminer avec deux chouettes infographies, réalisées par Dogan Can Gundogdu et stoifics42, qui retracent la ligne du temps des grands événements du film.

À propos de Wolvy128

Créateur et rédacteur en chef du site. Passionné de cinéma depuis mon plus jeune âge, je profite de ce blog pour partager ma passion au quotidien.

Discussion

264 réflexions sur “[Interprétation] Interstellar – Analyse et éléments d’explication

  1. Bonjour et merci pour votre article sur Interstellar, un film qui, j’imagine, va secouer la toile quelque temps et c’est tant mieux car les enjeux décrits dans le film sont in fine la survie de notre espèce et nous ferions mieux, comme l’a proclamé récemment Elon Musk, de nous atteler à coloniser le système solaire puis aller encore plus loin pour ne pas disparaître.

    Depuis que j’ai vu le film, j’ai surtout été « embêté » par le paradoxe temporel induit par l’intervention des humains du futur. Car, pour qu’ils soient dans le futur, il faut que l’humanité aie survécu et donc que les évènements du films se soient déroulés au moins une fois. Or, le trou de ver est clairement une création artificielle (selon les théories scientifiques, lorsqu’un trou de ver se crée, il ne « vit » que très très peu de temps et il faut une intervention extérieure pour le maintenir ouvert).
    Et s’il a été créé, c’est donc que l’ humanité a survécu (j’exclue l’hypothèse extra-terrestre).

    Et puis après un auto-brainstorming intensif, deux neurones se sont touchés : Eureka !
    En fait, ce que nous voyons se déroule dans un univers parallèle à notre propre ligne temporelle qui s’est créée au moment même où le trou de ver s’est ouvert.

    Explications : afin de résoudre les problèmes de paradoxes temporels, des scientifiques ont imaginé que toute intervention dans le passé créerait une nouvelle ligne temporelle différente de la première.
    On peut imaginer alors que les évènements du film sont les mêmes au début sauf pour l’existence du trou de ver. Et les humains n’ont donc pas eu accès au trou de ver. Donc seule la mission emportant des gamètes a pu quitter la Terre et survivre. Tous les autres humains sont morts sur la Terre. On peut imaginer que le périple du vaisseau a duré très très très longtemps avant de trouver une planète habitable et que la colonisation a finalement pu se faire.
    Après moult générations, les humains de la première ligne temporelle ayant gardé trace de leurs origines et après avoir maîtrisé les technologies nécessaires ont décidé d’intervenir en modifiant la gravité non seulement dans le passé mais aussi dans la seconde ligne temporelle (le tesseract) pour sauver plus d’humains et offrir un avenir meilleur aux hommes.

    Dès la première modification sur le passé, une nouvelle ligne temporelle dans laquelle se déroule le film est générée résolvant le paradoxe temporel induit par le scénario.

    Après, pour creuser scientifiquement plus loin, nous avons un gros problème concernant les voyages interstellaires : nous ne savons pas encore protéger efficacement les astronefs des rayons cosmiques issus de supernovae notamment (rayons gamma…). Même transportés à l’état d’ovules fécondés congelés, ces rayons détruiraient l’ADN des gamètes s’ils ne sont pas protégés.

    J’aime énormément ce film : il est plaisant à regarder, la musique de Hans Zimmer (ah l’orgue !) est sublime, et il ouvre au grand public la porte à la réflexion sur des thèmes très pertinents. Merci M. Nolan.

    Publié par VIOTTI Philippe | novembre 8, 2014, 8:51
    • Bonjour Philippe et tout d’abord merci pour ce commentaire argumenté qui me fait bien plaisir. Pour une première réaction à l’article, c’est parfait ! D’autant plus que je vous rejoins dans le paradoxe temporel que vous soulevez. En même temps, rares sont les films qui ne soulèvent pas de paradoxe lorsqu’ils abordent la thématique du voyage dans le temps. J’avoue personnellement ne pas avoir réfléchi en profondeur à cet élément mais l’explication que vous avancez me semble tout à fait plausible. Quoi qu’il en soit, j’ai moi aussi énormément apprécié ce film (grosse claque émotionnelle et réflexive) et je trouve effectivement qu’il offre au grand public une réflexion très intéressante.

      Publié par Wolvy128 | novembre 8, 2014, 3:22
    • Je suis de l’avis de se commentaire (excluant l’idée d’extraterrestres etc) et par conséquent de se paradoxe dû à la création de ce trou de ver qui est le résultat d’une intervention « supérieure » cela dit :

      d’un autre côté, si les humains « gamètes » déforment le passé pour créer une nouvelle ligne temporelle qui ferait survivre les humains originels, alors les humains gamètes n’existent plus, car le fait que les humains originels survivent ne les poussent pas à repeupler l’espèce avec les ovules prévus du plan B. (Je ne sais pas si je suis très très clair… et j’ai peut être pas vraiment saisit le commentaire dans sa globalité du coup)

      Par ailleurs, dans une interview Nolan dit :
      By the end of Cooper’s journey, the wormhole is gone. It’s up to us now to undertake the massive journey of spreading out across the face of our galaxy. Brand is still somewhere out there on the far side of the wormhole. The wormhole has disappeared entirely. It’s gone.

      IGN: And he has to try and get to Brand in this little ship?

      Nolan: That’s the idea.

      (Source : http://uk.ign.com/articles/2014/11/08/jonathan-nolan-interstellar-spoilers)

      Ce qui veut dire que le passage vers l’autre galaxie où Brand se trouve n’existe plus au moment où Cooper fini de communiquer avec sa fille dans le tesseract. Je pense donc que la maxi navette qui transporte l’humanité part à la recherche de la planète d’Edmund et donc de celle de Brand SANS passer par le passage de Jupiter qui n’existe plus.

      Si ce que je dis se tient, alors l’humanité part survivre sur une autre planète (celle d’Edmund dans l’idéal du film ou une autre trouvé en chemin peu importe) et l’espèce humaine devient ensuite assez évoluée pour pouvoir créer se trou dans le passé pour aider l’humanité à survivre.

      Dans ce cas là, il est alors logique que le trou noir qui fournit le passage vers une autre galaxie est le résultat d’une création d’intelligence supérieur servant à donner la connaissance nécessaire pour la survie de l’humanité et la boucle est bouclé. Les hommes qui quittent la terre vont évoluer sur une autre planète et créer se passage dans le passé afin d’assurer la survie, ce qui a déjà été fait pour ses hommes et qui va se rejouer etc… Car mine de rien, avec une idée d’un espace temps modulable au point de « maitriser » futur et passé, fait alors de l’homme non plus qu’un acteur de son présent mais aussi un acteur du passé pour obtenir un futur.
      Un autre problème se pose alors : Pourquoi les humains du futurs n’auraient-ils simplement pas créer un autre passage ou maintenu celui de Jupiter pour facilité les choses? Là on peut encore émettre des centaine d’hypothèses : plus assez de ressources pour etc.

      Mais j’aime penser qu’il suffit d’un seul passage pour communiquer une connaissance primordiale pour l’humanité et sa survie. Un seul passage permet de lui faire rendre compte d’une vie possible ailleurs, et de découvrir par soi-même de nouvelles notions pour faire avancer l’homme. Ce que je veux dire, c’est que d’intervenir sur le passé pour faire rendre compte de connaissances, d’informations etc permet de faire évoluer l’homme; mais de l’aider directement, pourrait changer alors le futur car l’homme n’aurait pas évoluer de lui même en comprenant ce nouvelle environnement qu’est l’espace, il n’aurait pas évoluer normalement comme il le fait depuis des siècles, c’est à dire par l’expérience et le raisonnement : sans qu’on lui donne une réponse toute faite.

      Je ne sais pas si je suis vraiment clair dans mon idée, l’expression écrite n’est pas mon point fort, cela dit je serai ravi de pouvoir reformuler ce qui n’est pas compris.

      Publié par blackinkpanda | novembre 11, 2014, 12:02
      • L’interview de Jonathan Nolan est beaucoup reprise ces derniers jours mais je ne sais pas si l’extrait est vraiment significatif pour dégager une interprétation étant donné qu’il commence sa réponse par « The idea in earlier drafts of the script… ». Dès lors, les informations qu’il donne concerne selon moi la réflexion qu’ils ont eue dans les premières versions du scénario, qui ne correspondent pas forcément au rendu final. Mais ce n’est qu’un avis personnel, peut-être parle-t-il bien du film fini. Quoi qu’il en soit, cela ne change pas vraiment la donne, à part pour Cooper qui risque du coup d’avoir bien du mal à rejoindre Brand. A moins que la navette qu’il emprunte à la fin soit dotée d’une technologie particulière lui permettant de combler rapidement la distance qui le sépare de la planète Edmunds.

        Pas d’accord en revanche sur l’humanité qui part vivre sur une autre planète. Sans le trou de ver, les humains de la Terre sont pour moi incapables de rejoindre la planète Edmunds. Et aucune autre planète à leur portée n’est viable (c’était d’ailleurs l’objet de la mission). Ceux-ci vivent dans la station spatiale « Cooper » que l’on voit à la fin. Par contre, on découvre avec Brand dans les dernières minutes du film que la planète Edmunds est habitable. On peut donc supposer qu’elle mettra en place le plan B de la mission afin de la coloniser pour préserver l’humanité, et ainsi permettre aux humains d’évoluer et d’être capables à terme de sauver l’humanité (trou de ver, tesseract).

        Publié par Wolvy128 | novembre 11, 2014, 3:52
        • À partir du moment où les navettes sont créés après la découverte de l’équation de la gravité, il est peut etre possible que ces navettes justement soient doté d’une technologie contrôlant la gravité ou autre. Ainsi ils n’aurait peut etre plus besoin du trou de ver…

          Publié par Downtower | novembre 11, 2014, 8:13
        • Oui, c’est une possibilité. Et mon côté optimiste me pousse à y croire. 🙂

          Publié par Wolvy128 | novembre 11, 2014, 8:17
    • Idée interessante mais je ne suis pas vraiment d’accords pour plusieurs raisons. La première étant que la « première fois » il est impossible que des cosmonautes aient pu atteindre une autre galaxie sans utiliser le trou de ver. Cela aurait pris des milliers d’années et tous l’équipage serait mort depuis bien longtemps. De plus sans trou de ver les 3 exoplanètes potentiellement habitables n’aurait pu être observé de si loin.

      De plus il existe effectivement une théorie pour contredire le paradoxe temporelle, c’est « la théorie du grand père ». Je vais dans le passé et tue mon grand père avant la naissance de mon père. Ça paraît impossible et paradoxale mais les multivers parrallèles pourraient rendre cela possible en créant effectivement une seconde ligne temporelle lors de l’assassinat du grand père ce qui changera radicalement le futur. Mais cette hypothèse scientifique n’est pas traité dans le film étant donné que dans Interstellar il n’est pas possible de modifier le passé, ce qui me poussent à croire que le temps n’est pas réellement une ligne droite mais un seul point. Que le passé, le present et le futur aussi lointain soit il, se passe au même moment. J’ai établi plus bas une théorie à ce sujet.

      En tout cas c’est mon point de vue et je trouve hyper interressant de lire d’autres théories chacune hyper intéressantes 🙂

      Publié par Downtower | novembre 11, 2014, 8:09
      • Vous avez totalement raison concernant l’impossibilité des astronautes à rejoindre une galaxie sans le trou de ver, j’avais omis ce détail dans ma première réponse au message de Philippe. Du coup, ça invalide effectivement cette possibilité de résolution du paradoxe temporel. Un paradoxe temporel qui ne me gêne pas plus que ça en ce qui me concerne, étant donné que c’est très difficile de ne pas en provoquer lorsque l’on commence à aborder les voyages dans le temps.

        Publié par Wolvy128 | novembre 11, 2014, 8:22
        • Personnellement je ne vois que deux possibilités. La premiere c’est celle que j’ai expliqué comme quoi tout se passe en même temps mais de manière relative. Le temps est une dimension représenté par un point unique plutot qu’une ligne droite. Soit c’est une boucle temporelle d’une durée infini et qui se répète à l’infini. Les deux idées sont plausibles mais dur à admettre car notre cerveau n’est pas habitué à cela. C’est au delà de notre compréhension 🙂

          Publié par Downtower | novembre 11, 2014, 9:21
        • Je penche plutôt pour la boucle temporelle personnellement, mais il est vrai que les deux théories se valent. En tout cas, j’aime les films qui bouleversent nos convictions, et notre façon de penser, en nous emmenant dans une réflexion inédite.

          Publié par Wolvy128 | novembre 12, 2014, 12:59
    • Merci pour ce commentaire, j’étais arrivé à peu près à la même réflexion. Cependant pas besoin forcément de faire intervenir la théorie des mondes parallèles. Pourquoi les humains du futur (descendants du plan B) feraient disparaître leur civilisation (en modifiant le passé ils n’auraient jamais existé) ? On peut imaginer par exemple que les descendants du plan B vouent un culte à la terre originelle, et aient développé une nouvelle religion dont le but serait la réalisation du Plan A. On peut imaginer aussi que dans un lointain futur les humains soient à nouveau condamné à l’extinction (menace extra terrestre…) et que la seule solution qui puisse donner une chance à l’humanité soit la réalisation du plan A, qui permettrait à la nouvelle civilisation humaine de se développer beaucoup plus rapidement, et d’être prêt à parer la nouvelle menace.

      Publié par Plan C | novembre 17, 2014, 5:04
    • Pour répondre tardivement à ton 1er paragraphe je dirais : Mais le temps a-t-il un début ? Imaginons : Dans un futur proche un moi vient me prévenir de ne pas traverser la route jeudi à 15h02. Si lui a pu me prévenir, c’est qu’il a survécu à l’accident et à lui même été prévenu.Et donc moi aussi je vais survivre et le moment venu me prévenir. Ce que je veux dire c’est qu’il existe une infinité de moi ne commençant jamais. A chaque instant, si petit soit-il, un moi du futur va en prévenir un du passé, et ce à l’infini. Sans début ni fin.

      Publié par Nodjirim | décembre 24, 2014, 1:37
    • Je suis d’avis que le personnage meurt lors du premier accident du film. Par conséquent il est envoyé dans l’au delà mais, comme le dit le docteur mann, son cerveau fait un dernier effort pour contacter sa fille. Alors il part mais resiste jusqu’à la scene du « Reste » qui est immédiatement antérieure au premier voyage qui conduit au premier accident. La situation de la terre est une allégorie d’un être qui retourne à la poussière. C’est l’amour qui permet ce dernier contact et non une équation.

      Publié par baptiste | mars 24, 2015, 7:52
    • J’ai adoré le film et c’est vrai que musique ouf… De plus, Mr Nolan a discuté avec hans Zimmer lui demandant des musiques SANS Qu’il soit au courant des scénarios !

      Affaire que je ne comprend néanmoins pas dans le film. Comment cooper puisse savoir que dr Brand est bien en vie sur Edmunds ? Il prend un risque et espère que la
      Planète soit habitable ?

      Publié par Simon | août 10, 2015, 5:38
      • Probablement qu’ils ont à nouveau reçu des signaux provenant de la planète Edmunds alors qu’ils avaient cessé durant toutes ces années.

        Publié par Downtower | août 11, 2015, 5:25
        • Je penche également pour cette explication. A la fin, Murphy semble d’ailleurs consciente de la condition de Brand et encourage Cooper à aller la rejoindre.

          Publié par Wolvy128 | août 11, 2015, 5:39
  2. Merci pour cette anlyse car pour ma part je n,’ai pas pu voir la fin du film, le cinéma ayant eu une panne de courant! Ou alors, nous sommes peut-être passé par un trou noir … en tous cas votre article m’a bien aidé, car malgré l’invitation offerte par Gaumont en compensation, je ne me vois pas me retaper les 2 premières heures et 30mn du film pour voir la fin.

    Publié par Rod | novembre 8, 2014, 9:24
  3. Bonjour, merci pour ton analyse, d’ailleurs moi aussi j’ai ma petite théorie par rapport à la fin du film, elle vaut ce qu’elle vaut : je suis juste un fan des documentaires d’Arte traitant de ces sujets 😀

    Tout d’abord, je pense que le film se divise en deux partie: avant et après l’intrusion de Cooper dans le trou noir, la première partie est très scientifique basée sur les théories et concepts de grands physiciens et mathématiciens, on parle de relativité, singularité, troue de verre, distorsion de temps…des thèmes abordés par la science à commencer par Einstein. La deuxième partie ( Pénétration dans le trou noir ) est mystique, basé sur l’imagination et le fantasme des auteurs, parce que les trous noirs ne laissent rien s’y échapper et les scientifiques pour l’instant ne peuvent pas les étudier de l’intérieur, et comme on y connait rien, on peut imaginer des choses en se basant sur des croyances qui ne sont pas scientifiques mais métaphysiques voir religieux, de ce fait mon interprétation de la fin du film sera mystique et non scientifique et ça donne ce qui suit :

    Je pense que les êtres du bulk sont des humains parce que Cooper l’affirmait avec certitude, mais qui sont les humains qui peuvent se sortir de notre dimension soumise aux lois de physique pour entrer dans d’autres dimensions: les esprits humains, les âmes. la fin de « 2001, l’odyssée de l’espace » montre un homme qui mort pour donner naissance à un bébé cosmique, ce qu’on peut interpréter comme une âme, l’évolution de notre vie après la mort. ( je n’appartient à aucune secte :p, juste j’imagine une interprétation plausible )

    Des âmes qui après avoir quittées les corps, pénètrent dans un nouveau monde (dimension). Et comme les indiens d’Amérique qui invoquaient les esprits de leurs ancêtres pour qu’ils viennent a leurs secours, ce sont nos ancêtres qui vivent dans d’autres dimensions qui sont venu à l’aide des humains vivant pour sauver l’humanité de son extinction.

    Alors c’est quoi le Tesseract; c’est la création des esprits de nos ancêtres pour communiquer avec le monde des vivant, cela expliquerait les histoires qu’on entend sur les esprits qui essayent de communiquer avec notre monde, les histoires de fantômes qui hantent les maisons, et c’est pour cela que Murphy disait qu’il y avait un fantôme dans sa chambre…

    Alors, voici ce que donne l’histoire selon cette interprétation : Devant l’extinction plausible de l’humanité, les esprits de nos ancêtre ont choisi Cooper pour sauver notre monde, et ils ont communiqué avec lui à travers le Tessract, ce qui a mené Cooper à rejoindre la mission puis a atteindre le trou noir…Cooper en plongeant dans le trou noir meurt, mais ne rejoint pas l’au-dela (une autre dimension) parce que son âme est torturé et refuse de quitter ce monde tant qu’il ne trouve pas le moyen de sauver l’humanité, il est piégé, alors les ancêtres mettent à sa disposition le tessract pour communiquer avec le monde des vivants et leurs communiquer la solution à l’équation, la communication ressemble à ce qu’on voit dans les films d’horreurs, un esprit invisible qui agit sur un objet à partir d’une autre dimension. Après sa réussite, l’esprit de Cooper peut connaître la paix et continue sa traversé de la mort, en s’imaginant qu’il retrouvera sa fille et puis Brand, mais c’est juste son cerveau ( ou ce qu’il en reste ) qu’il lui joue des tours, il va juste entrer dans une nouvelle dimension, celle des morts, l’au-delà, et devenir lui aussi un être cosmiques et rejoindra Einstein, Newton, Pythagore…ceux qui ont réussi à créer le tessract 😉

    Voilà voilà :D, qu’en pensez-vous?

    Publié par FAN d'ARTE | novembre 8, 2014, 3:50
    • Bonjour, encore un commentaire ample et développé, j’adore ! 🙂

      Ce que j’en pense, c’est que c’est tout à fait cohérent comme raisonnement. Vous faites d’ailleurs bien de rappeler que tout ce qui se passe dans le trou noir, et le tesseract, est de l’ordre de la pure interprétation puisque aucune étude de l’intérieur d’un trou noir n’a vraiment été faite. Du coup, on est effectivement plus dans du mystique, ce qui ne me pose pas de problème car Nolan glisse quand même des clés d’interprétation pour pouvoir se faire sa propre opinion. Personnellement, comme expliqué dans l’article, j’ai une vision un peu moins pessimiste que vous en ce qui concerne Cooper à la fin, mais votre analyse tient parfaitement la route. C’est l’une des interprétations possibles !

      Publié par Wolvy128 | novembre 8, 2014, 4:01
      • Merci, et oui comme « 2001,l’odyssée de l’espace », je pense qu’il y aura des centaines d’interprétations, ce qui rend encore le film plus passionnant, d’ailleurs j’adhère aussi à ton analyse. thanks !

        PS : selon mon interprétation, les esprits sont aussi derrière la création du trou de verre, pour eux c’était la première solution qu’ils offraient aux humains, mais finalement la solution est venue d’ailleurs.

        Correction : « ce sont nos ancêtres qui vivent dans d’autres dimensions qui sont venu EN AIDE AUX humains vivant pour sauver l’humanité de son extinction. »

        Publié par FAN d'ARTE | novembre 8, 2014, 4:13
  4. Du très bon cette analyse ! Voilà qui donne envie de revoir le film… encore une fois ^^

    Publié par MaxLaMenace_89 | novembre 8, 2014, 4:21
    • C’est clairement un film à voir plusieurs fois pour pouvoir faire le tour des différentes dimensions. J’ai bien envie d’aller le revoir là, en espérant vivre une expérience aussi forte que la première fois !

      Publié par Wolvy128 | novembre 8, 2014, 5:06
  5. Bonjour,
    Je sors de la salle de cinema il y a un instant.. Le film est fantastique et laisse un questionnement intense sur les differentes interpretations possibles, des questions sur la physique etc… Pour ma part je tiens peut etre une explication concernant les differents temps dont tu parles dans tes interpretations … Comme tu dis ce qui c’est passé c’est passé et ne peut etre changé ..

    C’est alors la la clef d’une interpretation fort probable d’une sorte d’emboitement des temps entre, la premiere partie du film ou la fille murphy est enfant et voit le fantome, le fantome (soit cooper etant dans le tesseract), et enfin les humains du futur. En se basant sur ces faits qui ne peuvent etre changé, tous ces temps seraient donc emboité les uns dans les autres, ce qui expliquerais donc toute cette suite d’evenements qui se déroulent au final sur la mission qui dure 1ans et demi terrien environ a partir du depart de cooper en mission et en suivant son developpement. Les humains du futur ayant construis alors cette sorte de nouvelle technologie permettrait à cooper d’etre en interaction avec Murphy durant son enfance et de pouvoir ensuite lui donner les informations pour resoudre l’equation et la sauver ! Donc on a trois dimention de temps completement differents qui se deroulent au meme moment :
    -sur terre (morphy enfant)
    -le voyage de cooper
    -les hommes du futur
    Tous se passe au meme moment, les hommes du futur serait donc brand et cooper et auraient créé le trou de ver pour permettre a leur propre personne presente sur terre a ce moment la de faire le voyage et de se creer eux meme !

    Voici mon interpretation certe difiicile a expliquer et surement pas abouti mais je suis a l’ecoute de vos remarques

    Merci

    Publié par Arthur diaz | novembre 9, 2014, 2:15
    • Bonjour, dans l’idée, je suis plutôt d’accord avec toi étant donné que j’interprète le film de la même façon. A savoir que Cooper est aidé dans sa quête (trou de ver, tesseract) par les humains du futur, super-évolués au point d’être capables de maîtriser le temps et la gravité. Ils suivent un enchainement précis d’événements (le seul viable à mon avis) afin de garantir la sauvegarde de l’humanité, et ainsi permettre à la technologie d’évoluer de façon à pouvoir à nouveau sauver l’humanité quand cela se représentera. Je résume volontairement mais il s’agit de la boucle temporelle dont je parle plus en détail dans l’article.

      De là à parler de 3 temps qui se déroulent en même temps, c’est une autre histoire. Certes, le tesseract permet à Cooper de se déplacer dans le temps et donc d’être en communication avec Murphy quand elle est enfant. Mais pour le reste, cela ne se déroule pas en même temps d’après. A moins que je te comprenne mal et que tu parles en fait des conséquences présentes pour Cooper (trou de ver, tesseract) dues à des interventions passées (Murphy) ou futures (humains du futur). Enfin, ce ne sont pas Brand et Cooper qui ont créé le trou de ver pour moi, il s’agit de générations bien plus éloignées issues des humains sauvés de la Terre, ou pourquoi pas de la colonisation de la planète Edmunds.

      Quoi qu’il en soit, je reconnais que tout cela est assez difficile à exprimer du fait du caractère abstrait de certains concepts scientifiques et de la grande richesse du film. On a parfois une idée précise en tête et on ne parvient pas à la retranscrire tout à fait comme on le voudrait, moi le premier. Mais ça n’empêche pas d’essayer et d’en débattre ! 😉

      Publié par Wolvy128 | novembre 9, 2014, 3:28
      • Oui. Exprimer l’idee qu’on a du film est une chose tres difficile à faire je le conçois !

        Une question aussi à soulever dont je ne trouve pas de réponse : dans le film, au moment de l’entrée de Cooper et ses compagnons dans le trou de ver, on voit qu’elle sert la main a quelqu’un, mais a qui appartient cette main ?

        Publié par Arthur diaz | novembre 9, 2014, 10:57
  6. Sympathique cette analyse ! Après avoir vu le film hier et lu quelques éléments auparavant, je m’attendais à une fin extrêmement complexe. Il me semble, après avoir été un spectateur attentif, que toutes les clefs sont clairement données par Christopher Nolan ou sont devinables. Le fait que les livres de Murphy tombent; qu’un jouet/maquette se heurte au sol à chaque reprise … Il y avait bien un sens qui pouvait nous faire penser à une présence. Et ce dès la moitié du film environ.

    J’ai hésité, en revanche, à la suite idyllique du réveil de Murphy. Etait-ce possible qu’il retrouve une Terre bis où l’on y joue au base-ball et où sa fille apparait extrêmement vieillie ? On a tous envie d’y croire, et cela parait être l’interprétation la plus probable … Grâce à la relativité et la question des temporalités différentes. Cela dit, au début et dans le feu de l’action, eh bien tout portait à croire qu’il s’agissait d’une projection de sa pensée. Sauf d’après réflexion, est-ce que l’esprit de Cooper pourrait entrevoir l’avenir ou le dessine à ses dernières heures ? Ce serait étonnant.

    Publié par NeoDandy | novembre 9, 2014, 9:15
    • C’est ça qui est intéressant je trouve, la fin n’est pas si complexe que cela quand on y pense. On pourrait la prendre pour ce qu’elle est sans chercher à aller plus loin, et le film serait tout aussi marquant. Sur le moment, c’est d’ailleurs un peu ce que j’ai ressenti. Mais dès lors qu’on décide de pousser un peu la réflexion, il y a rapidement des événements qui méritent des explications, ou au moins des interprétations. Et on s’aperçoit à ce moment-là que tout n’est pas forcément aussi évident qu’il n’y parait.

      Publié par Wolvy128 | novembre 9, 2014, 1:21
    • Bonjour Neodandy,
      ce n’est pas la Terre que Cooper retrouve mais le vaisseau spatial qui était en construction depuis le début du film, c’est à dire l’ensemble des locaux de la Nasa. Ils sont en forme de cylindre pour qu’une fois dans l’espace l’on puisse créer une gravité artificielle grâce à la force centrifuge induite par la rotation du cylindre. Le vaisseau était aux environs de Saturne (donc non loin du trou de Ver) lorsque Cooper est miraculeusement sorti de Gargantua.

      Publié par VIOTTI Philippe | novembre 10, 2014, 7:55
      • Bonjour,

        Merci de votre précision. J’exagerais les faits mais nous sommes tous les deux d’accord pour admettre qu’il ne s’agit pas de la Planète Terre … Mais qu’à prime abord, il s’agit d’une copie presque parfaite de la Terre. Jusqu’à la reproduction d’une ferme : celle de Cooper.

        Publié par NeoDandy | novembre 10, 2014, 8:36
  7. Bonjour à tous,

    Discutions aussi passionnantes que peut l’être ce film, un grand merci à Nolan de faire des films superbes et qui font réfléchir, ce n’est pas si courant dans le cinéma moderne!

    Pour ma part, je pense que que les humains du futurs ne sont rien d’autres que les « échantillons » transportés par Brand pour créer une nouvelle humanité, l’option 2 imaginée par son père!

    On peut aussi penser que Cooper rejoins cette nouvelle humanité dans un futur très lointain (du aux différentes distorsions temporelles qu’il va rencontrer lors de son voyage dans son tout petit vaisseau) et qu’il pourra, alors expliquer la démarche à suivre pour sauver l’humanité, vu qu’il vient de la faire!

    Quant au fait qu’on ne peut pas remonter le temps, ce n’est qu’un postulat de départ, pas une vérité physique, car on vois bien dans le tesseract qu’il peut le faire!

    Un petit détail me trouble quant à la fin du film, pourquoi Cooper ne fait jamais référence à son fils, comme s’il n’avait pas existé, j’ai trouvé cala étrange, qu’en pensez vous?

    Publié par Chris | novembre 9, 2014, 10:48
    • Bonjour Chris, je suis plutôt d’accord. Il est clair que les humains du futur ont une trace précise des actions à accomplir, ou en tout cas des événements qui doivent se produire, pour sauver l’humanité. On peut donc supposer que Cooper a expliqué sa démarche et qu’elle s’est transmise avec le temps.

      Ensuite, en ce qui me concerne, je n’ai pas dit qu’il n’était pas possible de remonter dans le temps, simplement qu’il était impossible de le changer au vu de ce qui est dit dans le film. Mais les humains du futur maîtrisent effectivement cette dimension et le tesseract en est l’illustration flagrante.

      Bonne question en ce qui concerne le fils de Cooper sinon, j’avoue que je me la suis posée également. Et j’ai deux éléments de réponse à apporter. D’une part, le film se concentre du début à la fin sur le lien fort qui unit Cooper et sa fille. Du coup, la fin s’inscrit exactement dans la continuité. Et d’autre part, c’est déjà un miracle que Murphy, âgée de plus de 100 ans, soit toujours vivante lorsque Cooper revient. On peut donc imaginer que son frère, plus âgé qu’elle et soumis aux conditions rudes de la vie sur Terre (poussière), est décédé depuis déjà quelques années. D’ailleurs, on aurait certainement prévenu Cooper en même temps que pour Murphy si son fils était toujours envie.

      Publié par Wolvy128 | novembre 9, 2014, 1:33
      • A partir du moment où l’on considère que les humains du futur sont sur la même ligne temporelle que les évènements du film, ça ne colle pas. C’est pour cela que dans mon premier commentaire j’ai pensé à cette hypothèse de nouvelle ligne temporelle créée au moment où les humains du futurs interviennent sur le passé. Je vous invite à relire mon premier post qui explique bien cela et résous ce problème de paradoxe temporel.

        Publié par VIOTTI Philippe | novembre 10, 2014, 7:58
  8. Pour Murphy, ce n’est pas un miracle, il est dit dans le film qu’elle a fait des séjours en cryogénisation dans l’espoir de revoir son père !

    Publié par Chris | novembre 9, 2014, 2:24
    • Ah d’accord, je n’étais pas sûr, merci pour la précision ! Faudra que je revoie le film car avec un seul visionnage, et vu l’impact émotionnel du récit, c’est difficile de ne pas omettre certains détails. 😉

      Publié par Wolvy128 | novembre 9, 2014, 4:33
  9. Bonjour,
    Un peu dans la même situation que tout les intervenants précédents, je sors du film et je m’en remets tout juste. Il faut quand même souligner la performance des Nolan pour développer un scénario valable à partir de concepts scientifiques inaccessibles au grand public. Sans vouloir nous taxer pour des abrutis hein. Je pense juste que tout le monde n’admet pas le temps comme une dimension à part entière. Une incompréhension sûrement causée par les paradoxes temporelles de nombreux films de science fiction.
    Pour en revenir sur le film, j’en ai déduit ma propre interprétation, qui pourrait sembler un peu bancale.
    Si j’ai bien compris, hormis le trou de ver, les seules échanges des scientifiques avec les scientifiques et les « humains du futurs », ce sont les interactions avec le « Cooper de la 5e dimension », non ? (Je pense notamment à la poignée de main avec Brand.) Et si au final, cela voudrait signifier que ceux, à l’origine de ces distorsions temporelles, et notamment du trou de ver, sont les humains qui ont sauvé Cooper. Que les « humains du futur » étaient les mêmes qui ont récupéré Cooper errant dans l’espace.Une génération qui, grâce à l’équation transmise par Cooper à sa fille, aurait pu accéder et maîtriser le temps dans sa dimension physique, via la gravité.
    Dans cette idée, ce trou de ver pourrait être l’oeuvre de la Murph centenaire, pour récupérer son père parti 70ans plus tôt, qu’en pensez-vous ?

    Après, le seul problème de cette interprétation, ce serait d’admettre qu’il est possible d’interagir avec le passé comme l’a pu faire Cooper derrière sa bibliothèque, du moins je pense.

    Cependant, je reste tout de même fasciné par ce film, qui met en exergue les nombreuses inconnues que soulève l’étude de notre espace-temps et le travail qu’il nous reste à faire pour en comprendre, ne serait-ce qu’un dixième de son fonctionnement.

    Publié par FanchPasDroit | novembre 10, 2014, 2:06
    • Bonjour ! Il est clair que le scénario des frères Nolan est assez brillant, et le soutien qu’ils ont reçu de Kip Thorne les a assurément aidés à inscrire le récit dans la réalité, malgré l’exploitation de concepts scientifiques pas forcément très accessibles au départ.

      Pour répondre à votre question, je pense pour ma part que les humains du futur proviennent de générations bien plus lointaines que celle de Murphy. En effet, l’équation transmise permet simplement d’appréhender la singularité gravitationnelle de manière à ce que que l’humanité puisse s’extraire de la Terre, à l’agonie, pour vivre dans l’espace. Pas de maîtriser le temps, et encore moins de créer des outils technologiques tels que le tesseract.

      Même fascination de mon côté sinon, je trouve que derrière des thématiques pas nécessairement nouvelles (le temps, la gravité…) le film pose des questions rares et passionnantes.

      Publié par Wolvy128 | novembre 10, 2014, 3:34
  10. Bonjour, ayant vu le film avant hier, j’en suis sorti très déçu de part la dernière demi-heure.J’ai énormément aimé la description de la terre sans technologie essayant simplement de permettre aux hommes de se nourrir ainsi que les environnements des trois planètes et j’apprécie beaucoup les films de Nolan. Tout ceci pour préciser que je n’ai pas l’intention de dénigrer ce film mais je souhaite ne pas faire la même erreur que pour Matrix 2 pour lequel nous étions nombreux à avoir imaginé un scénario (merci l’architecte) bien plus complexe que celui imaginé par les frères (à l’époque) wachowski.

    Je n’ai tout simplement pas acheté la fin dans le trou noir et est découvert avec plaisir que cette fin qui semble si parfaite (le happy-end américain avec ou sans drapeau a ses limites) ne l’est peut-être pas. Voir sur différents sites la possibilité qu’une partie de cette fin soit plus assimilée à une EMI m’a permis de d’apprécier au final cette fin. Je reste cependant dubitatif sur le contact de cooper par lintermédiare du tesseract (l’amour le guidant, s’arrête t-il quand elle n’est plus dans la chambre, traduire des equations quantiques en morse ??????????. Je rappellerai que l’écriture mathématique symbolique date du 17ème siècle et qu’elle a permis de faire un bon sans comparaison (une demo de 2 pages a commencé à prendre 3 lignes à l’époque et on parlera de Pythagore), je n’ose imaginer la communication en morse pour résoudre des équations de physique quantiques.

    Partant de cela je me suis demandé si cette scène elle-même n’était déjà pas assimilable à l’EMI. Que ce soit des extraterrestres qui ont choisi le meilleur pilote (je ne me vois pas éliminer cette possibilité mais mon affection pour le film « contact » diminue mon objectivité j’en conviens) ou l’espèce humaine dans le futur je ne me vois pas voir un humain avoir « fusionné » avec TARS, traduire en morse en remontant le temps par amour la solution au problème sur terre. Je ne nierai pas qu’il y a des contacts, que l’on fournit à cooper les coordonnées, que l’on demande à Murph de « stay » pour pouvoir communiquer avec cette petite fille brillante mais je ne peux accepter ce que je considère comme une facilité scénaristique car dés que l’on parle de pouvoir communiquer dans le passé par gravité, on a les clés de l’ensemble du scénario ( qui au final serait alors assez simple quand on a vu ne serait-ce que « perdu dans l’espace »)

    Voilà pourquoi la dernière demi-heure ne m’est agréable (sans perdre mon intérêt pour les oeuvres de Nolan) que si l’on accepte que cette explication de cooper communiquant avec Murphy (plausible pour un film qui reste une oeuvre d’art et non une démonstration scientifique) ne m’est pas imposé. je préfère imaginer que TARS réussi à transmettre ces donnés autrement qu’en morse et que le monde est bel et bien sauvé. Quand à Cooper, il a plus que fait rempli ses fonctions et si ces derniers instants peuvent sembler aussi doux ( et cela peut durer longtemps car effectivement le temps change à proximité d’un trou noir) et bien c’est parfait.

    J’espère ne pas avoir été ennuyeux (pas trop) mais je cherchais à savoir si d’autres personnes partageaient cette idée de EMI dès l’entrée dans le trou noir avec un tesseract imaginé et non vécu.

    Publié par steph | novembre 11, 2014, 12:11
    • Bonjour, rassurez-vous, ce n’est jamais ennuyeux d’exposer son point de vue, surtout si celui-ci est argumenté comme c’est le cas ici. Pour ma part, je ne rejoins pas la thèse de l’EMI (Expérience de Mort Imminente) pour interpréter l’entrée de Cooper dans le trou noir, car cela voudrait dire que tout ce qu’il accomplit dans le tesseract est d’ordre virtuel (cela se joue dans son esprit). Or, les scènes qui suivent l’expérience du tesseract (station spatiale, rencontre avec Murphy…) témoignent selon moi du caractère réel de la situation. Pour autant, je ne suis pas complètement opposé à l’idée d’EMI car je reconnais que c’est une théorie qui peut expliquer certaines choses. En tout cas, beaucoup de spectateurs semblent la partager.

      Quant à la possibilité de transmettre en morse la résolution de l’équation, il est clair que cela doit prendre énormément de temps. Mais à partir du moment où le tesseract permet à Cooper de voyager à sa guise dans le temps, on peut considérer qu’il dispose justement du temps nécessaire. C’est un peu tiré par les cheveux, on est d’accord, mais c’est néanmoins plausible si on suit les règles dictées dans le film. Et personnellement, ça me suffit. Il est évident que ça mériterait plus d’explications et davantage de scènes mais, comme vous le dites, c’est avant tout une œuvre d’art et pas une démonstration scientifique. Malgré tout, je conçois qu’on puisse considérer ça comme une facilité scénaristique.

      Tout cela pour dire en finalité que je comprends votre frustration liée au dénouement, même si je trouve pour ma part qu’il offre une profondeur qui incite inévitablement à la réflexion. Et qu’en fin de compte, l’interprétation évidente qui se dégageait n’est peut-être pas la bonne, ou tout du moins pas la seule possible.

      Publié par Wolvy128 | novembre 11, 2014, 12:51
  11. J’ai ma petite théorie sur le film :

    lLes 4 dimensions connues de l’être humain actuellement sont la largeur, la hauteur, la pronfondeur et la 4ème dimension c’est : le temps. La 5ème dimension si j’ai bien compris dans le film c’est en quelque sorte la gravité. J’estime que le temps n’est pas une dimension comme l’être humain le conçois ou le perçois. Je pense que le passé et le futur n’existent pas concrètement, ils sont abstrait, seul le présent existe. Je veux dire que le passé (Murphy jeune), le voyage de cooper dans sa totalité, le futur avec les « humains ultra évolué » tout se passe en même temps. Car le temps est relatif. Et au final si on réfléchi bien il ne peut exister que le présent. Le passé n’existe uniquement que dans notre mémoire et le futur dans notre imagination (même si selon ma théorie le futur est déjà écrit puisque il se passe en « même temps » que le présent).

    Cette théorie expliquerai la soit disant incoherence comme quoi les hommes du futur ne peuvent pas sauver l’humanité car ils sont censé ne jamais avoir survécu à cause du paradoxe de la boucle temporelle. Mais je pense qu’il n’y pas de boucle car tout se déroule au même moment. C’est comme si on voyait le temps comme une ligne droite alors que la gravité à son paroxysme pourrait la contracter en un seul et unique point, c’est également pour cette raison que le passé ne peut être modifié car ce qui a été fait a été fait et rien ne peux y changer, idem pour le futur, ce qui doit arriver va arriver, la loi de Murphy.

    Cooper en rentrant dans le trou noir, avec un niveau de gravité à son paroxysme (sûrement sous la manipulation des « être du futurs ») rentre dans la 5ème dimension, ce qui permet à Cooper de communiquer entre les différentes « périodes » qui se déroule je le rappel en même temps. Une dimmension peut permettre d’en transgresser une autre. Comme si la distance était une dimension empêchant les hommes de communiquer à distance et que les ondes permettant la téléphonie était une autre dimension permettant de transgresser la première. Dans le cas du film, la gravité peut transgresser le temps ce qui permet la communication entre les « périodes ».

    En gros tout n’est que présent, le passé et le futur faisant eux même parti du présent en fonction de la relativité du temps. Le temps n’étant qu’une dimension mal perçu par l’être humain car sa compréhension n’est pas encore prête pour ça.

    Bon j’espère que vous voyez où je veux en venir même si je pense que c’est difficilement compréhensible et très dur à admettre tant notre perception est limité dans la complexité de l’univers. Je pense que notre compréhension dans l’univers équivaut à celle d’un poisson dans l’océan.

    Publié par Downtower | novembre 11, 2014, 11:58
    • C’est effectivement un sujet difficile à appréhender mais je vois où vous voulez en venir. L’interprétation ne me déplaît pas mais je penche personnellement plutôt pour la boucle temporelle, quitte à avoir un paradoxe temporel inexplicable. Ce ne serait d’ailleurs pas la première fois dans un film exploitant cette thématique. Et puis le paradoxe n’est pas si inexplicable que cela si on se réfère au commentaire précédent d’un internaute (Philippe Viotti). Quoi qu’il en soit, certains points du récit sont soumis à différentes interprétations et je dois reconnaître que beaucoup sont convaincantes, ce qui témoigne selon moi de l’intérêt réflexif du film.

      Publié par Wolvy128 | novembre 11, 2014, 3:31
  12. Je viens de lire sa théorie et je la trouve très interressante, mais je ne suis pas d’accords avec pour une ou deux raisons que j’ai expliqué en commentaire de son interprétation 🙂

    Publié par Downtower | novembre 11, 2014, 8:15
  13. Bonjour. Ceci est ma toute première critique de film, soyez donc indulgent 🙂

    J’ai aimé Interstellar. J’ai aimé ce film pour la simple raison que je dépose mon cerveau avant d’entrer dans une salle obscure, afin d’apprécier ce que le réalisateur veut nous faire partager. Cependant après coup j’estime qu’il est bien trop bancal car, selon moi, un film qui s’ouvre tant à l’interprétation ne le fait que pour compenser un scénario faiblard.

    Premier point qui choque : les livres. Selon Murphy, c’est du morse. Puis le Cooper se penche sur le sujet et Eurêka ! ce sont des coordonnées GPS en langage binaire. Arrivé sur place, (accessible via une simple route, gardé par une simple barrière, la fille astronaute d’un éminent professeur et un robot en carton) on se retrouve sur le site de la NSA le plus important de l’histoire de l’humanité. Déjà, je sais pas vous, mais ça me gène.

    Ensuite, les plans de caméras. Choix de génie diront certains, pour moi on n’en voit pas assez. Une ferme, un champ, une caméra extérieure vaisseau une voiture qui traverse un champ début de film, une voiture qui traverse le même champ fin de film. Ils auraient pu étoffer un peu plus le truc. Les autres (espace, les deux planètes visitées ,sont très réussis).

    Pour ce qui est du passé/présent/futur réunis en un point, ou d’une éventuelle boucle temporelle, je ne suis pas hermétique à ces concepts mais j’ai beaucoup de mal à les comprendre. Pour moi, si l’univers est en expansion, c’est qu’il a une ligne directrice, le temps. Un passé (le big bang), un présent, et un futur. J’ai du mal à concevoir autre chose.

    Concernant le trous de verres, j’accepte que ce sont les Hommes du futur qui les ont placés là et qu’ils servent de grosse porte des étoiles. Mon interprétation : dans le film, on ne sait pas grand chose des trous de verres, encore moins comment les maîtriser. La planète, proche de l’extinction, a exécuté le plan B. Les vaisseaux envoyés ont voyagé très longtemps afin de trouver par eux même une planète habitable. Les humains issus de ces souches ont évolués en sorte d’esprit et ont voulut faire un clin d’œil à leurs ancêtres en leur permettant de trouver un monde viable plus rapidement. Dans ce cas pourquoi ne pas trouver un moyen pour leur expliquer plus clairement ?

    Comment la cinquième dimension peut elle se trouver dans un trou noir ? Comment le héros fait il pour y survivre alors que même son vaisseau se fait pulvériser ? Comment peut il être projeté, via Gargantua, à l’horizon de Saturne ? Pourquoi cet espace se détruit en 2 min alors qu’il a tenu une bonne centaine d’année ?

    En bref, j’ai peut être tord de penser ça, mais un film qui laisse autant de questions en suspens sous prétexte d’aborder un sujet délicat et complexe n’est pas une oeuvre culte. Après si vous pouvez m’éclaircir sur les points évoqués ne vous gênez pas 🙂

    Publié par Billou | novembre 12, 2014, 11:31
    • Déposer son cerveau avant d’entrer dans une salle de cinéma, ça peut être handicapant, surtout pour un film de Christopher Nolan^^. Même si, selon moi, le film se suffit à lui-même et ne nécessite pas forcément de sur-interprétation pour pouvoir être apprécié. En outre, un scénario qui ouvre sur une réflexion intéressante est le contraire d’un scénario bancal pour moi, surtout qu’il y a suffisamment de clés d’interprétation que pour émettre des avis pertinents. Mais il faut évidemment s’impliquer un minimum dans le long-métrage pour les saisir, un cerveau déconnecté n’est donc pas la meilleure solution à mon sens.

      Quoi qu’il en soit, vous avez tout à fait le droit de ne pas adhérer au film, et mes réponses ne changeront certainement rien, mais je vais tout de même essayer d’apporter quelques précisions. 😉

      « Selon Murphy, c’est du morse. Puis le Cooper se penche sur le sujet et Eurêka ! ce sont des coordonnées GPS en langage binaire. Arrivé sur place, (accessible via une simple route, gardé par une simple barrière, la fille astronaute d’un éminent professeur et un robot en carton) on se retrouve sur le site de la NSA le plus important de l’histoire de l’humanité. Déjà, je sais pas vous, mais ça me gène. »

      Murphy émet effectivement la théorie du morse (qui se vérifiera pour d’autres messages) mais il n’est pas question de morse pour les coordonnées du centre de la NASA, il s’agit de langage binaire extrait à partir de la poussière rentrée dans la chambre lors de la tempête (large et étroit pour les 1 et 0). Ensuite, le centre est censé être fermé depuis une bonne dizaine d’années, et les habitants de la Terre ont d’autres préoccupations plus importantes que découvrir s’il existe toujours. De plus, il est précisé qu’il est impossible d’y accéder par hasard. Rien d’anormal donc pour moi. En tout cas, rien qui me gêne.

      « Dans ce cas pourquoi ne pas trouver un moyen pour leur expliquer plus clairement ? »

      Le point est abordé dans l’article. Simplement car toute interaction avec le passé peut avoir des conséquences inconnues et potentiellement catastrophiques. Et le meilleur moyen de préserver son futur, c’est encore de ne pas déformer le passé. Du coup, pour s’assurer de la survie de l’humanité, et de la leur par la même occasion, les humains du futur suivent le seul processus dont ils sont certains de l’issue.

      « Comment la cinquième dimension peut elle se trouver dans un trou noir ? »

      Le tesseract est créé par les humains du futur et placé à l’intérieur du trou noir. Rien d’extraordinaire si on considère que ceux-ci sont capables de maîtriser la gravité (en plus du temps).

      « Comment le héros fait il pour y survivre alors que même son vaisseau se fait pulvériser ? »

      Rien ne dit qu’il y survit nécessairement, plusieurs interprétations sont possibles dès le moment où il rentre dans le trou noir. Personnellement, je considère que le trou noir l’aurait probablement tué (c’est une supposition car personne n’en a jamais fait l’expérience) si les humains du futur n’y avaient pas placé le tesseract. Un objet qui, lors de sa fermeture, éjecte littéralement Cooper du trou noir.

      « Comment peut il être projeté, via Gargantua, à l’horizon de Saturne ? »

      Par le tesseract. Comment précisément? Difficile à dire. Cependant, le trou de ver se situe aux abords de Saturne, donc il est plutôt cohérent qu’il soit récupéré aux abords de Saturne lorsqu’il est éjecté du trou.

      « Pourquoi cet espace se détruit en 2 min alors qu’il a tenu une bonne centaine d’année ? »

      Vous parlez du trou de ver? Parce qu’il a remplit ses multiples fonctions (accès à une nouvelle galaxie, découverte des planètes, transmission des données à Murphy…) et n’a plus de vraiment de raison d’être, en tout cas pour les humains du futur. Et comme tout porte à croire qu’ils sont les responsables de son apparition, j’imagine qu’ils peuvent également tout à fait le faire disparaître.

      Pour moi, il n’y a donc pas énormément de questions en suspens, et le scénario est suffisamment riche que pour permettre d’obtenir des éléments d’explication à celles qui subsistent. Mais je comprends qu’on puisse être un peu frustré de ne pas avoir toutes les explications sur un plateau, même si cela témoigne pour moi de la profondeur du scénario, et plus généralement de la réussite du film. 🙂

      Publié par Wolvy128 | novembre 12, 2014, 3:46
  14. C’est amusant, car je ne vois rien à interpréter dans le film, on nous donne toutes les clefs. Et c’est d’ailleurs ce qu’il m’a déçu lorsque je suis sorti du film. Au final j’ai juste l’impression de lire un résumé du film.
    D’ailleurs j’ai un peu du mal avec l’intervention de personnes du futur ou autre. Dans le film lorsqu’on nous en parle, ils ne font que relever de la croyance et non de fait, bon après c’est cool de croire en un truc. Car au final on voit que c’est Cooper qui intervient à chaque fois.
    Pour ma part le tesseract n’est qu’une conséquence du trou noir et du pouvoir de l’amour de Cooper pour sa fille qui l’amène à ça et non une intervention divine. C’est juste le seul point du film sur lequel je pourrais avoir un débat.

    Sinon ça reste un bon divertissement.

    Publié par Bob | novembre 12, 2014, 2:15
    • Si on ne pousse pas la réflexion, il est clair que le film ne nécessite pas d’interprétation particulière pour être compris. Il peut tout à fait s’apprécier pour ce qu’il est, sans chercher à aller plus loin. Mais si on décide de s’engager dans une réflexion plus profonde, alors plusieurs éléments méritent des explications. Et notamment en ce qui concerne les humains du futur. Effectivement, on se rend compte très vite que certains événements ne sont pas anodins (l’apparition du trou de ver, la création du tesseract…) et sont dus à une intervention extérieure, qui n’a rien de divine d’ailleurs. Cooper n’intervient pas à chaque fois. Pour moi, le « eux » dont ils parlent à plusieurs reprises relèvent donc bien de faits, et non d’une simple croyance.

      Publié par Wolvy128 | novembre 12, 2014, 4:08
      • Ca pourrait être des licornes roses que ça aurait autant de sens. Ça fait 3 plombes qu’on parle de Dieu sur Terre et c’est pas pour autant qu’il y a des faits prouvant son existence, on est toujours dans la croyance, comme ici. D’ailleurs ça pourrait être Dieu aussi qui créé le Tesseract. J’ai plus l’impression que ça relève d’une égocentricité (fuck il connait pas) des hommes à se croire suffisamment important pour qu’on intervienne pour les sauver, alors qu’il pourrait juste s’agit de hasard, comme pour notre apparition sur la Terre.

        Publié par Bob | novembre 14, 2014, 10:57
        • Justement, contrairement à Dieu sur Terre, ici il y a des faits concrets qui permettent d’émettre une hypothèse, on n’est pas dans la croyance. Alors bien sûr, libre à vous d’y voir des licornes roses si cela vous chante mais si on ne se fie pas aux informations données dans le film pour s’orienter vers l’hypothèse la plus plausible, je ne vois pas trop l’intérêt. Rien que l’apparition du trou de ver, offrant un accès à une galaxie abritant des planètes potentiellement habitables pile au moment où l’humanité en a le plus besoin, écarte la thèse du hasard ou de la coïncidence.

          Publié par Wolvy128 | novembre 14, 2014, 3:26
  15. Merci pour cet article qui remet très bien les choses à plat.
    Comme vous, j’ai beaucoup aimé le film. J’en ressors également avec des questions et des théories.
    La question que nous avons tous et qui est « ils » ?
    Je suis assez séduit par l’idée du vaisseau colonie qui part de la Terre vers Edmund, donnant les humains du futur. C’est vrai que le Professeur Brand parle d’une conception du voyage à l’échelle générationnelle et non plus à celle d’une vie d’homme. Ça colle bien avec l’idée.
    Qui plus est, quelle est l’intérêt dans le scénario de fournir la clé de l’équation quantique si les humains de l’utilise pas. Autans lui envoyer la recette de la mousse au chocolat.
    Je ne crois pas à la piste des extras terrestre, Nolan aurait traité le sujet d’une autre façon selon moi. Il aurait plus parlé de religion.
    Un autre scénario est les nouveaux humains d’Edmund. Genre je vous fais un petit trou de verre pour que vous veniez établir une colonie chez nous. Le côté nouveau départ, Adan et Ève bis, est plutôt intéressant.
    L’une des clés ne serait-elle pas le terme « Bulk » utilisé par TARS ?

    Par contre, un point n’est absolument pas clair pour moi. Comment fonctionne le plan B ? Certes, ils ont une belle bibliothèque de matériel génétique. Mais comment prévoyaient-ils de l’utiliser ? Transformer Brand en usine a bébé ?

    Publié par Malkut | novembre 12, 2014, 5:49
    • Très bonne question ! J’avoue que je me la suis posée aussi. Si Brand était absolument nécessaire à la colonisation, je pense qu’il l’aurait clairement spécifié. Or, ici, rien ne nous le laisse présager. Qui plus est, si une femme était, au départ en tout cas, indispensable au repeuplement d’une planète, il n’aurait probablement pas envoyé d’astronautes de sexe masculin parmi les 12 explorateurs de planète. Du coup, j’imagine personnellement qu’ils disposent à bord des navettes de l’équipement nécessaire à la gestation d’embryon humain. Et au fur et à mesure, la nature peut faire son travail.

      Publié par Wolvy128 | novembre 12, 2014, 5:59
  16. Bonjour,

    merci déjà pour toutes ces analyses. Mon propos ne sera pas d’ordre scientifique ou métaphysique.

    J’ai une autre question plus « basique ». Dans le cadre du plan B, celui qui doit se dessiner a priori pour permettre aux humains du futur de lancer « une bouée » à Cooper/Murphy, comment repeupler la planète (celle où Edmunds a été envoyée donc) avec des embryons congelés ?
    Dans ce futur qu’on nous décrit, on nous dit pas (ou j’ai pas retenu) comment créer des enfants. Donc si la seule survivante est Brand, comment fait-elle ?
    J’entends les théories sur la relativité du temps mais j’ai du mal à m’y faire. Selon moi pour avoir des humains du futur, il faut que le plan b fonctionne… et après (par charité ?) ils essaient de sauver + d’humains de l’époque de Murphy ?

    Et en acceptant que le vaisseau arrive à quitter la terre, qu’ils y vivent pendant des années, que Murphy vieillit… aucun d’eux ne rejoint la planète de Brand ? Pourquoi Cooper irait-il en cachette ?

    Publié par ippo | novembre 12, 2014, 7:06
    • Le vaisseau est bien trop loin de la planète de Brand, la rejoindre serait trop long. Après peut être qu’ils l’ont prévu, , mais faut trouver comment mettre tout le monde en stase aussi. Après pourquoi il y va en secret, mystère.

      Publié par Billou | novembre 12, 2014, 9:34
    • Bonjour Ippo, beaucoup de questions intéressantes !

      Celles qui concernent la colonisation de la planète Edmunds ont d’ailleurs été abordée dans le commentaire précédent. A ma connaissance, le film ne donne aucune véritable explication sur la méthode utilisée. J’imagine personnellement qu’ils disposent à bord des navettes de l’équipement nécessaire à la gestation d’embryon humain. Et au fur et à mesure, la nature peut faire son travail.

      « J’entends les théories sur la relativité du temps mais j’ai du mal à m’y faire. Selon moi pour avoir des humains du futur, il faut que le plan b fonctionne… et après (par charité ?) ils essaient de sauver + d’humains de l’époque de Murphy ? »

      Selon moi, la sauvegarde de l’humanité tout entière assure la survie des humains du futur, pas seulement la possibilité de mettre en place le plan B sur la planète Edmunds. On peut en effet imaginer que la résolution de l’équation, grâce aux données fournies par Cooper, est un premier pas dans l’évolution. Une évolution qui aboutira à terme à des êtres capables d’appréhender les 5 dimensions. Pour moi, ils ne sauvent donc pas les Terriens par charité, mais par nécessité.

      « Et en acceptant que le vaisseau arrive à quitter la terre, qu’ils y vivent pendant des années, que Murphy vieillit… aucun d’eux ne rejoint la planète de Brand ? Pourquoi Cooper irait-il en cachette ? »

      Excellente question ! Sincèrement, je l’ignore. Sans le trou de ver, la distance qui les sépare de la planète Edmunds est beaucoup trop importante. Mais pourquoi Cooper quitte-t-il la station pour s’y rendre alors? Peut-être les nouveaux vaisseaux disposent-ils d’une technologie leur permettant de parcourir très rapidement une importante distance. Mais on en revient dans ce cas à la question initiale. Pourquoi personne n’a essayé de rejoindre Brand? Et bien peut-être l’ont-ils fait. Dans le dernier plan du film (Brand sur la planète Edmunds), il semble effectivement y avoir de la vie (habitation, lumière…) en contrebas. Du coup, il est peut-être possible d’imaginer qu’elle a été rejointe par des humains. Ce qui expliquerait pourquoi Murphy a connaissance de la situation de Brand. Je sais qu’il s’agit beaucoup de suppositions, et que je ne réponds pas véritablement à votre question, mais plusieurs interprétations sont possibles selon moi. Et j’essaie de n’en éliminer aucune. 😉

      Publié par Wolvy128 | novembre 12, 2014, 9:42
      • « Pourquoi personne n’a essayé de rejoindre Brand? Et bien peut-être l’ont-ils fait. Dans le dernier plan du film (Brand sur la planète Edmunds), il semble effectivement y avoir de la vie (habitation, lumière…) en contrebas. Du coup, il est peut-être possible d’imaginer qu’elle a été rejointe par des humains. Ce qui expliquerait pourquoi Murphy a connaissance de la situation de Brand. »

        D’accord, j’y ai pensé aussi. Reste la question : pourquoi Cooper irait-il en cachette ?

        Quant à la gestation d’embryon, soit. Mais ces nouveaux hommes créés qui (v)ont peuplé Edmunds ont réussi à aller plus loin sur le plan technologique sur leur petit caillou avec peu de ressources pour devenir les « humains du futur » et créer les conditions pour permettre à Cooper/Murphy de sauver les terriens ?

        Publié par ippo | novembre 13, 2014, 9:54
        • Les nouveaux hommes de la planète Edmunds ou les humains de la station spatiale. Rien n’indique effectivement que ce soit les uns, plutôt que les autres, qui soient responsables de l’évolution technologique des humains du futur. Je penche d’ailleurs plutôt pour les Terriens en ce qui me concerne car, si seule la planète Edmunds pouvait assurer la survie des humains du futur, ils n’avaient alors pas besoin de créer le tesseract et d’y envoyer Cooper pour résoudre l’équation.

          Publié par Wolvy128 | novembre 13, 2014, 3:24
  17. et si tout simplement ces etres de la 5D n’étaient que les fantomes humains…. qui communiquent avec nous via la gravité et qui tentent de nous sauver… le film en devient soudainement hyper simple et fluide !!!!!!!!

    La terre se meurre

    Nos fantomes qui ne peuvent communiquer avec nous créent un trou de ver et s’arrangent (assez difficilement) pour que 2 génies (pilote et astrophysiciens) participent à l’aventure

    Cooper meurt apres ses exploits, sa fille resoud l’equation pour partir dans l’espace.

    Cooper est desormais un fantome et veut revoir sa fille. Ne reussissant pas à communiquer il abandonne et derive vers la mort en revoyant sa famille une derniere fois

    Brand a reussit. Elle s’est installée sur la planete habitable et sera rejoint bientot par l’humanité.

    Publié par Dr Floyd | novembre 12, 2014, 11:56
  18. Tout d’abord merci pour votre analyse qui a permis de me faire réfléchir sur plusieurs hypothèses du film. Je ne suis pas un scientifique, ni un cinématographe, juste une personne lambda qui a vu le film, mais j’oppose tout de même mes idées pour essayer de pousser mon analyse personnel.

    – Pour les mêmes raisons que vous je ne pense pas que Cooper soit mort . Mais l’explication du Docteur Mann peut rester plausible si Cooper est réellement mort. En effet, il affirme que lorsque l’on meurt, les dernières images que l’on aperçoit sont les choses ou personnes que l’on aime le plus, pour Cooper ce n’est donc sans aucun doute sa fille. Vous dites qu’il n’aurait donc pas du voir une vieille Murphy, mais peut être que comme il connaissait très bien le paradoxe temporel et il était conscient que le temps fut altéré durant son voyage dans l’espace, il n’a peut être vu en fait qu’une imagination de se qu’il aimait le plus tout en intégrant l’idée de l’altération du temps. Ainsi peut être est-il réellement mort ?

    – Ensuite par rapport à l’hypothèse des êtres du futur. Je ne pense pas non plus que ce soit des extraterrestres, qui n’ont aucune raison de sauver l’humanité. Par contre, en lisant votre article, je me suis rappelé qu’il y avait 12 vaisseaux qui ont été envoyé dans ce trou de ver mais qu’ils n’ont pas tous envoyé des signaux.
    Ainsi je suis arrivé à l’hypothèse que les personnes présentes dans l’un de ces vaisseaux sont peut être resté encore plus longtemps que Cooper proche du trou noir (ou je ne sais plus quoi d’autre qui permettrai d’altérer le temps) et donc ils sont encore plus dans le futur.
    Ainsi peut être que les être du futur sont des humains mais de la même génération que Cooper et Bran mais beaucoup plus avancé dans le temps. Est-ce possible, ou j’ai oublié quelque chose qui pourrait contrer mon analyse ?

    PS : Je m’excuse si l’un des sujets a déjà été abordé dans l’un des commentaires mais je ne les ai pas tous lu. Et je m’excuse aussi si mes explications ne sont pas clairs, mais j’ai du mal à exprimer mes idées sur un sujet aussi complexe pour moi.

    Publié par Varka | novembre 13, 2014, 10:00
    • De rien Varka, si l’article a pu vous permettre de pousser la réflexion sur le film, mon objectif est rempli.

      – Tout est possible vu que lorsque Cooper rentre dans le trou noir, on entre dans une zone que personne n’a jamais vraiment explorée. Il pourrait donc effectivement être mort. Cependant, je n’y adhère pas car d’après ce que j’ai pu lire sur les EMI, et ce que je pense personnellement, j’ai l’impression que l’esprit est censé à ce moment se concentrer sur des souvenirs, sur des éléments connus, et non imaginer des choses. Du coup, s’il était vraiment en train de mourir, son esprit aurait dû s’orienter selon moi vers sa fille telle qu’il s’en souvient, et non vers une vieille femme.

      – C’est possible mais pourquoi un astronaute qui serait encore en vie et aurait découvert une planète viable n’aurait pas envoyé de ping? Ça n’a pas vraiment de sens. Surtout que c’est la seule façon pour eux d’être sauvé.

      Pas besoin d’excuse sinon, les sujets n’ont pas été abordés précédemment et les explications sont claires. 😉

      Publié par Wolvy128 | novembre 13, 2014, 3:36
      • Merci de ta réponse.

        Mais peut être que les astronautes n’ont pas pu envoyé de ping à cause d’une trop grande distance dans le temps contrairement aux autres ? Je pars sans doute un peu trop loin la… ^^

        Publié par Varka | novembre 14, 2014, 11:21
        • Peut-être mais rien ne le laisse présager en tout cas. De plus, même la planète Miller qui est soumise à une distorsion temporelle du fait de sa proximité avec le trou noir a pu envoyer un ping, je ne vois donc pas ce qui aurait pu empêcher d’autres astronautes de l’émettre.

          Publié par Wolvy128 | novembre 14, 2014, 3:29
    • « Ainsi je suis arrivé à l’hypothèse que les personnes présentes dans l’un de ces vaisseaux sont peut être resté encore plus longtemps que Cooper proche du trou noir (ou je ne sais plus quoi d’autre qui permettrai d’altérer le temps) et donc ils sont encore plus dans le futur. »

      Pas con ça ! Mais rien ne raccroche hypothèse au scénario

      Pour la blague on imagine 500 ans après, le type qui arrive sur une planète pleine d’humain. Alors que lui a quitté la terre il y 5 ou 6 ans

      Publié par Malkut | novembre 14, 2014, 3:46
    • Il n’est pas nécessaire d’avoir d’être un scientifique ou un ingénieur pour avoir des idées brillantes. C’était d’ailleurs ce que reprochait le très regretté Georges Charpak (Prix Nobel de Physique) à beaucoup de scientifiques : leur manque flagrant de curiosité (un comble) et surtout d’imagination.
      Il y a aussi un passage dans les « Palmes de Mr Schultz » montrant Marie Curie n’arrivant pas encore à comprendre le phénomène induit par la radiactivité du radium. Et c’est en discutant avec la personne qui entretien sa maison qu’elle fait le lien et découvre le radium : grâce au bon sens et à une idée pleine d’imagination d’une personne qui n’est pas scientifique.

      C’est pour cela que ce film est extrêmement important, une vraie passerelle pour le grand public qui lui tend la main en lui disant que l’aventure scientifique doit se faire avec tous et que nous pouvons tous y contribuer chacun à sa manière.. comme nous le faisons ici justement en discutant ensemble avec intelligence de tous ces concepts passionnants : voyage interstellaire, colonisation d’autres planètes, terraformation, trous noirs, trous de ver.

      Cher Varka, ne vous excusez donc pas de vous être exprimé sur ce film, et votre hypothèse sur les autres voyageurs que l’on a un peu oublié est intéressante.

      Publié par VIOTTI Philippe | novembre 20, 2014, 12:13
  19. Bonjour à tous,

    Je rejoins brièvement ce sympathique débat pour vous donner quelques pistes un peu plus scientifiques suite à un article de futura-sciences :

    Pour ma part :
    Je ne pense pas que le film soit sujet à autant d’interprétations. C’est un bon film, oui. l’émotion est là, l’image est belle, et mis à part quelques dialogues ratés qui m’ont fait déconnecter (j’ai en tête le monologue sur l’amour), j’ai été happé du début à la fin !
    Pour l’interprétation, je rejoins notre cher Wolvy128, puisque le film nous guide dans ce sens :

    > Cooper le dit à TARS lorsqu’ils sont dans le tesseract
    > Cooper est la main non identifiée qui touche Amélia dans le vaisseau
    >> Ce sont donc les humains du future qui maîtrisent les trous de vers et les utilisent comme machine a voyager dans le temps.

    Pour la part scientifique :

    N’essayons pas de trouver d’explications « raisonnable », il faut faire abstraction de la physique réelle et croire en celle du film : le voyage dans le temps est impossible et un trou noir est tellement dense que nous ne pouvons l’approcher sans être transformés en spaghetti (la différence de gravité entre le pieds et la tête est tellement forte que nous subirions un « étirement »…si tant est que nous l’approchions les pieds en premier 🙂 )

    Voici de quoi continuer de construire la réflexion :

    http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/trous-noirs-decryptez-physique-trous-noirs-film-interstellar-55916/

    Un petit point noir au film pour conclure, La planète de Miller :

    – Pourquoi nos protagonistes ne sont ils pas écrasés par la gravité ? Est-ce justifié dans le film ? (J’ai peut être manqué quelque chose…)

    – Romilly ne devrait pas subir un décalage temporel si fort avec Cooper et Amélia puisqu’il est en orbite autour de la planète et est donc dans le champs de déformation temporel…

    Je profite du passage pour vous féliciter pour la qualité de ce blog 🙂

    Publié par Maalem | novembre 14, 2014, 12:36
    • Bonjour Maalem et merci pour les précisions scientifiques.

      Voici les éléments de réponse que je peux apporter à vos questions.

      – A ma connaissance, aucune information liée à la gravité de la planète Miller n’est donnée. Pourquoi devraient-ils être écrasés selon vous?

      – En fait, la station Endurance est positionnée à la limite de l’orbite du trou noir (et non de la planète Miller). Autrement dit, en dehors du champs de déformation temporelle. L’idée étant pour Cooper, Brand et Doyle de se laisser tomber en chute libre sur la planète pour y passer le moins de temps possible et ainsi subir la distorsion temporelle de façon aussi minime que possible (ce ne sera finalement pas le cas). Du coup, Romilly (resté dans la station) n’est pas affecté par les effets du trou noir.

      Merci pour le compliment sur le blog sinon, c’est toujours extrêmement agréable à lire. 🙂

      Publié par Wolvy128 | novembre 14, 2014, 3:44
  20. Hello, Wolvy128

    – Si nous imaginons un personnage qui passe 1 an à la surface du soleil, il se passerait en ce même temps 1 année et 1 minute sur Terre. Ici, 1 heure sur la planète équivaut à 7 ans sur Terre, ce qui en soit est une indication de sa masse et donc de sa gravité.

    Merci pour la précision sur la station Endurance. Je ne me souvenais plus de son emplacement…ça me va un peu mieux 😉 Il est tout de même sous-entendu dans le film que la distorsion temporelle ne s’applique qu’une fois sur la planète alors qu’elle est bien entendu dégressive sur la distance :/

    Bref. Je chipote, très bon film !

    Publié par Maalem | novembre 14, 2014, 5:40
    • Vous avez raison mais j’imagine que la gravité de la planète ne doit pas être trop importante si le ranger peut quitter son atmosphère sans difficulté. J’ignore par contre s’il s’agit d’une réelle indication ou simplement d’une petite facilité scénaristique. Néanmoins, connaissant l’habitude de Nolan à ancrer au maximum son récit dans la réalité, je pencherai plutôt pour la première option.

      Publié par Wolvy128 | novembre 14, 2014, 6:14
      • C’était mon point : la distorsion temporelle de la planète bien plus forte que le soleil indique que sa gravité est également bien plus forte que celle du soleil (lui même 28x supérieure à la Terre)… Une petite facilité scénaristique qui n’enlève rien au talent de Nolan 😉

        PS.
        Malheureusement vous rebondissez sur le deuxième point noir du film soulevé sur les différents blog scientifiques : le décollage bien trop facile des Rangers et l’absence de réservoirs carburant.

        Publié par Maalem | novembre 14, 2014, 6:29
        • Trèèèèès en retard car je voens de revoir le film mais la gravité de la planète Miller est bien précisée dans le film, elle 30% plus élevée que sur la terre. La déformation temporelle est elle liée au fait que la planète orbite près du trou noir, pas à cause de sa masse.

          Publié par Sokolovic | mai 12, 2015, 1:56
  21. Je suis convaincu à 100% que la fin n’est pas un EMI avant la mort de Cooper. D’ailleurs un EMI c’est juste avant la mort pas après. Étant donné que dans un trou noir l’espace-temps n’existe plus en raison d’un taux de gravité à son paroxysme, donc dedans on est à la fois partout dans l’univers et tous le temps, quand Cooper rentre dans le trou noir sont esprit lutte pour survivre et son esprit visionne la chose qui lui tiens le plus à coeur, la dernière image qu’il a de sa fille. Son esprit qui dans le trou noir peut donc être partout et à n’importe quel moment se retrouve à l’époque et sur le lieu le plus important à ses yeux, c’est à dire dans la chambre de Murph quand elle était enfant. La suite on la connait. Ensuite les « êtres du futur » on refermé le tesseract (le trou noir) car la mission de Cooper a été accompli. Le trou noir recrache donc Cooper et TARS en se refermant. Il est ensuite récupéré par la station Cooper à l’endroit où le trou de Ver s’est refermé.

    Publié par Downtower | novembre 14, 2014, 6:39
    • J’interprète le passage dans le trou noir et l’entrée dans le tesseract un tout petit peu différemment mais pour le reste, je suis entièrement d’accord. Pas d’EMI pour moi non plus, et même explication finale. 🙂

      Publié par Wolvy128 | novembre 14, 2014, 6:44
  22. Bonjour à tous,

    Je pensais n’avoir plus de question sur le film, mais ma fille vient de me poser une colle.

    Qui donne les coordonnées de la base de la NASA sur terre à Murphy ?

    Ce ne peut être Cooper, car sans la découverte de sa fille, il ne serait jamais parti !

    J’attends vos réponses avec impatiente.

    Merci.

    Publié par Dan | novembre 16, 2014, 6:04
    • Bonjour Dan ! Selon moi, c’est bien Cooper qui transmet les coordonnées de la NASA à Murphy une fois qu’il est dans le tesseract. Rien ne s’y oppose à part le paradoxe temporel qui découle du postulat du film. A savoir qu’il faut bien que Cooper parte une première fois dans l’espace pour pouvoir communiquer avec sa fille à travers le tesseract, et être le fantôme dont elle parle. Par la suite, la boucle peut alors se mettre en place. C’est donc bel et bien Cooper qui transmet les données à Murphy, comme nous le montre le film d’ailleurs.

      Publié par Wolvy128 | novembre 16, 2014, 8:47
      • Bonsoir, ce point précis me pose également problème. Lorsque Cooper est dans le Tesseract, il fait principalement 3 choses, dans l’ordre chronologique inverse :
        3. Il envoie les éléments manquant à la résolution de l’équation, qu’il adresse à Murphy ADULTE qu’il sait être la seule à même de reprendre derrière Brand père, décédé dans l’ignorance d’une issue possible à A.
        Avant cela, il a compris à ses dépens le point 2 ci-dessous.
        2. Cooper perdant tout espoir d’entrer en contact avec sa fille a cependant compris qu’il en était le « fantôme »; il entreprend donc de s’envoyer à LUI-MÊME un message en morse via les livres de la bibliothèque : un « Stay » visant à modifier son/le passé et à s’empêcher de quitter la terre au profit de ses enfants. (On notera qu’il semble le faire d’un seul coup alors que le Cooper terrestre est dans la pièce alors que le spectateur à pu constater plus tôt que Murphy à eu le temps d’étudier en amont l’emplacement des trous « Stay » puisque cette dernière en avait noté la traduction dans son carnet, le brandissant triomphalement à son père au moment des adieux – le Tesseract transcende l’écoulement du temps.)
        Cooper se voit quitter la pièce et comprend qu’il ne peut revenir sur ce qui a été.
        3. Et c’est ce point qui me semble totalement incompréhensible : un acte, qui négligé dans la discussion jusqu’ici, est pourtant au fondement même du rôle que notre héros joue dans cette fascinante épopée : le Cooper quadridimensionné envoie au Cooper terrestre le code binaire des coordonnées de la Nasa. Il est impossible que ce code soit destiné à Murphy : enfant, elle ne sait ni l’interpréter ni quoi en faire (elle le découvre, certes : elle est donc tout au plus le moyen, pas le but). Adulte, il est évident que cela ne fait pas de sens. C’est donc bien à Cooper lui-même que ces coordonnés sont destinées. Alors pourquoi ce point n’a pas été laissé comme mystère du scénario, cette « anomalie gravitationnelle » aurait simplement été attribués aux êtres de Bulk ou autres humains du future… Mais la… Une clé du film se trouve forcément dans cet élément.
        – Soit Cooper se les envoie consciemment car en comprenant qu’il est le « fantôme » de sa fille, il sait que pour ne pas compromettre la suite des événements (ne pas bouleverser le futur, donc) le Cooper terrestre doit les avoir reçus dans le passé.
        Il me paraît justifié d’écarter cette idée car comme cela a été vu plus haut, Cooper cherche justement quelques secondes plus tard à interagir sur le passé pour s’empêcher de quitter la Terre et rester auprès des siens.
        -Soit Cooper se les envoie dans une forme d’inconscient, se faisant porte-parole des « êtres de bulk » qui ont besoin de cet élément déclencheur du départ de leur pion… Hélas rien qu’à relire cette phrase, je la trouve absurde et hors de l’esprit du scénario.
        Je reste sans autre explication, et pourtant c’est d’après moi ici que se définit précisément le rôle de Cooper : acteur ou pion, Tesseract lui-même ou simple utilisateur de celui-ci…
        J’attends vos retours avec grand intérêt.

        Publié par Hirn | novembre 23, 2014, 11:47
        • Cooper envoie les coordonnées de la base spatiale APRÈS s’être envoyé l’ordre de rester. Justement pour boucler la boucle temporelle. Du coup, votre problème n’en est plus un..
          Moi ma question serait plut^t comment est -il possible de sortir une équation qu’on imagine monstreusement complexe juste avec des signaux morses faits par une aiguille de montre. Murphy n’a pas du cligner un oeil pendant 2 jours pour pouvoir tout noter non ?

          Publié par Sokolovic | mai 12, 2015, 2:00
  23. Moi je penche plus pour le paradoxe temporel… qui sied parfaitement au parcours du héros, et de l’âme, capable de transcender matière, espace et temps. Le héros, c’est Cooper. C’est lui qui, par son cheminement, crée cette singularité dans laquelle la linéarité du temps est abolie et focalisée en une même dimension. Je m’explique.

    On peut comparer Brand et Cooper à des nouveaux Adam et Eve… un couple primordial, qui partage le même penchant pour l’amour (lui sa fille, elle son compagnon). C’est cet amour qui les met en contact dans le trou de ver, malgré l’écart de temporalité et de lieu. C’est cet amour qui les pousse au sacrifice de leurs désirs – retrouver leur proche. Mais la transformation qu’ils subissent (le ralentissement du vieillissement, mais bien plus encore, la domination de leurs attaches et leurs peurs) pendant leur voyage est en quelque sorte irréversible, un peu comme dans Solaris… Plonger dans l’abîme insondable du trou noir est la seule voie possible pour le héros, qui doit sauver l’humanité terrestre plutôt que sa relation avec sa fille. Son sacrifice, la plus noble des vertus, qui correspond à l’extinction de l’ego, lui a ouvert les portes d’une vision qui le rend inapte à la vie parmi ses semblables.

    D’ailleurs, il se présente au début du film comme un pionnier qui pense être né pour d’autres mondes… Ce qui fait de lui le candidat légitime, l’ ‘élu » d’un nouveau monde, où avec Brand ils pourront mettre en place le fameux plan B des humains « éprouvettes » tout en favorisant la réalisation du plan A… En effet, cette nouvelle humanité « interstellaire » plus sage, plus évoluée, va grandir par la suite avec la conscience supérieure d’autres dimensions, de maîtrise de la gravité. Ca peut expliquer pourquoi Cooper a l’intuition que le tesseract et les êtres du bulk sont en fait des humains évolués… Comment expliquer autrement sa capacité à communiquer ce savoir à sa fille, savoir « secret » qu’elle va mettre à profit pour finir l’équation de la gravitation quantique et permettre à l’humanité d’envisager le plan A?

    C’est d’ailleurs parce que ce plan est mis en pratique par sa fille qu’ils peuvent se retrouver l’espace d’un instant. Scène à rapprocher des retrouvailles fugaces mais éternelles entre le robot devenu un vrai petit garçon et sa maman temporairement ressuscitée dans Intelligence Artificielle de Spielberg. Après une longue quête guidée par l’amour, le petit garçon s’endort pour revivre dans un rêve sans fin cette réunion sacrée. Que Cooper participe à la mise en place de cette boucle temporelle n’est donc en rien surprenant : elle est la condition sine qua non pour qu’il retrouve sa fille, et se faisant, se réalise en tant que héros fondateur d’un monde nouveau qui sauvera l’ancien!

    Un héros rétablit toujours l’équilibre par un « miracle » qui fonde une nouvelle ère de paix et de prospérité : n’est-ce pas Néo…

    Publié par yanncelli | novembre 18, 2014, 12:06
  24. Bonjour
    Toutes les interpretations sont intéressantes mais je n’arrive toujours pas à comprendre l’interaction du futur avec le passé.
    Je m’explique : à la question comment cooper donne des infos à sa fille dans la bibliotheque, il est répondu que c’est parce les humains du futur maitrisent le temps et lui permettent d’y aller. Mais problème n°1 on aurait pas pu voir cooper recevoir les infos au début du film et voir le meme cooper donner ces infos à la fin, sans lesquelles le cooper du début ne serait pas parti (vous suivez?)
    Probleme n°2 (toujours sur interaction futur/passé)
    il est dit aussi que les humains du futur ont créé le trou de ver. Si ils sont issus du plan b : comment des humains du futur à l’état d’embryon peuvent passer dans un trou de ver qu’ils vont créer bien plus tard ? S’ils sont issus du plan a (colonnie cooper) : comment la navette peut passer dans un trou de ver que la civilisation ne créera qu’une fois sauvée, grace aux decouvertes qu’on fait en passant dans ce meme trou de ver….? Meme si elle le met à disposition des heros qu’on suit, il a bien fallu qu’elle soit sauvée par quelque chose qu’elle ne sait pas encore créer.
    Que ce soit a ou b, comment profiter d’une création (aujourd’hui)qui ne peut voir le jour que si on est sain et sauf pour la créer (demain), et mais que sans cette création à notre dispo nous mourront (aujourd’hui) ?
    C’est l’oeuf et la poule en fait 🙂

    Ou alors est ce que le crash de navette de cooper au debut du film était un 1er voyage dans l’espace de sauvetage de l’humanité mais je n’arrive pas à voir ce qui peut en découler si on emet l’hypothese qu’il n’y avait pas encore de trou de ver (pour que ce soit logique)

    Qu’en pensez vous? Merci de m’éclairer

    Publié par Riecola | novembre 20, 2014, 12:21
    • Bonjour, c’est l’œuf ou la poule, comme vous le dites. 😉

      Je comprends tout à fait votre problème (c’est le même pour les 2 cas de figure en fait) mais je ne vois rien de particulier à vous répondre si ce n’est qu’il s’agit tout simplement pour moi d’un paradoxe temporel (comme il peut en exister dans les films traitant du voyage dans le temps). A savoir qu’il faut bien que Cooper parte une première fois dans l’espace pour sauver l’humanité et assurer la survie des humains du futur, pour que la boucle temporelle puisse ensuite se mettre en place.

      Publié par Wolvy128 | novembre 20, 2014, 12:52
      • Sauf que la tu tourne en rond :

        Il ne peut pas partir une première fois, car le trou ne ver ne peut pas exister la premiere fois !

        Le film est totalement incohérent, Nolan s’est fait piégé par le fameux paradoxe « du fils qui tue son grand père »

        Ca peut etre cohérent si le trou de ver est créé non pas par les humains mais par des aliens/fantomes/Dieu….

        Et quand bien meme, Cooper ayant deja véçu l’expérience de la chambre et des livres, n’aurait plus réagit de la même façon dans sa 5D….

        C’est une boucle temporelle impossible. Et de ce fait je trouve le film raté.

        Publié par Dr Floyd | novembre 23, 2014, 11:11
        • Je pense que tu n’a simplement pas compris le film.

          Pour qu’il y ai un paradoxe il faut qu’il y ai une modification dans le passé ou alors une boucle temporelle.

          Dans Interstellar il est impossible de modifier le passé, car ce qui est fait est écoulé, consumé dans le « temps ». Ce qui est arrivé est arrivé et ne changera pas. (C’est dit dans le film par Amelia Brand)

          Dans une boucle temporelle le temps serai shématisé comme ça : A—>B—>C—>A—>B—>C à l’infini.

          Dans le film c’est uniquement : A—>B—>C et c’est tout. (A = Murphy enfant, B = Murphy Adulte, C = humains du futur). La gravité peut traverser le temps, l’étirer et le contracter. Dans un trou il n’y a que de la gravité à 100%. À tel point que l’espace et le temps n’y existe plus. C’est comme si la ligne shématisé se contractait à tel point que A,B et C se contractaient sur A pour ne faire plus qu’un seul point temporelle —A—. Il se passe les évènements que l’on connaît et une fois sorti du trou noir la ligne reprend sa forme initiale.

          L’anomalie gravitationnelle du début du film n’est qu’en fait un évènement inexplicable provenant de la 5ème dimension appelé fantôme ou poltergeist car on ne sait pas comment l’appeler ou l’expliquer autrement pour l’homme actuel (au début du film ou dans la réalité seule 4 dimension sont connu de l’homme). Des choses inexplicables mais que l’on finira par maîtriser comme on l’a toujours fait selon les époques (le début de la maîtrise des 5D commence avec la découverte de l’équation sur la manipulation de la gravité dans le film). Il y a 200 ans on ne pouvait imaginer que l’on pourrai plus tard maîtriser les ondes téléphoniques, on ne savait même pas que ça existait, maintenant c’est une banalité qui fait parti de notre quotidien. Pour l’humanité cela a toujours été comme ça pour toutes grandes découverte. Faire de l’inconnu du connu. C’est l’idée d’évolution de l’humanité. Et c’est l’idée principale du film mais elle pour l’instant dur à admettre car inconnue de l’homme. Je te propose de regarder le tout premier teaser du film et d´écouter attentivement le monologue de Cooper qui en dit pas mal sur l’idée principale d’Interstellar.

          Publié par Downtower | novembre 23, 2014, 11:39
        • Downtower a tout dit, et de façon claire et précise. Merci à lui ! 😉

          J’ajouterai quand même que qualifier le film de raté parce que la boucle temporelle est un peu difficile à appréhender vu notre façon de penser est un peu fort. En effet, même si certains éléments viennent à nous échapper, je trouve que la puissance sensorielle et émotionnelle qui se dégage du long-métrage est assez remarquable, et témoigne justement de sa réussite.

          Publié par Wolvy128 | novembre 23, 2014, 1:27
    • Comment les humains du plan B auraient survécu sans passer par le trou de ver ? Ca ne serait pas la première fois que l’espèce humaine survit miraculeusement. Et si on était dans un univers parallèle parmi une infinité d’autres, celui où l’humanité survit ? Peut être que les embryons ont été envoyés à l’aveuglette, dans un coup de dés, vers une des 3 planètes pour un voyage de plusieurs milliers d’années avec une probabilité très faible que ça marche mais… ça a marché… Et qui sait à quoi ressemblent ces humains du futur ? Ils n’ont sûrement pas grand chose de commun avec nous. Quant à la théorie de wolvy, d’un futur déjà écrit, d’un temps qui serait non une ligne mais un point, où passé, présent et futur se superposent, c’est une théorie du temps vraiment déprimante…

      Publié par Plan C | novembre 20, 2014, 1:11
      • Il n’est pas question de point ou de superposition dans ma théorie, mais d’une vision linéaire du temps. Quant au futur, il n’est pas écrit d’avance (rien n’empêche en effet les humains du futur, ou quiconque, de rompre la boucle temporelle) mais les connaissances et les capacités technologiques des humains du futur leur permettent de mettre en place une solution extraordinaire pour tenter de sauver l’humanité tout entière. Ce qui n’a rien de déprimant pour moi, c’est au contraire très réjouissant.

        Publié par Wolvy128 | novembre 20, 2014, 1:20
      • C’était plutôt la mienne dd théorie 🙂

        Et oui ça peut paraître déprimant mais c’est pourtant bien ce qu’il se passe dans un trou noir puisque le temps et l’espace n’y existe pas à l’intérieur.

        Publié par Downtower | novembre 23, 2014, 12:30
        • Si on ne parle que dans le trou noir, cette vision ne me déplaît pas.

          Publié par Wolvy128 | novembre 23, 2014, 1:33
        • @WOLVY128 (j’arrive pas à répondre directement sur ton commentaire).

          C’est forcément du point de vue d’un trou noir que le passé, le présent et le futur ne font qu’un. Puisque c’est le seul endroit où le temps et l’espace n’y existe pas à cause d’une gravité au maximum. C’est pour ça que la notion de paradoxe n’a pas lieu d’être dans un trou noir, car pour qu’un paradoxe soit possible il faut du temps. Si le temps n’existe pas il n’y a plus de paradoxe possible.

          Publié par Downtower | novembre 23, 2014, 3:41
        • Les commentaires sont limités à 4 réponses imbriquées pour que ça reste lisible, donc normal que tu n’aies pas pu y répondre. Mais c’est parfait comme tu t’y es pris. 😉

          Sinon, j’ai bien compris ce que tu disais, et je suis d’accord. Mais j’ai cru lire (ici ou ailleurs) certaines théories qui avançaient que le temps était comme un point tout au long du film et que passé, présent et futur se mélangeaient à volonté. Or, c’est propre au trou noir.

          Publié par Wolvy128 | novembre 23, 2014, 4:29
        • Oui c’était probablement moi mais j’ai dut mal m’exprimé ou changer sensiblement ma vision de voir la chose peut être mais je parle bien du principe que c’est à l’intérieur du trou noir ou grâce à la gravité que le passé, présent et futur ne font qu’un. En gros si on ne tiens compte uniquement que des 4 dimensions que nous connaissons actuellement, le temps est bien linéaire de notre point de vue. Mais avec la 5ème dimension l’espace-temps n’a plus le même effet, il est maléable.

          Par contre contrairement à toi je ne suis pas partisan de la boucle temporelle, j’interprète différemment et je pense que tout ce qui se passe ne se déroule qu’une seule et une unique fois 🙂

          Publié par Downtower | novembre 23, 2014, 4:41
        • Pas de souci ! C’est ça qui est intéressant avec Interstellar, et même plus généralement les films de Nolan, il offre une certaine liberté d’interprétations. D’ailleurs, on en discuterait pas si tout était figé. 🙂

          Publié par Wolvy128 | novembre 23, 2014, 5:18
  25. J’ai lu pas mal d’autres articles sur Interstellar
    celui-ci est très intéressant, l’interview d’un ingénieur qui bosse sur les fusées Ariane
    http://www.konbini.com/fr/entertainment-2/interstellar-ingenieur-spatial-cinema/

    Publié par VIOTTI Philippe | novembre 20, 2014, 12:14
  26. Modéré par Wolvy128

    Inutile de spammer, votre précédent commentaire (identique) est parfaitement visible.

    Publié par Hirn | novembre 24, 2014, 12:43
  27. Bonjour je vous laisse ici mon interprétation : C’est la seule manière à mes yeux de rendre le film cohérent.

    Pour y parvenir il faut repenser au film Inception. Pour ma part c’est exactement le même principe que dans inception. En réalité il faut imaginer la séance de cinéma comme une expérience faite sur le spectateur. En gros ceux ne sont pas les acteurs qui vivent l’expérience mais les spectateurs dans la salle de cinéma. Dans inception Nolan invente le concept d’inception et pour le faire digérer au spectateur il le réalise sur le spectateur. Rappel : L’inception est l’art de détourner l’attention d’une personne pour faire germer une idée dans sa tête (l’inception étant l’idée elle même). En gros le rêve commence réellement pour le spectateur lorsque le film commence et se termine lorsque le générique apparait. Tout le film n’est qu’un rêve éveillé ou forcé (expérience cinématographique). c’est un peu l’idée d’une boucle ou du serpent qui se mord la queue. Pour éviter les paradoxes il faut absolument relier spectateur au film, il faut s’intégrer à l’intérieur, faire partie du film. L’idée est que film et spectateur sont indisociable et forment un tout. Seule l’existence du spectateur peut rendre cohérente l’histoire. Dans Interstellar c’est la même chose. On peut imaginer le temps sous plusieurs forme. Par exemple un cercle. Si dans le film le temps est un cercle au lieu d’une ligne alors un événement A entraîne un événement B qui entraine une événement C qui entraine l’événement A. A l’intérieur d’un trou noir le temps se contracte sous l’effet de la gravité. Il se confond avec l’espace et la matière. On peut imaginer le temps de façon sphérique comme une boule ou un point. Alors dans ce cas toutes les événements peuvent temporels (ABCDEFG….infini) sont en contact reliés entre eux. Le temps n’est plus linéaire alors le futur passé est présent n’ont plus de sens. Passé peut devenir le futur d’un évenement et inversement et ceux ci n’importe ou. Si dans un trou noir le temps est compréssé à l’état d’un seul point tout devient possible. Passé futur présent existe en même temps et une infinité de scénarios ou mondes parrallèles sont possible. Ce qu’il faut retenir ici (comme pour Inception) c’est que la Séance de cinéma est une pure expérience théorique d’un trou noir. Il faut imaginer que nous sommes (en tant que spectateur) l’acteur principal du film, et que lorsque le film commence nous nous retrouvons dans un trou noir. Je pense que Nollan veut faire vivre au spectateur l’expérience d’un trou noir selon sa propre vision. Pour résumer Interstellar est une expérience cinématographique réalisée sur le spectateur (comme inception) dans la quelle le temps n’existe pas. Le temps se confond avec l’espace et la matière. En gros il n’y a pas de paradoxe temporel uniquement si l’on se considère nous même dès le début du film à l’intérieur d’un trou noir.

    Une autre explication beaucoup plus simple serait celle d’imaginer que les colonies ont été envoyées sans trou de verre au hasard dans l’espace. Pendant se temps la sur terre c’est la fin de la vie. Alors les colonies en sommeil profond + distorsion du temps vont finalement trouver une planète se développer pendant des milliers d’années jusqu’au point d’être capable de créer un trou de verre pour sauver leur Ancêtres. Pour éviter une nouvelle fois le paradoxe il faut alors penser aux théories des mondes parallèles. Ici ce ne serait pas un suicide vraiment un suicide mais plutôt la création d’un monde parallèle ou d’une deuxième ligne du temps. En créant le trou de verre les humains issues des colonies ne récrivent pas leur propre histoire, ils créent un deuxième scénario parallèle. Scénario 1 coexiste avec scénario 2 (2 mondes parallèle). En gros ils ne verront jamais les effets du trou de verre mais savent qu’ils permettent au terriens d’ umpunter un nouveau chemins c’est dire une nouvelle ligne du temps. Un peu comme s’ils les avaient dévier d’une trajectoire linéaire. Scénario1 : des humains ultra évolué issus des colonies envoyés au hasard envoient un trou de verre dans le passé à un endroit précis pour donner une chance à leur Ancêtres d’éviter la fin en se transposant dans un monde parallèle. Dans ce scénario le passé n’est pas vraiment modifié le temps est dévié il emprunte un nouveau chemin et ces hommes évolués ne pourront jamais revoir les terriens morts sur terre. Car dans ce monde là ils sont vraiment mort. Le scénario 2 c’est tout le film. c’est une autre histoire qui se déroule dans la quelle la boucle peut enfin s’opérer. le point de départ étant créé dans un monde parallèle. Dans le scénario 2 les humains vont pouvoir participer à leur propre sauvetage en s’envoyant des info via le trou noir mais uniquement grâce aux trou de verre placé par les humains issus du scénario 1.

    Personnellement je penche pour ma première théorie, car je connais les autres film de Nolan et j’ essais de comprendre un peu sa logique ou sa façon de voir le monde à travers les liens qui existent entre Inception et Interstellar. Pour moi c’est le même principe. 2 concept mais toujours le même protocole. C’est aussi la seule explication qui me permet de dormir en paix .

    Publié par kevin | novembre 24, 2014, 1:58
    • Bonjour Kevin, je comprends votre première théorie mais j’avoue avoir du mal à y adhérer. Certes, Nolan cherche depuis toujours à impliquer au maximum les spectateurs dans ses films, mais ça n’en fait pas pour moi une condition de compréhension. Beaucoup de films nécessitent que le spectateur soit actif, et non passif, pour vivre l’expérience de la meilleure façon possible. Réduire Inception à une expérience de rêve du spectateur ou Interstellar à une expérience dans le trou noir me semble donc tout à fait inopportun.

      En revanche, je pense que d’autres sont également de votre avis concernant la seconde théorie car je crois me souvenir avoir déjà lu une explication similaire (ici ou ailleurs).

      Publié par Wolvy128 | novembre 24, 2014, 3:41
  28. Attention pour comprendre ceci il faut avoir lu mon post précédant et surtout avoir déjà bien réflechit sur le film « inception » du même réalisateur.
    Dans inception tout le monde se demande si à la fin il rêve encore ou non. Pour moi on s’en fou un peu, la toupie et les autres objets ne sont là que pour détourner notre attention. Beaucoup concidèrent dans le film les différents niveaux de rêve comme des étages. Certains supposent alors que le rez de chaussé serait la réalité (c a d la fin du film) mais en fait le rez de chaussée qui correspond à la seule réalité et non la fiction ou le rêve c’est nous même dans la salle de cinéma. Pour avoir une chance de faire germer l’idée il faut descendre le plus bas possible dans les niveaux de rêve au risque d’y rester coincé et de se perdre dans les lymbes (ce qui correspond à la mort ou la folie car on ne peut plus distinguer rêve de réalité). Dans inception je trouve le film cohérent uniquement si tous les niveaux de rêves imbriqués les uns dans les autres existent sous la surface. La surface étant notre réalité à nous dans la salle de cinéma. Je retrouve le même concept dans Interstellar. Le temps n’est qu’un point et la seule façon de pouvoir concevoir une infime partie de l’effet produit par ce phénomène , est pour moi de vivre l’expérience depuis son siège dans la salle de cinéma. C’est la seule condition qui permet d’éviter le paradoxe temporel. Nollan veut nous faire vivre l’expérience d’un trou noir à travers son film mais sans nous le dévoiler. Il voulait de la même manière nous faire vivre l’expérience de l’inception (concept novateur). Ici encore l’idée d’entrer dans un trou noir est novatrice. Pour que les choses deviennent cohérentes il faut que dès le premier instant du film, le temps et l’espace soit déjà soumis à une compression infinie. Pour accepter cette idée on peut imaginer que nous sommes pendant le film dans un trou noir. Le spectateur se trouve tout le long du film dans un trou noir. Il peut alors observer des évenement avoirs des impactes sur d’autres quelque soit leur position chronologique sur une ligne linéaire. Si le temps n’est pas une ligne mais un point alors chaque instant à chaque endroit est connecté. Tout est connecté. Espace est temps disparaissent et tout devient possible comme dans le tesseract. Si l’idée que le spectateur est dans un trou noir parait farfelue on peut aussi imaginer à la place qu’au début du film la terre se fait absorber par un trou noir. Alors tous les personnages se trouvent dans le trou noir. L’acteur principal peut sauver le monde ou plutôt transformer le monde en un nouveau monde à dimension, car il a des qualités exceptionnelles, il ne peut se résoudre à laisser la terre mourrir, il est voué à découvrir d’autres mondes. Il n’accepte pas l’idée d’abandon, il est pilote etc … Sa force qui lui permet de tout modifier lui provient de l’amour pour sa fille. Le trou noir et l’amour déclenche alors la création d’un univers auto suffisant qui se nourrit de lui même, qui devient la cause de sa survit. Dans le trou noir le temps est un point tout devient possible. Le futur peut devenir le passé du présent. Alors il n’y a plus de paradoxe temporel. On peut alors imaginer que la terre parvient à sortir du trou noir grace à cooper qui est le héro est qui a acquérit les connaissances du futur du passé du temps et de l’espace. Il a eu accès à tout et grâce à l’amour il sauve l’humanité. La terre sortie du trou noir se retrouve proche de vénus mais a subit de grande modification au niveau de sa structure et sa gravité. Ou alors la terre ne sort pas du trou noir mais les êtres humains en sorte grâce à cooper et ses actions dans le « passé ». Finalement il a comprit la formule pour manipuler la gravité, il créé alors lui même instantanément et en même temps que l’histoire des terriens ce fameux vaisseaux planète.

    Une nouvelle fois je crois que Nolan ne produit pas des films classiques qui répondent à une logique narrative. Je crois qu’il va au delà en intégrant le spectateur dans son film. Il utilise la fiction cinématographique pour passer des messages et faire vivre des expériences. Expérience de la 4 ème dimension pour interstellar. Expérience du rêve éveillé pour inception. C’est un coup de génie !!!

    Publié par kevin | novembre 24, 2014, 7:56
    • J’ai consacré un article d’interprétation à Inception il y a quelques années et j’ai longuement réfléchi aux questions qu’il pouvait susciter, donc je me sens totalement à l’aise avec les thématiques qu’il développe.

      Après, chacun est libre d’interpréter les films comme il le souhaite mais je n’adhère pas à votre théorie. Avec ce type de démarche, je trouve en effet qu’on peut leur faire dire quasiment n’importe quoi en balayant d’un revers de main certains éléments clés du scénario. Mais ce n’est que mon avis.

      « Si l’idée que le spectateur est dans un trou noir parait farfelue on peut aussi imaginer à la place qu’au début du film la terre se fait absorber par un trou noir. Alors tous les personnages se trouvent dans le trou noir. »

      Avec des postulats pareils, on peut aussi imaginer que, dans la trilogie Batman, Bruce Wayne est mort enfant en même temps que ses parents et que toute la naissance du Chevalier Noir que l’on découvre ensuite représente en fait l’expérience de mort imminente qu’il est en train d’expérimenter. Ou pourquoi pas qu’il s’agit d’une sorte de rêve éveillé visant à donner du sens à sa vie après la disparition de ses parents.

      Je caricature bien sûr volontairement pour montrer qu’en imaginant des choses que le film ne laisse absolument pas présager, on peut alors partir dans toutes directions. Pour moi, ce n’est pas parce que Nolan fait souvent vivre aux spectateurs les sujets de ses films que l’expérience qui en découle constitue leur interprétation.

      Publié par Wolvy128 | novembre 24, 2014, 8:17
      • moi aussi je caricature quand j’imagine la terre engloutie dans un trou noir, c’était juste pour proposer une alternative à l’idée que le spectateur vie l’experience d’être à l’interieur d’un trou noir dès le commencement du film (biensûr il ne vit l’experience qu’a travers les yeux du réalisateur). Je propose cette alternative pour ceux qui seront dérangés par l’idée de faire partie intégrante du film. En proposant cette deuxième alternative je conserve l’idée qu’au moins une personne se trouve dans le trou noir depuis le début du film. Cooper par exemple qui s’envoit des signaux à lui même au début du film. Le cooper du futur existe en même temps que celui du présent ou passé (en fonction du point de vue)…

        Publié par kevin | novembre 25, 2014, 12:54
  29. La deuxième théorie est assez simple. C’est l’idée qu’on ne peut pas changer un événement du passé mais on peut créer un deuxième scénario c’est à dire un monde parallèle. Exemple toto se fait écraser par une voiture. Dans le future cooper veut venir sauver toto juste avant l’accident. Si cooper intervient dans cette ligne temporelle alors il crée automatiquement un monde parallèle. Toto est sauvé de justesse il est transposé dans un monde parallèle identique à l’instant T (mais complètement différent par la suite) qui prend naissance à l’instant T et se développe au fur et à mesure. Dans le premier monde toto est mort et le monde continue de tourner sans lui.
    Cooper est donc lui aussi transposé dans le nouveau monde parallèle. s’il rentre chez lui (dans son monde) il ne verra plus toto. Remonter dans le temps et intervenir sur les évenement revient à se déplacer dans des mondes parallèles créés au fur et à mesure. Ces mondes sont inexistants si on ne remonte pas le temps.
    Si on revient à interstellar alors le spectateur ne voit que le scénario 2. Il ne voit pas le scénario 1 qui est pourtant la condition de l’existence du scénario 2. Nolan laisse alors le spectateur imaginer le scénario 1. On peut parler de monde parallèle au lieu de scénario, ou encore de lignes temporelles distinctes. Une ligne qui se sépare en 2 histoires. C’est comme on veut !

    Publié par kevin | novembre 24, 2014, 8:31
    • Je suis d’accord concernant Inception je vois le film de la même manière même si j’ai ma propre
      Interprétation du film, surtout que Nolan aime appliquer les sujets de ses films aux spectateurs. Il l’a fait également avec The Prestige qui est monté véritablement comme un tour de prestige et qui a le même effet sur le spectateur.

      Également avec Memento grâce à son montage à l’envers qui permet de découvrir les évènements de la même maniere que le personnage principal, comme si nous aussi on perdait la mémoire à court terme.

      Et pour bien comprendre cette façon de faire de Nolan et de son cinéma, je conseille fortement de regarder son court métrage de 3 min Doodlebug qui représente à lui seul une grosse partie du cinema de Nolan par rapport à l’intégration du spectateur dans ses films.

      Concernant Interstellar je ne pense pas que cette méthode s’applique. Le film est différent d’Inception, Memento ou The Prestige selon moi. Et ton explication n’est pas la seule manière de comprendre le paradoxe temporelle (enfin encore faut il qu’il y en ai un). Dans la théorie que j’avais posté et dans mon interprétation du film il n’y a pas de paradoxe temporelle.

      Publié par Downtower | novembre 24, 2014, 9:02
    • Sauf que la création d’une nouvelle ligne temporelle implique forcément un changement dans le passé. Comme dans Looper par exemple lorsqu’un agent ne boucle pas sa boucle. Or, dans Interstellar, il est clairement stipulé qu’il est impossible de changer le passé. La théorie 2 est donc totalement invalide pour moi.

      Publié par Wolvy128 | novembre 24, 2014, 9:11
      • ici il ne change pas le passé, mais en essayant il créé une nouvelle trajectoire du temps, l’ancienne étant conservée. Les 2 scénarios coexistent de façon parallèle (monde parallèle).

        Publié par kevin | novembre 25, 2014, 12:58
        • Si une nouvelle ligne temporelle (ou monde parallèle si vous préférez) est créée, c’est obligatoirement car une modification a eu lieu. Sinon, la ligne conserverait sa trajectoire initiale. A nouveau, Looper illustre parfaitement ce concept. Mais il n’est tout simplement pas valable dans Interstellar d’après les règles énoncées dans le film.

          Publié par Wolvy128 | novembre 25, 2014, 1:18
  30. pour aller plus loin on peut imaginer que la mort n’existe pas pour l’individu mais uniquement pour ceux qui restent. Lorsque l’on meurt on se créé un nouveau monde parrallèle et on disparait de l’ancien. Dans l’ancien monde les gens sont triste. L’homme transposé dans le nouveau monde n’a pas conscience de sa mort dans l’ancien monde. Il a juste l’impréssion d’être passé pré de la mort. Si on applique ceci au film alors cooper se réinvente des mondes au fur et à mesure pour survivre. Son âme est immortelle, en gros cooper se sauve lui même encore et toujours. A chaque fois qu’il meurt il crée un nouveau monde et s’y transpose. Du coup on peut penser que la première scène du film est capitale car il s’agit de la première mort de cooper lors du crash. Il est mort dans le premier monde au yeux des autres. En fait il n’est pas mort il est juste ailleur dans un nouveau monde qu’il vient de créer. Cependant il est plus ou moins condamné. Alors dans son nouveau monde une tempête de poussière énorme arrive et comme par hazard ceci provoque la solution dans la chambre pour trouver les coordonnées de la nasaa et ensuite sauver le monde. En fait on peut imaginer qu’il meurt dans le deuxième monde. Il crée alors un 3ème monde avec les conditions de son existence. C’est son instinct de survit qui lui permet de faire ça mais de façon inconsciente. On peut imaginer qu’il meurt encore plusieurs fois. au moment de la vague géante, ensuite au moment de de la bagarre avec l’autre scientifique puis dans le trou noir. A chaque fois il survit en réinventant un nouveau. En fait il crée lui même les solutions pour éviter la mort de justesse à chaque fois. Il faut garder en tête qu’il meurt aussi à chaque fois dans les autres lignes temporelles. Il créé ainsi de nouvelles trajectoires temporelles. Il faut imaginer que son destin le rattrape et que le monde est condamné, son instinct de survit lui permet de créer au fur et à mesure les conditions pour se sauver lui même ainsi que sa fille et l’espèce toute entière. En fait il ne sauve personne, il maintient comme il peut un avenir cohérent tout en conservant un maximum de repères (sa fille et les autres humains). Il recréé son monde au fur et à mesure. Il crée de nouvelles lignes temporelles pour survivre. C’est un peu tiré par les cheveux mais cela rejoint l’idée de l’âme et son immortalité. Le corps meurt mais l’âme continue son voyage. Dans le film c’est crescendo. Au début c’est juste la mort de cooper mais ensuite c’est l’humanité toute entière qui va s’éteindre, et c’est ce qui se produit dans un premier monde. Cependant l’âme parvient toujours à trouver une solution pour survivre (utiliser un trou noir, créer un trou de verre, envoyer des messages à d’autres époques, manipuler le temps et l’espace). Au début tout ceci est inconcevable pour cooper. Mais au fur et à mesure il comprend de plus en plus de chose. Au fur et à mesure qu’il meurt, il doit trouver des solutions de plus en plus complexe pour que son âme survive. Ce qui est absurde au début pour lui devient de plus en plus cohérent et logique, il accède à une connaissance au delà de la compréhension d’un être vivant ou plutôt d’une jeune âme. En gros il faut être une vieille âme et mourir beaucoup de fois pour comprendre et manipuler les concept de gravité espace et temps. La mort permettrait alors de pénétrer dans un trou noir pour manipuler l’espace et le temps afin de se sauver soi même en se transposant dans un nouveaux scénario monde parallèle ou nouvelle trajectoire temporelle… Après la mort l’âme part dans un trou noir. Cependant toutes les choses ont une fin. Nous vieillissons. lorsque le corp est trop vieux ou trop abimé (effet du trou noir logique sur le corp de couper) alors c’est la fin. Il devient beaucoup plus difficile de continuer voir impossible. L’âme reste dans le trou noir. Cooper peut tout de même communiquer avec sa fille. Ceci serait une façon d’accepter l’idée du fantôme. Le fantôme serait une äme coincée dans le trou noir qui veut interagir avec des proches ou qui cherche à a modifier des évenements du passé pour revivre encore. Voilà pourquoi les livres tombent, pourquoi les maisons sont hantées etc… Si l’on sort du trou noir alors on continue de vivre dans un nouveau monde, mais sans le souvenir d’^tre passé dans le trou noir mais avec juste l’impression d’être passé près de la mort. l’âme serait alors immortelle grâce au trous noirs présent dans l’espace. La mort ne serait qu’une perception erronée de ceux qui restent… A méditer…

    Publié par kevin | novembre 24, 2014, 9:28
    • Oula je trouve bien trop tiré par les cheveux personnellement et ça va pas vraiment dans le sens de l’idée principale du film 🙂

      Publié par Downtower | novembre 24, 2014, 9:39
    • Plutôt indigeste un gros bloc de commentaire comme ça… Pas facile d’arriver au bout.

      Quoi qu’il en soit, je rejoins Downtower, c’est vachement spéculatif et tiré par les cheveux comme analyse. En plus effectivement de ne pas vraiment faire sens avec l’idée du film.

      Publié par Wolvy128 | novembre 24, 2014, 10:54
      • ok c’est tiré par les cheveux je dis moi même dans ce paragraphe. C’est juste qu’il est difficile de démontrer le contraire tout comme pour les 2 autres interprétations que j’ai proposé précédemment. . Mais une fois encore ce qui compte c’est pas le comment arrive le trou de verre ou qui le place mais plutôt l’existence omniprésente du trou noir. lire ci dessous.

        Publié par kevin | novembre 25, 2014, 12:27
  31. Au final c’est le trou noir la clé du film car pour que tout soit cohérent il faut absolument à un moment se retrouver à l’intérieur. Peut importe comment. dans mon idée 1, le spectateur entre dans le trou noir au démarrage du film. Dans mon idée 2, humains éprouvettes créent le trou de verre qui permet aux humains peu évolués d’accéder au trou noir. Dans mon idée 3 la mort correspond au passage de l’âme dans un trou noir. Dans tout les cas de figure le trou noir est permanent et omniprésent. Il existe à toutes les époques et l’homme y est connecté d’une manière ou d’une autre (peut être par sa forte gravité. L’âme ultra légère avec une masse négative serait attirée comme un aimant vers un trou noir lors de la mort) Il permet d’aller ou on veut dans l’espace et dans le temps il permet de tout recréer, réinventer, se sauver soi même. Il permet de manipuler le temps et l’espace il permet à n’importe quel événement de pouvoir être la conséquence ou la cause d’un autre quel que soit son ordre chronologique sur une ligne linéaire. Dans un trou noir le temps n’exitse pas de façon linéaire, c’est un point ce qui rend le paradoxe temporel paradoxal. Si le temps n’est pas linéaire un paradoxe temporel n’existe pas. En gros dans un trou noir tout est permis, les lois de newton ne fonctionnent plus. c’est une nouvelle physique qui nous échappe. C’est la 5ème dimension. A provoque B qui provoque C qui provoque A et ainsi de suite. Là ce serait un cercle. Si le temps est un point alors c’est une sphère si compacte que A B C D E F sont en contact. A peut provoquer F D peut provoquer D etc … Toutes les combinaisons sont permises. Interstellar = nouveau concept difficile à digérer.
    Pour en revenir A Nolan est sa façon d’intégrer le spectateur dans les scénarios. J’ai vu les autres film que tu évoques et ces références ne font que renforcer mon premier point de vue. Pour moi c’est ça du made in Nolan. C’est la Nolan touch ! Désolé, J’ai vu le fim il y a 2 jours et ça fume encore !

    Publié par kevin | novembre 24, 2014, 10:08
    • Je suis d’accords avec toi concernant le fait que le trou noir est la clé. Mais je ne comprends pas pourquoi tu veux que le spectateur soit également dans le trou noir.

      Sinon je suis d’accords pour dire que le temps dans un trou noir n’est plus qu’un seul et unique point dans le temps plutôt qu’une ligne droite. J’avais d’ailleurs expliquer clairement ça dans mes analyses. À partir du moment où Cooper rentre dans le trou noir cela crée 2 anomalies, celle du fantôme et celle de l’apparition d’un trou de ver (et non trou de verre). Je dis 2 anomalies car elles sont inexpliquables par l’homme actuel dans le film mais le deviendront pour les hommes du futur.

      Mais je suis personnellement contre l’idée de boucle temporelle et plus encore avec les univers parrallèles qui ne peuvent être créé que lors d’une modification dans le passé.

      Publié par Downtower | novembre 25, 2014, 8:48
  32. Le problème posé est alors le suivant. C’est le paradoxe temporel du type :
    « J’existe aujourd’hui car dans mon futur j’irais dans le passé pour permettre à mes parents jeunes de se rencontrer et de tomber amoureux. »
    Idem dans le film « les humains du futur existent car ils ont permis aux hommes du passé de survivre en créant un trou de ver »
    Si le temps est linéaire dans le film alors comment expliquer ceci ?

    Publié par kevin | novembre 25, 2014, 12:51
    • C’est toute l’idée d’un paradoxe justement, il est inexplicable. Comme le fait par exemple qu’on ignore qui de l’œuf ou de la poule était là en premier. La poule permet l’apparition de l’œuf, mais pour qu’il y ait une poule, il faut qu’il y ait un œuf. Idem pour l’arbre et la graine. Dans le film, c’est une boucle temporelle dont chaque élément permet que le suivant se réalise.

      Publié par Wolvy128 | novembre 25, 2014, 3:32
      • en gros dans le film l’être humain est à l’origine de sa propre existence? Il s’auto entretient ? Le futur influence le passé . L’homme devient son propre créateur si l’on garde cette idée. Comment la boucle prend naissance ? (je réponds à cela avec mon idée du spectateur dans le trou noir depuis le début du film mais j’ai une nouvelle idée…) je vais la proposer ensuite et vous me direz ce que vous en pensez.

        Publié par kevin | novembre 25, 2014, 5:43
        • Il ne faut pas généraliser ainsi selon moi. C’est expliqué dans l’article mais les humains du futur sont responsables de la survie de l’humanité (trou de ver, tesseract) grâce à la participation de Cooper. Quant à savoir comment prend naissance la boucle, on en revient alors au paradoxe. Qu’est-ce qu’une boucle sinon un cercle d’événements qui s’enchaînent. Or, un cercle n’a pas vraiment de début ou de fin.

          Publié par Wolvy128 | novembre 25, 2014, 6:13
      • J’ai un peu de mal avec la théorie de la boucle temporelle personnellement. Je trouve qu’elle coïncide pas trop avec l’idée générale du film.

        Publié par Downtower | novembre 25, 2014, 7:41
  33. théorie sur l’origine du trou de ver et les conséquences qui en découlent :

    Comment les hommes ont évolués vers le futur pour être capable un jour de créer un trou de ver. Cette histoire est suggérée dans le film mais on ne la voit pas, c’est l’histoire 1. Les humains ont une première fois trouver une solution pour survivre (autre que le trou de ver) et ont ensuite évolué. Peut être qu’ils avaient plus de temps face à la destruction des conditions de vie sur terre (histoire 1). Peut être un trou noir c’est formé quelques centaines d’ années plus tard à une distance raisonnable en fonction des technologies existantes à cette date et un groupe d’humain serait rentré à l’intérieur. Bref, peu importe comment mais Ils ont survécu (peut être un nombre très limité, car on sait dans le film qu’il y a de moins en moins de terriens), ils ont évolué et ensuite inventé le trou de ver. Ils décident alors de le placer dans le passé (pour sauver un plus grand nombre d’êtres humains). On peut aussi imaginer qu’ils ne voulaient pas spécialement ouvrir une porte dans le passé, mais qu’en créant un trou de ver c’est ce qui se passe automatiquement (trou de ver présent dans toutes les époques). Quand on y réfléchit bien à la fin quand cooper sort du trou noir il se retrouve près de saturne donc pas loin du fameux trou de ver.
    Le déclencheur c’est le trou de ver. En créant un trou de ver les humains du futur ont un impact sur le passé. C’est alors l’effet Papillon et les choses s’accélèrent. Le résultat produit c’est, une fin du monde imminente et une modification du futur ou de l’histoire 1. En créant le trou de ver ils modifient ainsi instantanément l’histoire, ce qui déclenche une nouvelle histoire. C’est alors l’histoire 2, celle à la quelle nous assistons pendant tous le film. Les humains du futur (issus de l’histoire 1) ont modifié leur histoire ainsi que leur souvenirs. L’histoire 2 devient possible il en découle, le sauvetage de l’humanité ainsi que la survie de l’espèce. Les humains vont pouvoir évoluer et inventer un jour le trou de ver. Ils vont alors créer et placer le trou de ver dans le passé pour respecter leur propre histoire. Dans le futur ils devront obligatoirement créer le trou de ver et sauver leur ancêtres car s’ils ne le font pas ils créent un paradoxe temporel qui anéantirait l’humanité à l’instant ou le trou de ver aurait du être créé. Et ainsi de suite. Si les humains du futur respectent leur histoire ils pourront alors continuer de vivre de nouvelles aventures.
    voilà ont a une histoire linéaire dans la quelle 2 points du temps sont relié par une passerelle ou trou de ver. Schématiser le temps est totalement abstrait. Cependant si le temps et l’espace ne font plus qu’un et que le temps est une matière alors on peut prendre une feuille de papier, la plier une fois au milieu puis effectuer un second plis a côté de la première pliure mais dans l’autre sens (de manière à former un Z si on regarde la feuille sur la tranche). maintenant on fait un trou pour traverser les 2 plis. ça donne une ligne avec ensuite un z transpersé qui redevient une ligne ensuite. Voilà ce serait à peu pré ça si on plaçait un trou de ver dans le temps. Le fait de créer un trou de ver correspondrait au fait de courber l’espace temps (x fois) de manière à relier des points éloignés dans le temps. En passant dans le trou de ver on peut alors accéder instantanément à un autre endroit du temps et de l’espace. Dans le film ils expliquent que le trou de ver correspond au fait de courber l’espace. Selon la théorie de la relativité, l’espace et le temps sont indissociable. Donc si on courbe l’espace alors on courbe aussi le temps. Voilà pourquoi utiliser un trou de ver correspond à voyager dans le temps.
    RQ: On est pas obliger de faire un Z, plier une feuille en 2 est suffisant. Pour relier encore plus de points on peut aussi imaginer le temps enroullé comme un un rouleau de PQ que l’on perfore avec une aiguille.

    Publié par kevin | novembre 25, 2014, 7:55
    • je précise que créer un trou de ver revient à courber ou plier le temps ce qui provoque automatiquement un changement de trajectoire. En pliant une feuille en 2 la feuille n’est plus à plat il y a un changement de trajectoire. A l’échelle de l’histoire si on plie le temps comme une feuille de papier alors on change l’histoire originale. L’histoire emprunte un nouveau chemin à partir de la pliure. L’histoire est donc modifié à cause d’un événement du type trou de ver. Ceci démontre d’une autre manière le phénomène qui permet de passer de l’histoire 1 à l’histoire 2 que j’ai évoqué dans mon interprétation finale. (passer d’une feuille plate à une feuille pliée c’est comme passer d’une histoire 1 à une histoire 2 en créant un trou de ver)

      Publié par kevin | novembre 25, 2014, 8:10
    • Beaucoup de spéculations dans cette théorie afin de la faire correspondre à l’histoire du film, je ne suis pas convaincu. Mais ça n’engage que moi. 😉

      Publié par Wolvy128 | novembre 25, 2014, 8:30
      • Alors le temps est un cercle, et dans un cercle il n’y a pas de commencement. Il n’y a donc pas de première fois dans le film, pas de début ni de fin. C’est comme faire le tour d’un rond point. Dans des milliards d’années nous seront ailleurs et condamnés nous enverrons alors une bactérie sur une planète très éloignée dans le temps et l’espace. Cette planète s’appellera la terre. La bactérie proliférera et se développera biologiquement ensuite, pour donner la vie telle que nous la connaissons. Et ainsi de suite … ce qui expliquerait d’une autre manière les impressions de « déjà vu » que nous avons parfois.

        Publié par kevin | novembre 25, 2014, 9:42
        • Il n’y a pas de début ou de fin spécifique de boucle dans le sens où chaque événement peut s’y prêter en fonction du point de vue auquel on se place. En effet, on pourrait considérer l’apparition du trou de ver comme le point départ du récit, au même titre que la découverte des coordonnées de la NASA par Cooper, ou encore les messages que ce dernier envoie à partir du tesseract en tant que fantôme de sa fille. Tout est question de perception.

          Publié par Wolvy128 | novembre 25, 2014, 10:46
  34. ok pour moi, phénomène cyclique.

    Publié par kevin | novembre 25, 2014, 11:21
  35. Ton analyse est assez étrange. Tu dis que les humains du futur, n’ont pas directement donné la solution de l’équation car toute interaction avec le passé peut avoir des conséquences catastrophiques sur le futur. Ils ont quand même créer le trou de verre et le tesseract, si ça c’est pas des interactions avec le passé….

    De plus, si ces êtres sont les humains du futur, leur survie dépend du trou de verre qu’ils ont créer, mais comment un futur pour l’humanité est possible sans ce trou de verre ? On se rend compte qu’on est face à un paradoxe… C’est l’œuf ou la poule.

    Personnellement, quand j’ai vu la fin, je me suis demandé si M. Nolan ne s’est pas fait imposé une « happy end » par les producteurs. On sait comme les réalisateurs dans le cinéma américain sont pieds et poings liés face aux producteurs, et même si Nolan a cette réputation d’être libre. Peut être que la fin qu’il avait prévu ne passait tout simplement pas (car la fin du film tranche quand même complètement avec tout le reste du film qui est quand même très pessimiste).

    C’est pourquoi je pense que Cooper meurt dans le trou noir. Nolan ne laisse rien au hasard et si le Pr Mann parle de ce que l’on voit avant de mourir, la façon dont se fait l’entrée dans le trou noir (le tunnel, la lumière blanche, le sentiment d’amour infini…) cela ressemble beaucoup à ce que les personnes ayant vécu une expérience de mort imminente décrive… Et cette appellation de « fantôme » tout le long du film…

    La station de fin pouvant s’apparenter à une forme de paradis, en tout cas, cooper serait mort à ce moment là. Du moins c’est ainsi que j’ai envi d’interpréter la fin car le fait qu’il ressorte du trou noir, qu’il se fasse secourir etc… fait un peu trop happy end et tranche trop avec le reste du film. Je me demande vraiment si Nolan s’est fait imposer quelque chose sur la fin du film…

    Publié par Alex | novembre 27, 2014, 9:25
    • Mon analyse n’a rien d’étrange. Il y a une différence entre créer des outils (trou de ver, tesseract) permettant aux humains de sauver l’humanité, et interagir directement avec eux (sans savoir s’ils en ont seulement la possibilité). Je souligne également que les humains du futur possèdent certainement une trace précise des événements nécessaires à leur survie. Ils s’attachent donc à les reproduire scrupuleusement pour ne rien bouleverser.

      Pour en revenir au film, je ne le trouve pas spécialement pessimiste pour ma part. Certains aspects sont au contraire extrêmement optimistes. Tout dépend du point de vue auquel on se place. Dans tous les cas, cela m’étonnerait beaucoup que Christopher Nolan n’ait pas eu le final cut du film. Ça ne lui arrive jamais et si ça avait été le cas ici, je pense que ça se serait su. Pour ma part, je n’y crois pas.

      Enfin, comme expliqué dans l’article, je rejette personnellement la théorie de l’EMI qui, si elle permet d’expliquer certains éléments, se heurte néanmoins à quelques obstacles dans le dénouement. Je me demande d’ailleurs si Nolan lui-même n’a pas réfuté cette interprétation dans une interview récente avec Kip Thorne.

      Publié par Wolvy128 | novembre 27, 2014, 3:24
  36. Bonjour, après lecture et relecture de votre résumé qui je trouve est très bien fais ainsi que la chronologie avec la photo, je me permet de laisser un commentaire sur ma vision de la fin du film après un second visionnage au cinéma. Les deux grandes questions du film sont de savoir si Cooper meurt ou pas et de savoir qui tire les ficelles.
    Pour la première question je pense que Cooper meurt après avoir transmis les données de l’équation manquant à sa fille pour sauver l’humanité une fois que le tesseract est refermé par  » les êtres du bulk « . Lors de la visite de la planète de Mann, ce dernier explique à Cooper qu’avant de mourir le cerveau s’efforce de vivre pour voir une dernière fois nos enfants. Et c’est le cas à la fin du film le cerveau de Cooper lui joue des tours et lui fait croire voir sa fille une dernière fois. Se pose alors la question  » Mais pourquoi ne la voit-il pas étant plus jeune lorsqu’il la quittée ?  » Si Nolan nous avait montrés Cooper voyant sa Murphy jeune on aurait compris tout de suite qu’il était mort et du coup plus aucune réfléxion possible. Or ce n’est pas le cas ici, Nolan nous montre Murphy comme si Cooper la voyait à ce moment même avant qu’il meurt. Je pense que cela confirme l’interview de Nolan qui dit que  » dans son film rien n’est fait pour tromper le spectateur et rien n’est laissé au hasard j’ai une fin bien précise en écrivant mon scénario je sais où je vais … et mon film n’est pas fait pour être compris en un seul visionnage  » Je ne pense donc pas que la fin du film est la simple fin que nous voyons à l’écran elle serait trop simpliste pour Christopher Nolan ainsi que son chef d’oeuvre. Et puis pourquoi Mann insisterait alors plusieurs fois sur le fait qu’on voient ses enfants avant de mourir si ce n’est pas le cas à la fin du film ? Autre petit indice pour moi, le poème :  » N’entre pas docilement dans cette douce nuit ..  » On l’entend plusieurs fois au début du film et le père d’Amélia le dit avant de mourir. Et je pense qu’il y’a un lien avec ça car lorsque Rommily explique à Cooper qu’il y’a une chance pour l’humanité en tentant le trou noir pour que le robot puisse transmettre les données à l’humanité il utilise le mot  » douce  » et pour moi en quittant le tesseract il entre dans cette  » douce nuit « . Cet argument est maigre mais je le prend en compte quand même. J’apprécie votre optimisme mais je ne pense pas que Nolan nous servent une fin aussi  » visible « . Ensuite pour ce qui est de la deuxième question je ne pense pas que les êtres du bulk soit des extra terrestres ou des humains évolués. Je rejoins complètement l’avis d’un ancien commentaire posté ici qui dit que ce sont les âmes des être humains mort qui ont permis à cooper d’être sauvé dans le trou noir et de rentrer dans le tesseract. Il le dit à la fin du film  » Tu ne comprend donc pas ? C’est nous « . Et puis au milieu du film Amélia nous parle de  » l’amour pour nos mort, seul l’amour peut traverser le temps et l’espace  » et Nolan le précise bien dans son interview la clef du film c’est l’amour. Je pense donc ici que les êtres du bulk qui ont accès à la 5ème dimension ce sont les âmes des êtres morts qui par amour souhaitent sauver l’humanité et pour cela, ils se servent de la gravité pour communiquer avec Cooper et l’aider pour qu’il puisse à son tour aider sa fille avant de mourir.

    Et puis d’ou sort cette station cooper si ce n’est de son esprit ? Murphy vieille le dit  » pars retrouver NOTRE monde  »
    Voila ma version de la fin du film après deux visionnages 🙂 je n’ai pas évoqué le reste du film qui pour moi est une boucle temporel, un lien infinie entre le passé le présent et le futur et c’est pour cela que lorsqu’il sort du tesseract Cooper serre la main d’amélia .. cela explique beaucoup de choses.
    J’attends votre avis sur ma version de la fin plausible du film et si vous pensez qu’il y’a des incohérences dites le moi. Merci 🙂

    Publié par Nico | novembre 30, 2014, 11:30
    • Bonjour Nico, et tout d’abord merci pour le compliment sur l’article, j’apprécie. 🙂

      Je suis d’accord avec les deux grandes questions du film que vous relevez. Si vous avez lu mon interprétation, vous savez néanmoins que je penche plutôt pour l’autre option en ce qui concerne la situation de Cooper à la fin. Pour moi, il survit. Et j’explique les raisons qui me poussent à le croire dans l’article. Cependant, l’autre possibilité me paraît aussi plausible, même si je ne vois pas pourquoi Nolan aurait volontairement illustré l’inverse de ce qu’il se produit. D’autant plus que dans le cadre d’une EMI, ça ne tient pas vraiment scénaristiquement vu que l’individu est censé orienter ses pensées vers ses proches, et non les imaginer plus âgés comme c’est le cas ici.

      Beaucoup moins partisan de votre interprétation concernant la deuxième question en revanche. Selon moi, les êtres du bulk sont purement et simplement les humains du futur, pas les âmes des êtres morts. Mais ce n’est que mon avis car j’avoue qu’aucun élément incontestable ne permet réellement de répondre à cette question.

      Publié par Wolvy128 | décembre 1, 2014, 12:02
      • Merci avant tout de prendre du temps pour me répondre et pour le partage de nos différents points de vue. Pour en revenir à la première question je suis d’accord avec vous sur le principe mais pas en l’espèce.
        Je m’explique, vous dites que si Cooper est mort pourquoi nous aurait-il montrer l’inverse de ce qu’il se produit. Je ne suis pas d’accord avec vous car je ne considère pas la situation que l’on voit comme étant l’inverse de la réalité (c’est à dire la mort de Cooper) je pense qu’ici Nolan s’est dit que c’était au spectateur de comprendre que Cooper était mort et que tout ça n’était que le fruit de son imagination. Je pense que le film entier porte sur cela ! Toute la réflexion que le spectateur doit mené pour en arrivé à cette conclusion là. Et je pense simplement qu’il a voulu nous compliquer la chose en nous montrant Murphy sur son lit de mort et ce lieu idyllique (station Cooper) où ces souvenirs sont recrées contre sa volonté, il le dit lui même, il est contre tout ça. Et puis comme je l’ai dis précédemment voir Murphy jeune, la réflexion aurait perdue de sa saveur car le doute n’étant plus possible. Ici la plus part se diront que Cooper a survécue sauf qu’en creusant on s’aperçoit que non. Après je ne suis pas Christopher Nolan mais ne serait pas trop simpliste venant de sa part si ce n’était pas le cas ? Et puis admettons qu’il ait survécu. Cela voudrait dire qu’a la sortie du tesseract il serait relâché après le trou noir sans problème et tombe dans la bonne galaxie pour être récupérer par les humains arrive à temps pour voir sa fille avant de mourir et repars juste derrière à bord d’un simple vaisseau retraverser gargantua ? ça fait beaucoup à mon goût. Et puis Mann aurait dit cette phrase pour rien aussi pourquoi aurait il autant insister ? je me le demande.
        Pour la suite je suis moins sûr de moi mais je garde ma position car admettons que ce soit des humains du futur vous voulez dire des humains du future issue d’une autre planète ou issue de la planète terre ? Dans le cas où ce sont des humains d’une autre planète quelle intérêt pour eux de sauver l’espèce humaine provenant de la terre ? Et dans le cas où ils proviendraient de la terre comment ont-ils fais la première fois pour s’échapper de la terre ces humains du futur ? Personne n’a pu leur ouvrir le tesseract. Et puis la clef du film comme l’a dit Nolan  » C’est l’amour  » L’amour de l’être humain, l’amour qui lui fait traverser l’espace pour sa propre survie. Et dans ce cas là comment expliquer la phrases d’amélia  » L’amour pour nos propres mort peut nous faire traverser le temps et l’espace « 

        Publié par Nico | décembre 1, 2014, 1:00
        • Pas besoin de me remercier, je trouve normal de vous répondre après que vous ayez pris le temps de laisser un commentaire. Qui plus est, c’est en grande partie pour pouvoir échanger avec d’autres spectateurs que je rédige ce genre d’articles d’interprétation. Je vais essayer de répondre à vos différentes questions mais je précise à nouveau qu’il ne s’agit que de ma propre vision des choses, et que cela ne remet aucunement en cause votre analyse.

          « Après je ne suis pas Christopher Nolan mais ne serait pas trop simpliste venant de sa part si ce n’était pas le cas ? »

          Je pense que la solution la plus compliquée n’est pas forcément la meilleure, même pour un film de Christopher Nolan. 😉

          « Je pense qu’ici Nolan s’est dit que c’était au spectateur de comprendre que Cooper était mort et que tout ça n’était que le fruit de son imagination. »

          Si on suit votre raisonnement, Nolan aurait alors volontairement compliqué la compréhension du spectateur en ce qui concerne le dénouement? Ce n’est pas impossible mais je n’y vois personnellement aucun intérêt. A mon sens, montrer une rencontre avec Murphy (enfant ou adulte) aurait eu le même impact. Après, je conçois totalement que l’on puisse considérer que Cooper ne s’en sort pas car certains éléments vont clairement dans ce sens, en particulier le discours de Mann. Néanmoins, j’y vois pour ma part une volonté de brouiller les pistes en engageant une nouvelle réflexion. Comme la toupie dans Inception qui semble receler une importance capitale, alors que pas du tout en fait.

          « Cela voudrait dire qu’a la sortie du tesseract il serait relâché après le trou noir sans problème et tombe dans la bonne galaxie pour être récupérer par les humains arrive à temps pour voir sa fille avant de mourir et repars juste derrière à bord d’un simple vaisseau retraverser gargantua ? »

          A partir du moment où les humains du futur sont responsables du trou de ver (et du trou noir par définition), ainsi que du tesseract, on peut imaginer qu’ils ont prévu l’extraction de Cooper aux abords de Saturne. De façon à ce qu’ils puissent être repérer immédiatement par la station se trouvant à proximité. Il y a beaucoup de suppositions, je le reconnais, mais c’est impossible de se prononcer catégoriquement vu les zones d’ombre qui subsistent.

          « Pour la suite je suis moins sûr de moi mais je garde ma position car admettons que ce soit des humains du futur vous voulez dire des humains du future issue d’une autre planète ou issue de la planète terre ? »

          La Terre se meurt. Sans la mission de Cooper, l’humanité touche à sa fin. Donc les humains du futur sont les humains sauvés grâce à la mission, qu’il s’agisse de ceux ayant quitté la Terre grâce à la résolution de l’équation ou ceux issus de la colonisation de la planète Edmunds, cela dépend comment on voit les choses.

          « Et dans le cas où ils proviendraient de la terre comment ont-ils fais la première fois pour s’échapper de la terre ces humains du futur ? »

          C’est tout l’objet du paradoxe de la boucle temporelle qui a été abordée dans les commentaires précédents, ainsi que dans l’article. 😉

          « Et puis la clef du film comme l’a dit Nolan : c’est l’amour. L’amour de l’être humain, l’amour qui lui fait traverser l’espace pour sa propre survie. Et dans ce cas là comment expliquer la phrases d’amélia : l’amour pour nos propres mort peut nous faire traverser le temps et l’espace. »

          Je suis tout à fait d’accord avec ça mais je ne l’interprète pas de la même façon. Pour moi, c’est grâce au lieu d’amour extrêmement fort qui unit Cooper à sa fille que la mission peut être menée à bien. En effet, c’est grâce à cet amour qu’il peut traverser le temps et l’espace dans le tesseract pour communiquer avec Murphy et lui transmettre des données capitales. Ce n’est donc pas un hasard qu’il ait été choisi par « eux » (les humains du futur) pour entreprendre le sauvetage de l’humanité. C’était le candidat idéal.

          Publié par Wolvy128 | décembre 1, 2014, 2:25
  37. bonjour,je voudrai avant tout vous remercier pour votre article très explicite (du moins aussi explicite qu’une description d’un film de Nolan peut l’être 😉 ),néanmoins je serai plus que ravi de savoir pourquoi Cooper se battait avec Matt Demon (anomalie de la mémoire!!
    )

    Publié par youcef | décembre 1, 2014, 11:19
  38. cela vas de soit bien entendue…la vrai question est « pourquoi? » en sachant que les deux avaient un objectif commun : retourner sur terre…

    Publié par youcef | décembre 1, 2014, 11:50
    • Le Dr Mann ne veut pas rentrer sur Terre. Sont objectif est de faire croire à la NASA que sa planète est habitable pour qu’on vienne le sauver. Une fois sauver il veut empêcher Brand et Romily d’implanter la colonie car elle ne peut survivre sur cette planète et cela anéantirai les chances de survie de l’humanité. Et Mann ne veut surtout pas mourir seul. Il tente donc d’empêcher Cooper de repartir (du coup ils se battent). Il veut ensuite aller sur Edmunds pour y implanter la colonie pour sauver humanité et sa peau par la même occasion. Il a été purement égoïste mais ses raisons sont compréhensibles. Il représente à lui seul une grosse facette de l’humanité.

      Publié par Downtower | décembre 2, 2014, 12:00
    • Désolé mais la question n’était pas claire. Il aurait fallu demander pourquoi Mann cherchait à tuer Cooper alors.

      Quoi qu’il en soit, je partage totalement la réponse de Downtower, qui me paraît d’ailleurs assez évidente.

      Publié par Wolvy128 | décembre 2, 2014, 12:05
  39. ahhh d’accord..justifiable ! merci beaucoup !

    Publié par youcef | décembre 2, 2014, 12:08
  40. Bonjour. J’ai lu pas mal de commentaires et je trouve que la théorie de la mort de Cooper est, déjà très pessimiste, et un peu hors de propos du film. Car ce film n’est pas Inception, c’est pas un thriller psycho, mais un film de SF qui s »appuie sur des lois et théories réelles. Donc l’EMI et l’ame qui rejoint la famille etc…. Bullshit. Le seul qui en parle dans le film c’est Mann et il est fou.

    Je pense « la résolution » de ce film doit se faire scientifiquement, pas métaphysiquement.

    Cooper se retrouve dans une 5 eme dimension (comprenant donc les 4 premières, le tesseract etc…ça on est d’accord). La 5 eme dimension théorise l’entrée dans des mondes parallèles à travers les trous noirs, donc Cooper1 n’influence pas la Murphy1 de son « monde d’orgine » mais celle du monde « suivant » puis le Cooper2 de ce monde va parler aux Murphy/Cooper3 et ainsi de suite à l’infini. Ce phénoméne crée une boucle temporelle donc Murphy1 est lui même influencé par exemple: Murphy 20000, bien qu’avec cette théorie Murphy 1 n’existe pas et n’a pas lieu d’exister. Cela devient un point fixe dans la ligne temporelle et est donc non modifiable.

    Cette idée peut être appliqué aux humains du futur qui ont créés le trou de vers (mais eux c’est facile il maîtrise les 5 dimensions…petits joueurs)

    Enfin pour finir, je soulève 2 questions scénaristiques, je voulais savoir si Nolan a bien illustré la loi de Murphy avec l’ordre de visite des planètes. Je m’explique selon la loi de murphy (qui n’en est pas vraiment une) s’il y a plusieurs voies pour arriver à son résultat on prendra forcément la mauvaise. Nolan a t’il voulu rendre encore plus scientifique son film en montrant que la bonne voie est choisie en dernière? Ou juste donner un nom cool à une jeune fille?

    et 2 eme question: MAIS PK? PK? Il a fallu qu’elle aille chercher les datas de la première planète??!!! Ca se voyait pas que c’est pas habitable??!! Résultat 23 ans dans la vue et un copain mort!!! Merci Anne Hattaway 🙂

    Publié par Holeraw | décembre 2, 2014, 1:07
    • Bonjour Holeraw, je vous rejoins dans votre analyse vu que j’exclus moi aussi la thèse de l’EMI (pour des raisons que j’évoque dans l’article). Pour moi, le seul élément qui appuie vraiment cette possibilité, c’est le discours de Mann. Et ça me semble assez faiblard comme argument.

      Pour votre première question, j’avoue que je n’avais pas forcément pensé à la loi de Murphy en ce qui concerne l’évolution de la mission (l’ordre de découverte des planètes notamment) mais connaissant Nolan, il pourrait effectivement y avoir laissé volontairement des liens. 🙂

      Quant à la seconde, je pense que, non seulement les données faisaient partie intégrante de la mission, mais ils ne pouvaient pas, en plus, encore tirer de véritables conclusions au moment de leur récupération. Ils venaient à peine de débarquer sur la planète et beaucoup d’incertitudes subsistaient. Ce n’était pas très favorable, je vous l’accorde, mais je suppose qu’une confirmation était nécessaire avant de poursuivre la mission. Bref, ça ne me choque pas moi.

      Publié par Wolvy128 | décembre 2, 2014, 1:36
  41. Le film est un voyage interstellaire à travers l’espace temps. C’est une expérience cinématographique dont l’acteur principal est le spectateur. C’est comme Inception. La réelle inception est faite sur le spectateur lui même. La toupie et autres objets sont là pour détourner notre attention. Dans interstelar, la mort et l’amour sont aussi des objets ayant pour but de détourner l’attention. Imaginez que dès le début du film l’espace temps est déjà courbé. Imaginez que nous sommes dans un trou noir pendant tout le film. C’est l’expérience d’un trou noir tesseract ou trou de ver peu importe. C’est une expérience spatio temporelle réalisée sur le spectateur selon la vision de Nolan et à travers les yeux de cooper. Imaginez si il existait une porte permettant d’avoir accès à n’importe quelle moment du temps et de l’espace. Il faut faire des recherches sur le paradoxe de l’oeuf et de la poule, mais aussi sur la relativité et le temps selon les différentes cultures. Les bouddhistes par exemple ont une vision circulaire du temps et non linéaire… Interstellar est une manière de voir le monde, c’est une façon d’interpréter, la vie et la mort, les cycles de vie, les phénomènes cycliques, le temps l’espace, les cercles les sphères. Je précise que je n’ai pas résumé inception comme ça pour simplifier la réflexion, ou pour expliquer l’inexplicable. J’avais fait beaucoup de recherches et plusieurs visionnages. Pour ma part Nolan utilise les mêmes procédés, ruses et astuces dans interstelar. J’ai adoré Inception et Memento. Interstelar c’est un cran au dessus. C’est une bombe ! Je conseil « L’armée des 12 singes » dans le genre (paradoxe temporel), avec Bruce Willis et Brad Pitt. Pas tout Récent mais bien casse tête !

    Publié par kevin | décembre 6, 2014, 1:48
  42. =========================> Attention Pavé <===========================

    Salut Wolvy128,

    La dernière fois que je suis venu sur ton site c'était pour commenter l'excellente analyse que tu as rédigé sur un autre film de C. Nolan : Inception.
    Encore une fois tu as fait un excellent travail. Je cherchais sans succès une analyse d'Interstellar peu de temps après l'avoir vu au ciné et je ne regrette pas d'être revenu ici. Tant pour la qualité de ton article que pour celle du débat ouvert qui s'en suit à travers les différents commentaires.
    Je vous remercie tous pour vos interventions chacune pertinentes de leur propres points de vues et toujours respectueuses d'autrui. C'est vraiment quelque chose de plus en plus rare sur Internet 🙂
    Je vous ai tous lu, en plusieurs fois car il y a déjà la une masse de réflexion, et je dois dire je me suis retrouvé dans pas mal d'interprétations, disséminé à droite à gauche dans vos différents commentaires.

    Je vais donc maintenant me livrer à mon tour à l'exercice et faire une synthèse de ce que j'ai relevé au fur et à mesure pour vous exposer mon point de vue. Désolé si je répète ce que certains ont déjà dit sans les citer mais je ne me sens pas le courage de relire tous les commentaires pour relever exactement qui a dit quoi. Pour ceux qui se reconnaîtront dans mes propos, sachez simplement que nos visions se rejoignent sur ces points précis et, c'est toujours agréable de constater que l'on est pas seul à partager une idée, n'est-ce pas ? 😉
    Evidemment, ça ne reste que mon interprétation personnelle, qui manque de recul qui plus est, sur un film que je n'ai pu visionner qu'une seule fois. Je suis totalement ouvert à une quelconque critique, contradiction ou remise en question.

    – L'effet Nolan :
    Je pense en effet qu'encore une fois, au delà du scénario de son film, Nolan cherche à transmettre un message au spectateur. Alors qu'Inception remettait en question notre notion de la réalité, l'auteur aborde cette fois le thème de la temporalité, et accessoirement les notion d'existence, de vie et de mort, en cherchant à nous les présenter sous un angle de vue différent.

    – Pourquoi Interstellar ?
    J'ai déjà pensé que la prochaine barrière limitant l'expansion de l'humanité après celle des océans serait celle du cosmos. Or de la même façon que les Hommes ont du bâtir des outils et techniques adéquats afin de traverser les océans, j'ai réalisé (depuis le jour ou j'ai appris la distance en années-lumières nous séparant de l'étoile la plus proche du Soleil) que nous n'avions pas encore les moyens techniques de traverser "l'océan cosmique".
    Même avec une formation scientifique sommaire, j'ai pu m'apercevoir que même en étant capable de voyager à la vitesse de la lumière (cad la vitesse maximale connue par les sciences actuelles), il serait techniquement impossible de créer une civilisation à échelle "Interstellaire", chaque aller-retour prenant des milliers voir des millions d'années…
    De plus il est théoriquement impossible pour un corps humain d'atteindre une telle vitesse sans se désintégrer.
    Clairement, ma seule conclusion, inspirée par de nombreux ouvrages de S-F, était qu'il fallait contourner la contrainte de l'espace en jouant sur la variable du temps afin de pouvoir espérer un jour voyager dans la galaxie comme on se déplace à la surface de la Terre. Une intuition me dictait bien plus tard que cela impliquerait également une remise en question de notre façon de concevoir l'existence…
    Dans Interstellar, c'est exactement de cela dont il est question.

    – Le temps linéaire et paradoxe temporel

    Pour ceux qui voient dans Interstellar un paradoxe temporel ou une incohérence scénaristique, je pense que c'est parce que vous conservez une vision linéaire du temps. Ce point de vue est loin d'être erroné, il est même naturel, car c'est celui que l'on expérimente dans nos vies au quotidien, mais il est valable uniquement parce que nous vivons sur la planète Terre et que cette dernière effectue un mouvement dans l'espace qui lui aussi pourrait être qualifié de "linéaire".
    Pour reprendre un parallèle historique, cela revient à considérer que la Terre est plate. Cela reste un point de vue valable tant que l'on reste à sa surface, et aucun indice semble nous indiquer le contraire, mais vu de l'extérieur, une autre vision des choses se dessine alors sous nos yeux.
    Au passage on retrouve le même type de comparaison quand le héros avoue qu'il n'avait jamais imaginé que le trou noir puisse être une sphère car il en avait simplement eu la représentation sur papier…

    Clairement ce point de vue divise au sein des commentaires. En ce qui me concerne, je pense que l'espace/temps n'est qu'une seule et même chose et que le temps n'est pas linéaire, ou plus précisément qu'il ne l'est pas dans l'absolu, mais uniquement dans un certain contexte.

    Pourtant, vers le milieu du film on entend un des protagonistes affirmer que l'on ne peut pas revenir en arrière dans le temps. Alors comment expliquer un enchaînement d’événement (la fameuse boucle paradoxale) qui échappe clairement à la logique linéaire du temps ?

    Il y a au plusieurs points clés à prendre en compte pour appréhender une vision différente de l'espace/temps :

    1) La causalité
    Pour moi la notion de temps ne correspond pas à une date, ou une durée exprimable en secondes mais à une causalité, un enchaînement d’événements se produisant dans un certain ordre (causes/conséquences).
    Mais il faut comprendre que cette causalité est intrinsèquement liée au mouvement et donc à l'espace.
    Imaginez un Univers immobile, où tout serait figé, on pourrait alors considérer que le temps n'existe plus, car aucun nouvel événement ne viendrait s'y produire.
    Le temps ou plutôt les "durées" telle qu'on les exprime en secondes ne sont en fait qu'une façon d'exprimer un rapport entre distance parcourue et causalité engendrée. C'est pour cela que l'on parle d'espace/temps car les deux sont indissociables.

    Or et c'est ce que l'on constate lors de la mésaventure sur la première planète, quand on se déplace dans l'espace, on se déplace à la fois dans le temps. Cette expérimentation de la relativité du temps et là pour bien nous faire comprendre que le temps n'est pas figé et qu'il peut s'écouler de façon différente en fonction des mouvements effectués mais aussi du champ gravitationnel. Ce dernier définissant en quelque sorte, "l'épaisseur", "l'importance" ou encore "l'intensité" de la causalité au sein d'un secteur donné de l'espace/temps.

    (C'est d'ailleurs amusant la façon dont on emploie le terme gravité au sens figuré et la symbolique qui s'y trouve…
    Lorsque les protagonistes se trouvent sur la première planète, du fait de l'attraction du trou noir voisin, la "gravité" est plus importante. On s'aperçoit donc qu'une simple causalité s'écoulant sur quelques "secondes" aura des répercussions sur plusieurs "années". Les choix effectués sur cette planète seront donc plus "lourds" de conséquences, plus empreints de "gravité". C'est d'ailleurs une tension palpable que l'on peut ressentir juste après l'incident du tsunami. Les deux personnages ont bien conscience que ce qui venait de se jouer n'était pas à prendre à la "légère"…)

    2) Point de vue et Présent .
    On vient de voir que le temps était lié à l'espace et aux mouvements à travers celui-ci. Mais pour qu'il y ait mouvement, il faut impérativement qu'il y ait un point de référence pour pouvoir exprimer un mouvement par rapport au reste de l'espace/temps. Ce point de référence, c'est le présent.
    Comme cela a déjà été dit (plus haut dans les commentaires et ailleurs), le passé et le futur ne sont que des chimères, ils ne peuvent qu'être imaginés et non vécus. La représentation du passé est toujours sensiblement différente du présent tel qu'il s'est produit et il en va de même pour le futur. Tout le monde sait que rien ne se passe jamais exactement comme prévu…

    Tout ce qui se produit se passe donc dans le présent, en fonction d'un certain point de vue. Et cette notion de point de vue est capitale à la compréhension du fonctionnement de l'espace/temps. En effet, c'est ce qui rend le temps relatif. La relativité du temps correspond à la subjectivité d'un point de vue sur l'espace/temps appelé plus communément présent.
    Que ce soit une molécule, une étoile ou un être humain, ces différents points de vues sont toujours expérimentés dans le présent, bien qu'à une échelle différente,
    Sans trop rentrer dans le détail pour l'instant, je considère également que la capacité à interagir avec la causalité dans le présent est ce qu'on appelle "la conscience", mais nous y reviendrons…

    Pour revenir sur l'anecdote de la Planète 1 (Miller), ce qui explique la différence dans l'écoulement du temps entre la station Endurance et la surface c'est le point de vue. Chacun des deux groupes aura une expérience différente du temps écoulé, et pourtant chacun la vivra dans le présent, de son propre point de vue.

    3) Conscience et Éternité
    Maintenant que se passerait-il si un point de vue était capable d'englober l'ensemble de toutes les causalités, de tous les points de vues, de tous les présents. C'est ce concept métaphysique que l'on nomme "Éternité" mais que l'on pourrait tout aussi bien désigner par le mot "Univers" et que certaines religions ont repris (et malheureusement souvent galvaudé voir carrément détourné) en le nommant Dieu.
    De ce point de vue, on comprend mieux le sens de la phrase : "Je suis l'Alpha et l'Oméga, le commencement et la fin"…

    Mais revenons-en au concept d'Univers figé où rien ne se produit, ou plus précisément, où tout se produit en même temps, l'ensemble de tous les présents possibles et simultanés.

    Même si cela remet en cause notre vision habituelle des choses, il faudrait ici essayer de considérer le fait que la causalité soit une interaction allant au delà de l’enchaînement passé/présent/futur, mais qu'au contraire les différentes causalités sont liées et se produisent en même temps. La seule chose permettant de définir un ordre dans leur écoulement serait notre emplacement au sein de l'Éternité, notre présent.

    Si l'on envisage cette Éternité comme une dimension, de la même façon que l'on pourrait se représenter un territoire géographique, un espace. Il est totalement possible de se déplacer au sein de cette espace dans n'importe quelle direction. Si vous vous déplacez d'un point A à un point B, cela ne veut pas dire que le point B n'existait pas avant que vous ne vous y rendiez, tout comme le fait que l'on ne puisse se rendre au point B à partir de n'importe quel autre point dans l'espace.

    ——————————————————-

    C'est là qu'intervient la notion de conscience, et si l'on aborde le sujet de la conscience, on en arrive inévitablement à une réflexion sur l'existence, la vie et la mort et comme par hasard c'est cette problématique qui est abordée dans la dernière partie du film.

    La première partie de mon exposée est déjà largement contestable mais j'ai bien conscience que cette conclusion est purement personnelle et que peu d'entre vous y adhéreront pleinement. Je la propose tout de même ici afin de stimuler votre imagination et d'ouvrir le débat afin de pouvoir partager et possiblement enrichir nos réflexions respectives :

    Quand on y réfléchit, la mort est un des tabous les plus forts quel que soit la société concernée.
    Il altère souvent notre perception et fait resurgir en chacun de nous une peur instinctive (l'instinct de survie) engendrant des comportements la plupart du temps totalement irrationnels.
    Je pense que c'est le rôle incarné par le personnage de Mann qui représente symboliquement notre peur absolue de mourir, l'amenant ainsi aux pires extrémités du comportement humain (mensonge, lâcheté, traîtrise, meurtre) pour finalement mener cet homme qualifié d'exemplaire tout droit vers une mort stupide et inutile et insensée…

    A l'opposé, le sacrifice de Cooper quand il accepte de se jeter au coeur du trou noir résulte d'un choix conscient de sa part. Certes il est bien sûr effrayé une fois seul dans les ténèbres face à sa propre mort, mais sa décision fut motivé par un tout autre levier…

    Pour exprimer mon opinion sur le deuxième débat autour de ce film, oui je pense que Copper meurt quand son corps physique pénètre à l'intérieur du trou noir.
    Les réalisateurs ayant insisté sur le côté réaliste du film et se sont même associés à Kip Thorne afin de préserver une cohérence scientifique dans le déroulement des faits retranscrit. Dans ces conditions, comment songer qu'un corps humain puisse résister à la pression gravitationnelle d'un trou noir alors que la capsule du vaisseau finira totalement désintégrée.

    Pourtant, contrairement à la croyance commune que la mort serait la fin de tout, je pense que même si le corps de Cooper disparaît, sa conscience elle, continue d'exister. Il pourra ainsi interagir avec le reste de l'Univers mais cette fois ci libre de certaines contraintes temporelles.

    Bien sûr les suppositions que j'émets ici découle d'un discours mystique, que rien ne vient confirmer scientifiquement, mais je crois que quand on cherche à atteindre une compréhension quel que soit le sujet, il n'est point salutaire de se limiter à une seule approche. La science explique déjà énormément de choses quant au fonctionnement de notre Univers, toutefois, les scientifiques eux-mêmes sont conscients de leurs propres lacunes. Rien n'empêche que les réponses que la science n'a pas encore obtenue puissent être atteinte par le biais d'une autre approche.

    La première étape de son existence post-mortem donc, est celle d'un fantôme. Et j'emploie le mot fantôme car il correspond exactement à la situation vécue par l'esprit de Cooper suite à la dissolution de son corps physique. Il est coincé dans un espace temps ou rien ne se produit avec une capacité de perception omnisciente mais une capacité d'action presque nulle. De plus on dit souvent que les fantômes seraient les esprits des morts restés "bloqués" entre deux mondes à cause d'une émotion forte ou d'un acte inachevé de leur vivant. Encore une fois, cette définition convient parfaitement à l'esprit de Cooper pendant son séjour dans le Tesseract.

    De plus cette situation revêt un caractère ironique que j'ai pressenti dès le début du film. Lui qui ne croit absolument pas aux fantômes se retrouve bien sûr à en devenir un. Je sais pertinemment que beaucoup d'entre vous rejetterons d'emblée cette éventualité car "ils ne croient pas aux fantômes".
    Il y a une réplique dans le film qui est assez intéressante à ce sujet. Cooper dit à Murphy en substance (désolé pour la citation exacte, je n'ai vu le film qu'une seule fois…) :
    "Si tu penses qu'il y a un fantôme alors ne te contente pas de me dire que tu en as peur, analyse les faits, recueille des informations et tires en tes propres conclusions"
    Il incite finalement sa fille à appliquer la méthode scientifique à un phénomène encore méconnu, sans aucun préjugé… Cette réplique selon moi s'adresse également au spectateur sceptique.
    (Petite parenthèse : les fantômes font partie des croyances populaires depuis des millénaires dans toutes les civilisations, ce qui laisse supposer que de nombreuses personnes en ont fait l'expérience en des différents lieux et époques. De plus, si vous en parlez sincèrement en privé avec certains membres de votre famille, vous pourriez avoir des surprises… Statistiquement, tout comme pour le phénomène des EMI, pas mal de personnes sont concernées mais on ne l'apprend que récemment. La plupart reste simplement discrète de peur d'être ridiculisée ou pire de passer pour folle. Encore une fois les choses évoluent mais le tabou sur la mort et le "dogme" scientifique ne facilite pas une communication éclairée à ce sujet précis.)

    Mais revenons à l'évolution de notre personnage principal. Une fois la solution à son problème atteinte, son esprit est ainsi libéré de ce qui le retenait prisonnier. Il prend alors conscience de son unité avec l'univers, l'éternité et donc sa part d'implication dans la causalité (le fameux "c'est nous").
    Il peut ainsi continuer le fil de son existence pour devenir ce qui est qualifié plus tôt dans le film "d'être en 5D" :
    Sa conscience subsiste mais indépendamment de l'existence d'un corps physique, cette dernière peut contrairement à nous se déplacer dans l'espace/temps de façon beaucoup plus libre. Il expérimente toujours le présent à travers le point de vue de sa propre conscience, mais cette fois, il peut se déplacer dans l'Éternité dans toutes les directions…
    Cela à le mérite d'expliquer pourquoi Brand aperçoit Cooper pendant son retour vers notre système solaire sous la forme d'un être de lumière…
    Cela explique aussi pourquoi les dernières scènes après son réveil dans la station paraissent surréalistes, comment il peut réussir à rejoindre Brand sur la planète Edmunds en l'absence de trou de ver à bord d'un simple vaisseau et finalement cela vient donner un sens à la mystérieuse réponse de J. Nolan pendant son interview :

    IGN: And he has to try and get to Brand in this little ship?
    Nolan: That’s the idea.
    Il ne donne pas de réponse réelle quand au comment mais sous entend simplement que c'est tout de même que c'est possible. Serait-ce là le secret du voyage "Interstellaire" d'après les frères Nolan ?

    D'une certaine façon, cette conclusion me rappelle cette citation d'Eckhart Tolle :
    "Le secret de la vie, c'est de "mourir avant de mourir" et de découvrir que la mort n'existe pas."

    En conclusion, j'ajouterai le seul point que je n'ai vu exprimé dans aucun commentaire jusqu'à présent, c'est pourtant une comparaison que l'on retrouve assez souvent et je pense qu'au delà des questions factuelles sur le déroulement des événements, cela reste une clé de la compréhension du message premier d'Interstellar :

    Peur = Répulsion
    Amour = Attraction (gravité)

    On comprend ainsi le sens du discours de Brand sur l'Amour qui échouera d'abord sur Cooper alors qu'il décidera d'agir uniquement par logique pure (et non par intuition) ainsi que l'énergie qui lui permettra finalement de retrouver sa fille à travers l'espace/temps et de l'aider à sauver l'humanité !

    Les sciences physiques ne sont pas opposées à la spiritualité, au contraire, elles décrivent les mêmes phénomènes mais d'un point de vue différent…

    P.S : désolé pour la mise en forme un peu brouillon, ce fut un peu plus long que prévu 😉

    Publié par Flo | décembre 12, 2014, 11:10
    • Bonjour Flo, et tout d’abord merci pour ton commentaire extrêmement riche. Je suis content de te voir revenir sur le blog après ta précédente visite. Il est vrai que j’essaie au maximum de favoriser les discussions (constructives) à la suite des articles car elles sont parfois plus intéressantes que les articles eux-mêmes. Je regrette néanmoins qu’elles soient de plus en plus rares sur le net car, en ce qui me concerne, c’est vraiment cette volonté d’échanger avec d’autres passionnés qui m’a motivé à lancer le site il y a quelques années.

      Concernant ton interprétation, j’imagine que tu ne seras pas surpris de savoir que je ne la partage pas totalement (notamment en ce qui concerne le dénouement) mais j’avoue que ton point de vue est bien argumenté et stimule incontestablement la réflexion. Donc merci encore pour ta contribution, j’apprécie.

      PS: Aucun problème pour la mise en forme, c’est tout à fait lisible. 😉

      Publié par Wolvy128 | décembre 12, 2014, 4:04
    • Alors je suis 100% d’accords avec ta première partie concernant la notion du temps qui rejoins totalement l’analyse que j’avais posté plus tôt sur le site. En revanche je suis un peu moins d’accords avec la deuxième partie même si l’idée est interressante.

      Quand il y a des choses qui nous dépasse, que l’on est pas capable de comprendre, on réfère souvent ces évènements à Dieu, aux esprits, aux fantômes, aux OVNI, aux mystères etc. Car il y a des dimensions qui ne nous sont pas accessibles, pas perceptibles pour notre comprenhension actuelle. De la même manière qu’un poisson ne peut pas comprendre tout ce qui se passe en dehors de l’océan. Et je pense que c’est de là que vient l’idée de fantôme, car Murphy observe une « chose » invisible provenant d’une autre dimension (entre autre la 5D) qui intervient sur la bibliothèque. Mais ce n’est qu’un fait gravotationnelle qui deviendra une banalité dans le futur grâce à l’évolution humaine.

      Car le sujet du film traite bien de l’évolution humaine. De la capacité de l’humanité à survivre aux circonstances en s’adaptant à son environnement grâce à l’évolution. En réalisant l’impossible, faire de l’inconnu du connu. Et le film nous montre le prochain pallier de l’évolution humaine qui est de maitriser la gravité. Et qui parviendra grâce à cette découverte à évoluer dans un futur lointain jusqu’à la maîtrise de l’espace/temps. Car chaque découverte en amène une autre.

      Donc je ne pense pas que Cooper soit mort en rentrant dans le trou noir car premièrement c’est « plausible » scientifiquement parlant et expliqué dans le film. Plus un trou noir est petit et plus son effet de marée est puissant. À l’inverse, plus un trou noir est grand et plus son effet de marée est faible. C’est expliqué dans le bouquin de Kip Thorne et clairement dit par Romily dans le film à Cooper qui lui explique que grâce à cela, TARS pourrait être envoyé à l’intérieur (ou autrement appelé l’Horizon) sans être déchiqueté. Concernant le vaisseau il est beaucoup plus imposant ce qui explique ça dégradation plus rapide, et Cooper est envoyé dans le Tesseract par les humains du futur ce qui le protège comme l’effet d’une « bulle ». Il est également renvoyé par les humains du futur (qui je le rappel maîtrise l’espace/temps) de l’autre côté du trou de ver qui se referme probablement en même temps que le tesseract (quoi qu’on en sait rien à ce sujet et il ne faut pas se filler au script de Jonah Nolan qui a été énormemement modifié).

      Publié par Downtower | décembre 12, 2014, 7:02
      • Et concernant ces petits vaisseaux qui partent seuls dans les galaxies, je pense qu’avec la capacité de contrôle de la gravité, ces vaisseaux peuvent probablement se déplacer en courbant l’espace temps grâce à la gravité et traverser des océans d’étoiles rapidement un peu à la manière d’un Star Wars (en plus réaliste bien sur). D’ailleurs lors du départ de Cooper à la fin du film, il y a un clin d’œil à Star Wars avec Cooper dans le vaisseau et TARS qui se redressent à l’arrière du vaisseau à la manière d’un R2D2.

        Publié par Downtower | décembre 12, 2014, 7:10
  43. J’ai vraiment bien aimé le film mais pour moi le problème du paradoxe temporel persiste…
    J’ai lu beaucoup des commentaires et je suis désolé mais aucun ne m’a satisfait.
    Comment expliquer que cooper puisse s’envoyer a lui même les coordonnés de la station spatiale car c’est justement ses données qui lui ont permis d’aller dans l’espace..
    Il faut qu’il puisse aller dans l’espace une première fois pour s’envoyer les données et cela est juste impossible comme décrit dans le film..

    L’erreur du film selon moi c’est d’avoir montré cooper en train de s’envoyer a lui même les coordonnées de la station spatiale.. Nolan aurait du se contenter de montrer cooper en train de s’envoyer le message « stay » et les données enregistré sur la montre. Si Nolan avait fait cela il n’y aurait plus de paradoxe temporelle (et ça serait un chef d’oeuvre a 100%).

    En plus, a un moment du film, on explique que « les autres » pourraient agir sur des variations de notre gravité, ce qui aurait pu d’ailleurs causé le crash de cooper au début du film. Donc si cette idée est mise en place pourquoi vouloir que ça soit cooper qui s’envoit a lui même les coordonnés de la base! Nolan aurait du rester la dessus et sous entendre que ce sont ces « autres » (pas comme dans « lost » hein) qui ont fournis les coordonnés à cooper.

    C’est tellement dommage que ce détail gache la cohérence du film…

    MAis après si quelqu’un a une théorie qui tient la route pour expliquer cette incohérence je suis preneur!

    Publié par dimitrii | décembre 15, 2014, 1:59
    • Un paradoxe n’est justement pas censé pouvoir s’expliquer, qu’il persiste est donc tout à fait normal. Lorsqu’il est question de boucle temporelle, la présence d’un paradoxe est souvent de rigueur. Comme par exemple celui de l’œuf ou la poule. Qui était là le premier en sachant que les œufs viennent de la poule et qu’il faut bien un premier œuf pour obtenir une poule? Il ne s’agit aucunement d’une incohérence.

      Publié par Wolvy128 | décembre 15, 2014, 2:32
      • Non mais je trouve ça juste facile de dire c’est un paradoxe temporel, donc ça s’explique pas et c’est tout.. Si ça s’explique pas c’est peut être simplement car c’est impossible…
        Et pour ton exemple de l’oeuf et la poule c’est n’importe quoi, c’est juste une blague le principe de ^l’oeuf ou la poule^ y’a rien de paradoxal la dedans, ça s’appelle juste l’évolution! Darwin tout ça…
        C’est aussi bête que de se demander comment l’être humain peut exister car ils faut bien déja 2 parents pour créer un enfant, mais comment on était créé ces 2 parents? Bha c’est juste l’évolution..
        Ça interpelle plus quand on parle de l’oeuf ou la poule car ça a deux forme différentes mais le résultats et le même..
        Ah moi que tu crois en la religion et a adam et eve^^ y’a rien de paradoxal la dedans c’est juste de la biologie..

        Publié par Dimitrii | décembre 15, 2014, 3:14
        • L’exemple de l’œuf ou la poule était juste là pour te montrer (simplement) en quoi consistait un paradoxe vu que le concept semble t’échapper dans ton premier message. Et que tu le veuilles ou non, il s’agit bien d’un paradoxe.

          Maintenant, si tu le rejettes directement en parlant d’évolution, tu peux alors avoir la même approche pour le film. Car dans le genre explication facile qui correspond à tout et à rien en même temps, c’est plutôt pas mal l’évolution.

          Publié par Wolvy128 | décembre 15, 2014, 3:29
    • Je suis désolé mais il n’y a pas réellement de paradoxe dans Interstellar. Un paradoxe est une problématique incohérente qui n’a pas de solution possible. C’est le cas dans Terminator, dans l’armée des 12 singes etc. On peut résoudre ce problème en acceptant qu’il existe des dimensions parrallèles ce qui est plus fortement probable que l’on ne le croit selon certaines expériences.

      Dans Interstellar le sujet n’est pas là, car il n’y a pas de de paradoxe à proprement parlé puisqu’il y a une problématique qui trouve une solution expliqué scientifiquement et de manière cohérente. Le temps n’est pas absolu il est relatif, et ça c’est scientifiquement prouvé. Le temps est indisciosciable de l’espace. L’espace c’est les 3 dimensions, les seules que l’humain est en capacité de percevoir. L’espace-temps c’est la 4ème dimension. La gravité déforme l’espace et par conséquent le temps également. Ça tout le monde l’a compris, mais à partir du moment où le temps est totalement relatif et peut être contracté ou étiré à volonté selon la force de gravité, le temps ne peut plus être considéré comme linéaire. Un trou noir c’est de la gravité à son paroxysme et l’espace et le temps se font totalement absorbé au point de ne plus exister. L’espace-temps n’existe plus, il est transgressé par la 5ème dimension qui est au delà de tout ça. On est d’un point de vue omniscient qui peut être partout et tous le temps à la fois. Cooper se retrouve à partir de là dans l’endroit où il a vu pour la dernière fois sa fille, as-t-il été guidé dans ce tesseract par son amour, cette force inconnue qui aurait guidé son esprit (ça correspondrait ainsi au discours de Mann et au Poème du Prof. Brand), as-t-il été guidé par les hommes du futur? Je pense que c’est les deux à la fois. Les hommes du futur ont créé le Tesseract et ont intégré Cooper à l’intérieur, et son amour là guider au moment et au lieu adéquat.

      Ainsi lorsque il découvre les anomalies gravitationnelles au début du film avec sa fille, il est en même temps dans la 5ème dimension. Ça se passe en même temps et c’est pourquoi le passé n’est pas modifiable, c’est qu’il n’y a pas concrètement de passé mais uniquement du présent, un présent en 4 dimensions totalement maléable et déformable par la gravité. Alors comment Cooper peut être dans deux endroits différents au même moment? Tout simplement parce qu’il est dans une autre dimension au delà de la perception humaine. D’où le nom de fantôme/poltergeist au début du film, ces noms que l’on donne au choses que l’on ne comprends pas, mais que l’on comprendra peut être un jour grâce à l’évolution. L’évolution humaine qui est le sujet principal du film.

      Publié par Downtower | décembre 15, 2014, 7:42
      • Pour répondre a downtoner, je crois que tu ne vois pas ce qui me chiffonne dans interstellar…
        C’est par rapport a ton premier paragraphe, c’est faux de dire qu’il n’y a pas le paradoxe dans instellar..
        C’est exactement le même cas que dans terminator et l’armée des 12 singes, on est en plein dans le paradoxe de l’écrivain.
        Comment expliquer que cooper puisse aller dans le tesseract pour s’envoyer les données, comment a t-il effectué ce voyage sans l’aide de ces données a la base?
        Sinon sur tout le reste je suis d’accord avec toi et c’est pour ça qu’interstellar reste un excellent film mais on ne peux nier que le paradoxe de l’écrivain est bien présent..

        Après la théorie sur les 4 dimensions je suis d’accord avec toi mais ça n’explique pas le pb de base que pose ce paradoxe, ça explique les autres parties du film..

        Publié par dimitrii | décembre 15, 2014, 8:49
        • Mais je l’ai pourtant expliqué 🙂

          Tu es bloqué par la perception linéaire que tu as du temps. Comme le professeur Brand qui n’arrive pas à résoudre son équation à cause de ça, Murphy lui dit bien que le temps lui lie les deux mains derrière le dos. Le paradoxe de l’écrivain est different. C’est une boucle temporelle dans une vision en 3 dimensions avec un déroulement du temps linéaire. La conséquence se passe avant la cause dans le paradoxe de l’écrivain, d’où le paradoxe.

          Dans Interstellar ou même dans la réalité,le temps est relatif. Seul le présent existe mais de manière déformé. Selon où l’on se trouve dans l’espace en fonction de la gravité,on est soit dans le futur, soit dans le passé les uns par rapport aux autres pourtant tout se passe en même temps. Alors quand Cooper est dans la bibliothèque, il est en même temps dans le trou noir dans une autre dimension et je dis bien en même temps.

          Donc plutôt que de voir le temps comme ça A—>B—>C—>A—>B—>C—etc avec un paradoxe, voit plutôt le temps comme ça :

          Ce que l’humain perçoit : A—>B—>C et le temps (donc la ligne temporelle) qui se contracte avec la gravité —A—

          Dans ce cas quand les évènements qu’on connait dans le trou noir donc —A— (5D) se déroule, imagine ce que ces actions donnerait si on étire à nouveau ce point temporelle en ligne temporelle pour qu’il soit perceptible pour l’humain A—>B—>C (3D) avec les conséquences des actes de Cooper que l’on connait également. On aurait sur cette ligne temporelle l’anomalie gravitationnelle du début sur A, l’entrée dans le trou noir sur B et les humains du futur sur C. C’est uniquement ce que peut voir l’homme actuel dans ca compréhension et sa perception. Mais c’est pas comme ça qu’est réellement le temps, il faut considéré que toute les lettres sont superposer les unes sur les autres ce qui donne un point temporelle —A— plutôt qu’une ligne.

          Je ne sais pas si j’ai été clair mais il n’y a clairement pas de paradoxe.

          Publié par Downtower | décembre 15, 2014, 11:27
  44. Même si un paradoxe n’est a priori pas explicable on peut émettre des hypothèse pour la plupart d’entre eux. L’oeuf et la poule c’est l’évolution. Le paradoxe du grand père peut être expliqué par l’apparition d’univers parallèles. La nous sommes dans le cas du paradoxe de l’écrivain et il n’y a aucun semblant d’hypothèse a ce paradoxe. Et j’aime bien reprendre kkchose que j’ai lu sur un site, le paradoxe de l’écrivain est admis comme une licence poétique que s’accorde l’auteur. Je vois cela également comme ça. Après on peut leur pardonner car cela donne de bonnes histoire comme terminator, l’armée des 12 singes etc
    Le truc c’est que Nolan aurait pu facilement s’éviter cette « licence poétique » alors que les 2 autres films que je viens de citer repose sur le paradoxe de l’écrivain.
    Je dis juste que j’aurai préféré que Nolan s’évite ce paradoxe car c’était simple a faire sans dénaturer son histoire

    Publié par dimtrii | décembre 15, 2014, 6:40
    • Ok Dimitrii, je comprends mieux ce que vous voulez dire alors. Personnellement, ce paradoxe ne me frustre pas mais si on considère qu’il pouvait être évité, je conçois effectivement qu’on puisse être un peu déçu.

      Publié par Wolvy128 | décembre 15, 2014, 7:03
  45. Bonjour,

    Je pense qu’on ne peut pas expliquer tout le film avec des théories scientifiques. (En quoi les ondes gravitationnelles pourraient être vecteur de la communication entre Cooper et Murphy ?)

    Je voudrais vous donner mon interprétation.

    A mon sens Cooper meurt lorsqu’il traverse l’horizon des évènements. Le tesseract est pour moi une représentation imagée de la théorie holographique : toute l’information absorbée par le trou noir est située sur sa surface, l’horizon des évènements. Tous les évènements passés dont l’information a eu le temps de se propager jusqu’au trou noir sont stockés sur cette surface, comme un réservoir récolterait la pluie. Cela pourrait expliquer le fait que Cooper revoit Murphy prêt de la bibliothèque.

    Après la mort, toute interprétation devient possible puisqu’on sort du champs d’action de la science. Laissons donc notre imagination prendre le relais.

    Au moment où Cooper meurt en traversant l’horizon des évènements, il comprend que la solution de l’équation est l’amour et c’est ce qu’il essaie de dire à Murphy avec la montre. En regardant la montre de son père, Murphy aurait dû comprendre qu’elle devra attendre sa propre mort avant de retrouver son père. Mais Murphy n’a pas compris que l’amour est la solution de l’équation, car seule la mort permet de le comprendre. En bonne scientifique, elle cherchera toute sa vie à chercher (ce que l’on voit tout au long du film). Dans la scène suivante, Cooper est au « paradis » où il retrouve sa fille après qu’elle soit morte de vieillesse.

    Dans cette interprétation, il n’y a pas besoin de boucle temporelle : la communication entre Cooper et Murphy ne permet pas à Murphy de modifier le cours des choses.

    Cette interprétation a l’avantage d’éliminer tous les paradoxes scientifiques gênants.
    Mais elle a l’inconvénient qu’elle suppose un acte de foi : si la terre ne peut être sauvée, l’Homme sera sauvé dans sa rédemption.

    Publié par Clément | décembre 20, 2014, 8:05
    • Bonjour Clément,

      Beaucoup partagent cette théorie, et elle n’est d’ailleurs pas impossible du tout. Néanmoins, en ce qui me concerne, j’opte plutôt pour la solution qui voit Cooper survivre à l’expérience du trou noir.

      D’abord parce que je suis de nature plutôt optimiste et que j’aime à croire que Cooper puisse enfin vivre sa propre vie, après s’être donné tant de mal à défendre celle de l’humanité tout entière. Mais aussi, et surtout, car certains éléments du final ne collent tout simplement pas si on considère que Cooper n’est jamais sorti vivant du trou noir. En effet, s’il a vraiment péri après avoir contacté sa fille, son esprit ne devrait-il pas alors reconstituer, comme dernier endroit, un lieu connu tel que la Terre plutôt qu’une station spatiale complètement inconnue? Et ne devrait-il pas non plus rencontrer une jeune Murphy, ou une Murphy à l’âge adulte, plutôt qu’une vieille femme totalement inconnue pour lui? Autant d’éléments qui me font finalement dire que Cooper s’en est bel et bien sorti, et a une véritable chance de vivre le reste de sa vie avec Brand.

      Ensuite, je n’adhère pas non plus au fait que la résolution de l’équation soit l’amour. L’amour occupe une place prépondérante au sein du récit mais il ne constitue en rien la solution à l’équation pour moi. C’est davantage un moteur au bon fonctionnement de la mission de Cooper. En outre, la résolution de l’équation a d’ailleurs un impact réel concret puisqu’il permet aux derniers Terriens de partir vivre dans l’espace sur une station aménagée. Station qui accueillera Cooper lors de son retour.

      Mais cela n’engage que moi, chaque théorie a ses partisans et ses détracteurs en définitive. 😉

      Publié par Wolvy128 | décembre 20, 2014, 8:22
    • Je ne suis pas d’accords pour la simple raison que si Cooper meurt en rentrant dans le trou noir, comment aurait il pu s’envoyer les coordonnées de la NASA?

      Et je le répète il n’y a pas nécessairement besoin que Cooper soit mort pour supprimé le « paradoxe temporelle ». Et concernant la boucle temporelle il n’y en a tout simplement pas.

      Publié par Downtower | décembre 21, 2014, 7:18
      • Question de point de vue, et d’interprétation, pour la boucle temporelle Downtower. Enfin, on ne va pas une nouvelle fois en débattre. 😉

        Publié par Wolvy128 | décembre 21, 2014, 7:28
        • Oui ça reste une question de point de vue concernant la boucle temporelle effectivement 🙂

          Par contre concernant le paradoxe il n’y en a clairement pas. Un paradoxe est une problématique qui ne peut être résolu, la solution est impossible. Ce qui n’est pas le cas dans Interstellar dans lequel la solution à la problématique est apporté.

          Publié par Downtower | décembre 23, 2014, 8:30
        • Si on se fie à la perception du temps que tu décris dans un commentaire précédent, le « paradoxe » peut effectivement être expliqué. J’étais pour ma part resté sur une vision linéaire du temps (d’où la présence du paradoxe pour expliquer la boucle) mais ton analyse me semble tout à fait pertinente. J’y penserai la prochaine fois que je revois le film.

          Publié par Wolvy128 | décembre 23, 2014, 11:07
      • « si Cooper meurt en rentrant dans le trou noir, comment aurait il pu s’envoyer les coordonnées de la NASA? »
        C’est pas faux. J’avais besoin de me dire que Cooper meurt sans quoi je trouve la fin bâclée.

        Publié par Clément | décembre 23, 2014, 11:47
        • En quoi la fin est bâclé? Elle ne l’ai aucunement, au contraire elle est très recherché et intelligente.

          Publié par Downtower | décembre 23, 2014, 8:31
  46. Très bon article! bien écrit et bien analysé 🙂
    ça m’a permis de mieux comprendre certains points, merci!

    Publié par MoonWalkerTexasRanger | décembre 27, 2014, 4:53
  47. Bonjour et merci pour cette synthèse et la discussion très intéressante qui s’en est suivie.
    Je vous conseille la conférence suivante où Etienne Klein questionne l’existence du temps et aborde également la notion de causalité : https://youtu.be/4lf9xFKoT8Y

    Publié par Dr_SLM | décembre 30, 2014, 3:33
  48. Bonjour,

    J’ai vu le film hier soir pour ma part.
    Voici ma petite réflexion si vous me le permettez 🙂

    Etant donné les écarts énormes de temps qui peuvent se créer, voici ce que l’on pourrait imaginer :
    les 12 premiers astronautes sont envoyés vers des planètes potentielles.
    Ils subissent, tout comme Cooper et Brand, les effets très importants de décalages temporaires (1 heure pour 7 ans terriens).
    les « nouveaux colons » ont emporté, tout comme la mission que l’on suit, des embryons « plan B ».
    Cette nouvelle évolution, nous amène à un décalage temporel très important entre les terriens et les colons.
    Ils ont récupérés les mêmes infos que TARS avec Cooper (passage trou noir).
    Les colons ont donc connaissance de ce qui manque pour résoudre l’équation terrienne.
    En résolvant l’équation, ils maîtrisent ces fameuses 5 dimensions, dont le temps.

    Les colons créent le tesseract et connaissent le parcours de Cooper.
    Ils savent ou et comment mettre en contact le tesseract et Cooper.
    Cooper indiquent comment réussir l’équation aux terriens et donnent sa « position » dans l’espace (bien qu’il ne soit lui même pas conscient de l’identité des créateurs du tesseract)
    Les terriens résolvent l’équation, quittent la Terre et retrouvent Cooper exactement aux coordonnées qui leur avaient été transmises.
    Tout ceci avec les écarts de temps dû aux différents stades du voyages et proximité (ou non) des trous noirs.

    Bref, tout ceci pour dire que cela pourrait être, non pas des humains du futur, mais les colons des embryons « plan B » des terriens qui vivent en « décalage temporaire » avec les terriens d’origine…et ont une…vue décalée du temps et des données qu’ils ont en leur possession.

    Bonne journée

    Publié par seb | mars 19, 2015, 10:29
    • Bonjour Seb,

      Je ne pense pas me souvenir que les premiers astronautes emportaient avec eux des embryons pour le plan B lors de leur expédition. Ils étaient uniquement chargés d’observer les planètes ciblées et de renvoyer un signal sur Terre pour indiquer ou non leur viabilité. D’où le mensonge de Mann pour essayer de sauver sa peau. Et quand bien même cela aurait été le cas, rien n’indique en plus que les planètes subissent une distorsion temporelle. Sur les 3 explorées par Cooper et son équipe, une seule est d’ailleurs altérée à cause de sa proximité avec le trou noir. Et cette distorsion leur laisse en plus moins de temps pour résoudre l’équation par rapport à la Terre puisque une seule heure équivaut à 7 ans. C’est pourquoi les débris du vaisseau de Miller sont toujours présents lorsqu’il débarque, il a sombré quelques instants à peine avant leur arrivée. Cette théorie est donc difficilement plausible pour moi.

      Publié par Wolvy128 | mars 19, 2015, 3:04
  49. Simple remarque, si on part du principe que l’humanite a creer le trou de ver, et pas des E.T :
    Pour que le trou de ver existe, il faut d’abord y penetrer puis explorer le trou noir.
    Donc comment l’humanite peut creer ce trou de ver sans deja y avoir penetrer ?

    Publié par Joka | mars 21, 2015, 2:20
    • De la même façon qu’il faut bien que Cooper ait pénétré une première fois dans le trou noir pour pouvoir s’envoyer les coordonnées. C’est un paradoxe temporel.

      Sinon, l’explication de Downtower (voir commentaires précédents) considérant que le temps est contracté par la gravité peut apporter des éléments de réponse pour ceux qui n’adhèrent pas au paradoxe.

      Publié par Wolvy128 | mars 21, 2015, 4:17
  50. D’apres ce que je comprend et malgre mes connaissances scientifiques limitées :

    La theorie du paradoxe temporel ne peut s’appliquer ici, hormis le paradoxe de l’ecrivain qui peut tout expliquer par magie.
    Pour qu’il y ai paradoxe temporel, il faut un premier voyage dans le temps. Avant ca la ligne du temps est lineaire.
    Dans Interstellar, le voyage dans le temps s’explique par l’exploration d’un trou noir.
    Il est la le point de depart.
    Cette variable n’existe pas dans les autres films traitant de voyage dans le temps, les machines permettant le voyage etant creees sur terre par des hommes grace aux connaissances qu’il peuvent developper sur terre.
    Hors, si suit la ligne du temps originel du temps dans Interstellar.
    A. La terre se degrade —> B. L’humanite se replie sur elle meme, n’evolue plus, puis s’eteint —> C. Futur sans humanité
    Je ne vois pas la place ici pour l’exploration d’un trou noir, si Nolan en avait place un a portee possible pour l’humanite alors cela aurait possible, malheureusement il n’y fait allusion nulle part.
    Dans les autres films de voyage de temps, ce point de depart est possible puisque il depend de la pensée d’un homme et des connaissances a sa portee.

    Concernant la theorie de Downtower, je peut imaginer que les 5d font que chaques periodes se superposent (A B C dans ta demonstration) mais mon esprit (peut etre trop borné ?) ne comprend pas comment C (humains du futur ) puisse exister si on suit la logique de mon explication precedente.
    Pour que le futur influence le present, encore faut-il que le present subsiste…

    Bref, encore une tres belle oeuvre de Nolan qui me laissera un gout amer dans la bouche.
    Je deteste qu’un realisateur nous prennent pour des cons et inventant des enormités pour s’en sortir, mais je crois qu’avec le temps je deteste encore plus qu’un realisateur nous laisse comme des cons a la fin de son film…

    PS: dsl pour le manque d’accent, Ipad !

    Publié par Joka | mars 21, 2015, 4:00
    • Le sujet du film concerne l’évolution humaine, autant en tant qu’être qu’en terme de technologie et de connaissances. La fin du film cherche à nous montrer ce que pourrait être le prochain pallier de l’évolution. Alors forcément il faut quelque chose de difficile à assimiler pour nos connaissances actuelles. Comment aurait réagi un homme préhistorique (autrement dit un homosapien) si on lui aurait expliqué la relativité générale d’Einstein? Où si on lui aurait expliqué le fonctionnement des téléphones portables avec les ondes téléphoniques?

      Comme je l’ai déjà dit, les 4 dimensions connu en physique sont l’espace et le temps. Ces 4 dimensions sont liées à l’une des 4 grandes forces fondamentales de l’univers : La Gravité. Grâce à la maîtrise de la gravité, les humains ont trouvé la possibilité de materialisé les 4 dimensions en 3 dimensions (le tesseract). Le temps devient alors une dimension comme une autre qu’il est possible de voir et de « toucher ». Mais ce tesseract n’est possible que dans un trou noir, tout simplement parce que dans un trou noir la gravité y est si puissante (portant jusqu’à l’infini) que l’espace-temps (4D) n’y existe plus, on est dans une autre dimension (5D). Et si le temps n’y existe plus, il n’y a ni passé, ni présent, ni futur. Donc au début du film, Cooper ne s’envoi pas les coordonnées du futur, mais d’une autre dimension. C’est le même principe pour le trou de ver et les humains du futur.

      Ce qui est arrivé ne peut donc pas être modifié, et ce qui doit arriver va arriver. C’est forcément dur à assimiler comme je l’ai expliqué car c’est une manière differente de voir l’univers de la même manière qu’à une certaine époque il paraissait évident que la terre était plate et qu’elle était le centre de l’univers.

      Après certaines questions peuvent se poser, par exemple : Et si les humains étaient à l’origine de leur propre création et existence? Surtout qu’il y quelques références religieuses :

      – La premiere mission qui s’appel « Lazarus » (Lazare étant un proche de Jésus).
      – les 12 astronautes envoyés pour la mission Lazarus avec un traître qui meurt (Mann) = les 12 apôtres disciples de Jésus avec un traître qui meurt (Judas).
      – Joseph Cooper à pour initiales JC comme Jésus Christ.
      – Cooper qui va surement rejoindre Brand seront à l’origine de la « vie » sur Edmunds à l’image d’Adam et Ève etc…

      Publié par Downtower | mars 21, 2015, 5:25
      • Je te l’avais déjà dit mais j’aime beaucoup ton interprétation Downtower. Elle est pertinente et tout à fait cohérente avec le propos du film. Le seul problème, et tu l’as souligné, c’est qu’elle est difficile à appréhender vu notre perception du temps. En tout cas, je la garderai à l’esprit quand je regarderai le film une nouvelle fois en Blu-ray dans quelques jours.

        Publié par Wolvy128 | mars 21, 2015, 6:19
        • Merci ^^

          J’ai vu deux fois le film au cinéma mais j’attends également le Blu-ray (qui arrive bientôt) pour approfondir mon interprétation 🙂

          Publié par Downtower | mars 21, 2015, 6:24
  51. Je viens de voir le film, et lu bcp de commentaires, dont l’analyse du film à laquelle j’adhère totalement, dans tous les cas de figures, on ne peut échapper au paradoxe temporel si on considère que l’aide vient des hommes du futur.
    Et pourquoi pas une intervention divine qui aurait créé le trou de ver?

    Publié par Fabrice | mars 22, 2015, 2:06
  52. Il reste une zone d’ombre pour ma part.
    Cooper ne sait pas quand il va revoir sa fille et son pere lui dit clairement « ne fait pas de promesse que tu ne pourras pas tenir ». Dans la scene d’apres quand il annonce a sa fille qu’il va partir il ne lui fait aucune promesse. Dans la scene finale ou il retrouve sa fille elle lui dit qu’elle été sure de le revoir « parce que son papa lui avait promis ». En plus de sa elle dit qu’ il adoré le travail d’agriculteur alors que le debut du film montre le contraire.
    Alors est ce que ce Cooper a changé quelque chose de lui meme quand il été dans le teseract ou alors c’est moi qui suis fou….

    Publié par Lucas | mars 25, 2015, 3:10
  53. Bon et bien j’ai effectué un 3ème visionnage (après mes 2 premiers en IMAX au cinéma) avec le Blu-ray et cela m’a conforté dans mon interprétation 🙂

    Publié par Downtower | mars 29, 2015, 7:03
  54. Bonjour a tous,

    Je voulais savoir si ça rendait aussi bien en Blu-ray ou DVD? Je veux absolument revoir le film mais ai un peu peur d’être frustré après l’expérience IMAX? L’immersion est -elle encore possible?

    Pour tout dire, ma femme a perdu son père récemment, il était encore jeune… C’est très dur pour elle. Dans ces moment-la on se raccroche a tout ce qui peut nous maintenir la tête hors de l’eau.
    Comme la plupart d’entre nous, nous sommes cartésiens, de purs produits d’une société sécularisée a l’occidental, pétrie de certitude et bloquée sur une vision de l’existence anthropocentriste, totalement dénuée de croyances et de dogmes, une vision froide et triste. En gros une fois mort, on termine dans une boite au fond d’un trou d’ou ou se repaîtront les vers. Qui pourrait nous en vouloir au regard de Evolution de perception depuis les Lumières et de nos connaissances sur la condition humaine? … Pourtant, lorsque l’on va au bout de nos connaissances scientifiques, lorsqu’on accepte la limite de l’entendement humain sur bien des questions soulevées par nos trouvailles sur l’infiniment grand et l’infiniment petit, on peut accepter de porter un autre regard sur l’Univers et notre place en son sein.
    Je suis persuadé que si on a une appréhension correcte de notre condition toute relative (dans le sens de la théorie d’Einstein) d’êtres incarnés, du caractère bien défini de notre place dans l’espace et le temps et de la prise de conscience de la nature de notre perception des lois fondamentales de l’Univers, alors on peut se permettre de croire en bien des choses sur notre capacité a survivre d’une manière ou d’une autre après la mort…
    Qui peut appréhender que selon la théorie du Big Bang, l’Univers entier il y a 14,7 milliard d’années tenait dans un volume équivalent a celui d’une tête d’épingle? Comment s’imaginer que le CERN, le plus grand projet scientifique international, qui s’apprête a redémarrer son accélérateur de particules est sérieusement en train de rechercher un passage vers une dimension parallèle en cassant les particules elementaires connues a ce jour?
    D’autre part, ce que la science occidentale est en train d’explorer l’a aussi été par des civilisations anciennes par le biais des maîtrise des « Energies » présentes dans l’Univers (incluant dans notre corps).

    C’est ce qui fait a mes yeux le caractère sublime du film de Nolan. Je ne suis pas fan de science fiction, pour moi Interstellar relègue l’aspect divertissement bien au second plan. C’est une oeuvre d’art (au sens de cinéma comme 7eme art) conjuguant métaphysique comme recherche des causes et des Premiers Principes et sciences modernes (astrophysique, cosmologie, physique quantique, physique stellaire..) ainsi que philosophie et épistémologie. De la même manière qu’une fois la Singularité d’un trou noir atteint, l’espace temps se contracte au point d’être nul, la vision existentielle défendue par le film réconcilie toute nos tentatives d’explication de notre condition via les disciplines que je cite plus haut. Bien sur, il ne s’agit pas trouver une réponse, mais tous les éléments de réflexion sont la…

    Je sais que si je montre ce film a ma femme elle y puisera beaucoup de courage, et je sais que ça lui donnera la force de créer en pensée son propre Tesseract. C’est pour moi un shoot d’optimisme sur notre condition d’être humain, peut importe la version que l’on a de la fin.

    Désolé d’être un peu grandiloquent mais j’ai pris une raclée dont je me souviendrai longtemps… Je redoute juste de ne pas être capable de créer les bonnes conditions de visionnage, d’ou ma question au début de ce commentaire.
    Merci en tout cas pour ce fil de discussion qui est de loin le meilleur sur le sujet que j’ai pu trouver sur la toile.

    A +!

    Publié par Greg | mars 30, 2015, 4:50
    • Bonjour Greg ! Et merci pour ce commentaire personnel extrêmement intéressant, d’autant plus quand on a adoré le film comme c’est mon cas.

      Pour répondre à votre question, rien ne vaut bien sûr une expérience de visionnage en salle mais la qualité du support Blu-ray est telle qu’une vision de ce genre est tout à fait recommandable, surtout si on dispose d’un matériel honnête (TV full HD et source audio externe). Pour en avoir fait l’expérience la semaine dernière, je dois dire que j’ai pris quasiment autant de plaisir qu’en salle.

      Publié par Wolvy128 | mars 30, 2015, 5:22
  55. Bonjour
    Suite a la vision du film, je suis tombé sur ce site afin de voir un peu ce qu’en pensent les gens et en découvrir les subtilités qui auraient pu m’échapper.
    Et bien je dois avouer que je suis sidéré de toutes ces analyses qui sont extrêmement approfondies.
    C’est hallucinant de voir jusqu’où certains sont allés dans la réflexion.
    Je n’ai pas envie de faire un commentaire sur le film (je suis incapable d’atteindre le niveau des vôtres) mais je vais en faire un sur vous tous:

    Dans le film STARMAN (1984), le scientifique demande a la fin a l’extraterrestre ce qu’il pense des humains et celui-ci répond: « Vous êtes capable du meilleur comme du pire ».

    Et bien qu’il se passe beaucoup de mauvaises choses chez les humains, ici, sur ce site, il se passe une chose qui est passionnante a suivre et je trouve que votre réflexion donne un aperçu du « meilleur » dont les humains sont capables.

    Merci pour vos réflexions aussi passionnantes a lire que peut l’être le film (qui leurs a donné naissance), a regarder.

    Publié par jecogite | avril 6, 2015, 1:33
    • Bonjour et merci pour ce commentaire qui fait vraiment chaud au cœur ! C’est vraiment l’envie de partager avec d’autres passionnés de cinéma qui m’a motivé à créer le blog il y a maintenant 4 ans et c’est vrai que ce type d’article le permet magnifiquement. A l’heure où tout est à l’immédiateté (réseaux sociaux, smartphone…), les sites constituent encore pour moi un des rares moyens d’échanger de manière construite et argumentée. Et j’avoue que je suis vraiment ravi des discussions qui s’opèrent.

      Publié par Wolvy128 | avril 6, 2015, 1:50
  56. Bonjour à tous!

    Je souhaitais partager ma vision de ce film. Ce n’est pas dans mes habitudes alors pardonnez-moi.
    Comme d’autres, je crois en la mort de Cooper tout simplement car c’est une évidence: quelle entité pourrait survivre à un trou noir ? Si les astres ne le peuvent, comment un homme le pourrait ?
    Il est difficile de se résoudre à cette éventualité, on se rattache à l’inconcevable car la mort n’est pas douce.

    Ce splendide film lance bon nombre de messages.
    La clef est pour moi le Dr Mann. Son nom n’a pas été choisi par hasard. Ce n’est qu’un homme et comme chacun, l’instinct de survie est encré profondément en nous, il nous préserve et nous a permis d’évoluer du stade animal à notre stade actuel. Dr Mann n’a pas pu se résoudre à sa propre fin quitte à sacrifier le dernier espoir de notre espèce ce qui démontre à quel point cet instinct est puissant. Ceci nous ramenant tout simplement à notre condition animal, primitive, toujours omniprésente.
    Cependant, cet instinct se cantonne à l’individu voire à un cercle très restreint (la famille) et ceci est clairement un phénomène plus vrai que jamais de nos jours.
    En cela, Cooper est un surhomme, un héro, il a été capable de transcender sa propre condition, sacrifier son voeu le plus cher(revoir sa fille) pour le bien de l’ensemble.

    Le « happy end » de ce film n’est donc qu’une vue de l’esprit de Cooper avant la mort et c’est ce qui rend ce film aussi magistral. Ce que l’on appelle communément, une expérience de mort imminente.
    Cette fin n’est pas noire, bien au contraire, elle est emplie d’espoir!
    Peut-être que le message le plus fort de ce film est, en effet, lancé à l’individu qui doit regagner en humilité.

    Reste la présence du Wormhole qui demeure mystérieuse.

    C.

    Publié par Charles VERNIOLLE | avril 6, 2015, 8:28
    • Je ne partage pas cet avis personnellement car si Cooper est mort dans le trou noir, il n’aurait pas pu s’envoyer les coordonnées de la NASA et ne serait pas aller dans le trou noir …

      Le discours du Dr Mann concerne bien l’instinct de survie. Mais cet instinct de survie est dictée par l’amour. Qui est une force, une sorte de pouvoir d’une dimension supérieure qu’on est pas capable de comprendre actuellement. C’est par amour que Cooper s’est retrouvé embarqué dans ce voyage. Sans l’amour qu’il porte pour ses enfants il ne se serait pas passé les évènements du film. C’est une sorte de guide pour les humains, ce qui les relie pour former un tout qui est l’humanité. Une humanité qui grâce à l’amour se voit naître un instinct de survie qui l’a poussé à s’adapter aux situations les plus extrêmes, à survivre, à évoluer…

      Concernant le trou noir, il est dit clairement par Romily que sa force de marée gravitationnelle est douce (ça reste relatif) et qu’il alors possible de la traverser sans se faire « spaghettifier ». Ensuite il est envoyé directement dans le tesseract par les hommes du futur. Il est comme dans un « bulle protectrice » au délà de l’horizon dans ce tesseract. Où l’espace et le temps n’existe plus.

      Je pense que le sens profond du film ne correspondrai absolument pas à une mort de Cooper.

      Publié par Downtower | avril 6, 2015, 11:09
    • Bonjour Charles et merci d’avoir pris la peine de livrer votre vision, l’article est aussi là pour ça ! 🙂

      Néanmoins, comme Downtower, je dois dire que je ne penche pas non plus pour une mort de Cooper dans le trou noir. J’en donne d’ailleurs les raisons dans l’article. En outre, je ne trouve pas que cette théorie soit forcément une évidence, au contraire, puisque les humains du futur ont tout fait depuis le début pour que Cooper entre dans le trou noir et accède au tesseract. S’il ne survivait pas à l’expérience, ça remettrait pour moi en cause tout le sens et le bien-fondé du film.

      Publié par Wolvy128 | avril 7, 2015, 12:24
  57. Bonjour.
    Tout cela est passionnant. Bravo pour vos réflexions, théorie, débats.
    Perso je n’ai qu’une seule interrogation (j’ai renoncé a trancher entre paradoxe ou espace-temps ou les 2)

    Non, moi je me demande pourquoi les habitants de la nouvelle station spatiale n’ont pas rejoins Brand sur Edmunds ?
    Je veux dire, ils savent qu’elle est sur une planète habitable, ils savent où et ils préfèrent jouer au Baseball dans un tube ? C’est moi qui suis bête ou cette fin ne rime à rien ? (la première option est plausible😀)

    Ou bien ils sont en chemin ? Alors pourquoi Cooper y va en cachette. ? Bref, je trouve qu’il y avabit déjà assez matière à interprétation dans ce film pour ne pas en rajouter une couche avec une fin bâclée …

    Publié par Brhysse | avril 10, 2015, 1:48
    • Modéré par Wolvy128

      Mauvaise manipulation, le bon commentaire se trouve juste en dessous.

      Publié par Downtower | avril 10, 2015, 9:58
      • Je me suis trompé dans la réponse j’ai mis en ancien copier collé car je suis sur portable et c’est pas pratique bref.

        Le trou de Ver est très probablement fermé à la fin du film. Du coup plusieurs Ranger sont envoyé depuis les Stations pour retrouver Brand sur Edmunds.

        Les habitants de la station Cooper sont des personnes lambda. Ce ne sont pas des astronautes, des pilotes ou des scientifiques, donc la recherche d’Edmunds ne les concerne pas. Ils continuent de vivre normalement donc oui ils jouent encore au baseball.

        Cooper à la fin par à la recherche de Brand car il est pilote, c’est un explorateur c’est en lui. Il n’est pas fait pour rester sur la station et faire semblant de vivre comme avant.

        Publié par Downtower | avril 10, 2015, 10:47
        • Merci pour ta reponse. !
          OK, ça me va bien comme exp!ication. C’est juste dommage de devoir extrapoler pou accepter la fin. Cela dit je suis peut-être le seul à m’être gratté la tête à la fin…
          Merci encore.

          Publié par Brhysse | avril 10, 2015, 12:14
        • Pas de problème, j’ai édité ton commentaire précédent ! 😉

          Publié par Wolvy128 | avril 10, 2015, 1:46
  58. Bonjour moi la question que je me pose encore c’est que au début du film quand il est encore avec sa fille, qui est-ce qui fait tomber les livres ?

    Publié par Benjamin | avril 17, 2015, 4:08
  59. Moi j’ai juste une petite question ;

    Si effectivement Cooper ressort vivant du Tesseract, et est ensuite repêché par la Station spatiale, on estime que 70 ans se sont écoulé depuis qu’il a livré les données à sa fille.

    Donc en 70 ans, l’humanité réduite à des agriculteurs et quelques enseignants (j’exagère mais bon), parvient à créer une station orbitale et à y amener sa population ? N’est-ce pas… impossible ? On parle d’un projet colossal, titanesque, inédit, la déportation de l’humanité et la création d’une mini – planète mécanique viable ? Surtout que le machin, on dirait Utopia, hôpital immaculé, stade de baseball etc.. on a pas fait ça dans l’urgence. Je ne suis pas dans le bâtiment, mais ça me parait impossible non ?

    Deux petites questions ensuite ;
    Le plan A, il consiste à quoi dans la pratique ? En quoi quelques calculs vont sauver l’humanité ?
    Et à la fin, Brand est vivante sur sa planète et on peut voir quelques maisons je crois. Qui sont ces gens ? Il ne devrait pas y avoir qu’un ranger – son copain, mort depuis moult années qui plus est ?

    Publié par salim | avril 20, 2015, 6:50
    • Alors pour répondre à ta première question, les stations sont déjà prête au début du film quand Cooper part dans l’espace. Il ne manque que l’équation permettant de contrôler la gravité pour permettre à ces « arches spatiales » de quitter l’orbite terrestre. Puis avec la découverte de cette équation le bond technologique qui en a découlé est énorme. Et tout pouvait être mis en œuvre pour ces stations.

      Concernant le plan A, il consiste à se rendre sur une planète habitable pour que l’humanité s’y rendent avec ces fameuses stations spatiales pour survivre.

      À la fin du film on peu constater que le docteur Edmunds est décédé mais un campement à été mis en place pour les embryons (plan B).

      Publié par Downtower | avril 20, 2015, 6:58
      • Cool, je n’avais pas bien compris à quoi servait cette fameuse équation, j’ai la réponse ! Ce que je ne comprend toujours pas, en revanche, c’est pourquoi, 70 ans après avoir résolu l’équation, les Terriens sont toujours du côté de Saturne et n’ont pas rejoins la planète de Brand, alors qu’on semble dire que Cooper peut s’y rendre tranquillou dans son tas de ferraille…

        Publié par tylerscissorhands | septembre 8, 2015, 2:44
        • Car le trou de ver s’est refermé après le passage de Cooper, donc ils ne savent pas où de trouve la planète de Brand mais Cooper se lance toute de même dans « l’aventure » car il est fait pour ça et il ne lui reste que ça à faire.

          Publié par Downtower | septembre 8, 2015, 6:08
  60. Bonjour à tous, merci pour les analyses cinérama, et tous vos commentaires, émulateurs de réflexions.
    Si je peux apporter une petite pierre à l’édifice intellectuel, pour ceux qui ne connaîtraient pas déjà,
    UW1 : Universal War One.
    (http://www.senscritique.com/bd/Universal_War_One_L_Integrale/8458664)

    Publié par number10 | mai 4, 2015, 4:59
  61. salut downtower, perso ton explication sur la « 5ème dimension » ne m’a pas convaincu.
    D’abord, le temps passe dans le pseudo-tesseract (Cooper parle et bouge), donc dans ce cas il faudrait carrément parler d’un méta-temps, d’une 6ème dimension, à moins que ce soit ce méta-temps que tu appelles la 5ème dimension.
    Quoiqu’il en soit, il me semble qu’un paradoxe subsiste en effet. En fait je trouve juste que la bonne volonté de Cooper n’a aucun sens, je veux dire, mon premier réflexe, à sa place, dans le pseudo-tesseract, ce serait de ne pas faire ce qui est attendu et de ne pas envoyer les coordonnées au Cooper du « passé » (je mets passé entre guillemets puisque j’ai cru comprendre que tu ne voulais pas appelé ça le passé vu que dans le tesseract Cooper n’est plus inscrit sur l’axe temporel usuel), et de troller complètement dans les messages envoyés, histoire de dire « et maintenant, chère physique, tu l’expliques comment ma présence ici » ? Pour moi l’extraction de l’axe du temps embrouille un peu les choses mais ne change rien au problème.

    Publié par Nathan Palluau | mai 10, 2015, 6:02
    • Mais Cooper se trouve dans une autre dimension. De son point de vue le temps s’écoule normalement mais d’un point de vue extérieur le temps n’a plus de valeur dans un trou noir. Je t’invite à te renseigner sur le point de vue du voyageur qui s’approche d’un trou noir et d’un spectateur extérieur qui l’observe. Le spectateur verra le temps se défiler normalement pour lui mais verra le voyageur aller de plus en plus lentement (jusquà être statique). Le voyageur verra le temps défilé normalement de son point de vue mais verra le temps du spectateur aller de plus en plus vite.

      C’est le même principe pour Cooper mais à l’extrême, c’est le voyageur mais il est passé de l’autre côté de l’horizon des évènements, il est passé dans une autre dimension où le temps et l’espace n’existe plus du point de vue extérieur, du point de vue de l’univers tridimensionnel que nous connaissons, il est donc dans la 5ème dimension. Et les humains du futur, dans leur univers en 5 dimensions, on transformé la 4ème dimension (le temps) en la rendant tridimensionnel, lui donnant un aspect matériel pour la rendre comprehésible pour Cooper, qu’il puisse interagir avec grâce à la gravité qui je le rappel traverse l’espace-temps. Cooper peut observer chaque instant du monde tridimensionnel (le tesseract) et on voit que tous ces instants, ces moments differents dans l’univers tridimensionnel(dans la bibliothèque) se passe en même temps du point de vue de Cooper. On peut observer dans ce tesseract ces infinités de petits instants differents tous se passer en même temps pour Cooper.

      Concernant le choix de Cooper, il ne pouvait pas changer le passé. Si comme tu dis il n’aurais pas envoyé le coordonnées comme tu dis pour changer les choses, il ne se serait jamais retrouvé là à vouloir modifier les choses parce qu’il n’aurait pas reçu les coordonnés tout simplement. Le passé n’est pas modifiable. Si à la fin il décide de changer d’avis et d’écrire un autre mot à la place de « STAY » ou « RESTE » et bien on aurait vu cet autre mot au début du film donc finalement il n’aurait pas agi autrement. Donc quoi qu’il fasse tout est déjà écrit et rien ne peut modifié la ligne temporel tel qu’elle est écrite puisque c’est une dimension comme une autre au final. Donc si on peut voir ces messages via la gravité au début du film c’est que Cooper les a envoyé et qu’il ne peut faire autrement.

      Publié par Downtower | mai 10, 2015, 7:17
      • je vois, merci pour ta prompte réponse. Au final je trouve ça hautement invraisemblable (quand même, la moralité de l’histoire : les trolls avec un esprit de contradiction ne voyageront jamais dans le temps contrairement aux gens de bonne volonté ; me laisse un peu pantois), mais théoriquement viable.

        Publié par Nathan Palluau | mai 11, 2015, 6:21
  62. Et, idem, l’existence même du pseudo-tesseract est douteuse, d’où est-ce qu’il sort exactement ??? Pourquoi est-ce que les humains du futur ont créé ce truc ??

    Publié par Nathan Palluau | mai 10, 2015, 6:06
    • Pour permettre à Cooper de sauver l’humanité en transmettant la résolution de l’équation à Murphy.

      Publié par Wolvy128 | mai 10, 2015, 6:21
      • Oui, j’avais compris le scénario, mais ma question se situait plus au niveau du paradoxe temporel. Au final, la réponse est toujours un peu la même : les humains du futur SONT de bonne volonté (j’écris volontairement au présent pour inviter à considérer le temps entier comme un bloc immuable) sinon cette histoire n’aurait pas lieu.

        Et, d’ailleurs, à mon avis, cette histoire ne pourra jamais avoir lieu à cause de l’esprit de contradiction inhérent à l’homme :o)

        Publié par Nathan Palluau | mai 11, 2015, 6:25
        • C’est tout à fait logique qu’ils soient de bonne volonté, il en va quand même de leur propre survie.

          Publié par Wolvy128 | mai 11, 2015, 10:21
  63. Bon , je vais tenter ma petite interprétation du film…en faisant le parallèle avec mon autre film préféré de Nolan : Inception
    Comme Inception, le thème principal du film est le deuil. Deuil des gens qui nous sont chers, mais aussi deuil de sa propre vie ( passage d’une vie à l’autre, symbole de l’évolution de l’espèce en quittant sa terre nourricière mais aussi symbole du retour à la vie après la mort : Lazarus). Le deuil c’est l’abandon, et comme Ulysse dans son Odyssée
    ( repris par Kubrick) , le héros interprété par Cooper, devra faire ce voyage initiatique pour mourir et renaitre de ses cendres ( le retour ).
    Tout est question de mise à l’épreuve du deuil dans ce film:
    – mort de la femme de Cooper (d’où une culpabilité encore plus grande d’abandonner ses enfants )
    – mort du grand père
    – mort du fils de Tom ( Jessie ) qui aurait dû s’appeler Cooper
    – mort du Professeur , père de Brand
    – mort d’Edmunds , petit ami de Brand
    – mort de Rom et Doyle ( coéquipiers sans famille )
    – mort de Mann ( anti-thèse de Cooper )
    – mort de Murphy (même si on assiste à son dernier souffle )
    Les deux seuls survivants de cette épopée sont les deux héros de ce voyage initiatique qui arrivent à passer à autre chose : Cooper et Brand.
    Personne ne peut dire si ils se retrouvent à la fin, si ils sont vivants ou si ils sont morts, comme dans Inception, ce qui importe, c’est qu’ils ont décidé et réussi à passer à autre chose, faire le deuil de ce qui est derrière soi .

    EMI ou NDE en Anglais
    Comme le deuil ou la mort, l’EMI , symbolisé par le poème, est aussi une notion très présente dans ce film.
    La scène d’ouverture peut être analysée comme un EMI. Et s’il s’était crashé ? Et si tout le film se passait finalement dans le cerveau de Cooper. Quoiqu’il en soit cette scène est très violente et très réaliste, mais finalement qu’un rêve puisqu’on le voit sursauter dans son lit. Alors se pose la question de la réalité des évènements ou en tous cas du possible souvenir dans le temps ( Temps qui est toujours une notion très importante dans les films de Nolan, de Mémento tourné à l’envers, Insomnia où l’on en perd la notion , Inception et le temps qui passe plus ou moins vite en fonction de la strate du rêve et ici sa relativité avec le trou noir )
    Beaucoup de plans sont très subjectifs et à la manière d’un rétroviseur (voiture et aussi navette spatiale ) il y a très peu de plans larges comme si tout se passait dans la tête de Cooper.
    Le rétroviseur symbolise aussi la rétrospective des évènements, qui sait vraiment quand quoi se passe et par quoi tout a commencé ? Boucle temporelle…
    Même le Tesseract, boite en 5 dimensions, symbolisé par une bibliothèque, ne serait t il pas le cerveau de Cooper, ou en tous cas sa mémoire..? Les coupes, fréquences font penser à un IRM, mentionné au début du film pour sa femme morte d’une tumeur au …. cerveau.
    C’est la symbolique du poème, de ne pas se laisser aller, de faire se dernier effort, pour devenir l’espace d’un instant le fantôme de ses enfants, pour aider les générations futures ( notion d’éducation plutôt que de condamner ses enfants à devenir des agriculteurs) qui nous rappelle cet EMI, le tunnel avec une lumière au bout (trou de ver, trou noir et enfin station spatiale, où curieusement il retrouve sa fille mais aussi TARS)
    J’ai vu dans la scène de Baseball, avec le sol courbé, un clin d’oeil au rêve d’Ariane (autre figure mythologique )
    qui se balade dans Paris dans Inception, et qui donc vit aussi dans un rêve…
    Cooper est comme un fantôme dans la chambre de sa fille comme il l’est dans la chambre d’hôpital de la station.
    C’est sa fille qui le libère, ou plutôt la projection qu’il en a d’elle…
    Mais il l’a retrouvé et peut donc passer à autre chose, tout comme DOM qui retrouve ses enfants à la fin d’Inception.

    Publié par Olivier Perrichon | mai 12, 2015, 7:15
    • Merci d’avoir pris la peine d’exposer votre ressenti, c’est toujours très plaisant à lire.

      Personnellement, je n’aime pas trop faire des parallèles entre les films car je trouve qu’ils sont rarement significatifs. Effectivement, en cherchant un peu, on peut faire des liens avec quasiment toutes les réalisations. Et ce n’est pas pour autant que ceux-ci sont pertinents. Du coup, je ne commenterai pas trop ces aspects. D’ailleurs, Interstellar est tellement riche que réduire son thème au deuil me paraît excessif, pareil pour Inception. Les deux films sont beaucoup plus que ça pour moi, et ne pas considérer toutes les thématiques influence grandement l’interprétation finale. Pour le reste, je ne suis pas partisan de la théorie de l’EMI, qui rencontre selon moi pas mal d’obstacles. Je m’en explique dans l’article, et aussi dans les commentaires si mes souvenirs sont bons. Mais dans l’optique de rester dans la thématique du deuil, je reconnais que c’est plutôt cohérent.

      Publié par Wolvy128 | mai 12, 2015, 10:14
  64. Oui le film est très riche, c’est juste un des thèmes finalement assez récurent chez Nolan, et c’est lui même qui a parlé du parallèle avec Inception.
    Un autre thème intéressant est la dualité des personnages, le choix symbolisé par le Plan A et B, le professeur blasé contre sa fille pleine d’espoir en l’amour, Murphy à l’opposé de son frère Casey Affleck, les deux robots identiques et au caractère si différent, Cooper qui est l’anti-thèse de Mann, …
    D’ailleurs la scène de bagarre dans ce décor gelé sur la planète de Mann m’a fait pensé à la scène de bagarre qui symbolise aussi le combat intérieur en chaque homme dans Gerry avec ce même Matt Damon et … Casey Affleck.

    Publié par Olivier Perrichon | mai 13, 2015, 10:21
  65. Bonjour,
    J’ai regardé ce film hier et aujourd’hui et j’ai adoré. Quel voyage, et aussi beaucoup d’émotions (par Cooper, +charisme).
    Moi je cherchais des explications sur le fait que le temps se soit accéléré sur la planète Miller, ça je n’ai pas compris. Quelle est la différence entre le temps qui passe quand on est autour de cette planète dans l’atmosphère et quand on y pose les pieds? On est près d’un trou noir sur la planète ou dans son atmosphère, non?
    Puis dans votre article, vous évoquez deux hypothèses à la fin: survie ou pas de Cooper.
    Pourquoi penser que Cooper meurt dans le trou noir à la fin?
    Rien ne laisse penser cela. Pourquoi verrait-il alors sa fille plus vieille.
    Les français cherchent toujours à se compliquer l’esprit.
    D’ailleurs j’ai lu dans wikipedia en anglais l’article sur le film, c’est cela que j’avais compris. Cooper est repêché à la fin près de Saturne. Je pense donc qu’un vaisseau l’a repêché à travers le trou de verre. Car comment de lui même aurait-il pu repasser dans le trou de verre pour retourner dans le système solaire.

    Publié par Guillaume | septembre 15, 2015, 1:35
    • bonjour,

      le temps ne s’accélère pas , au contraire il ralentit lorsqu’on approche du trou noir, du coup tout ce qui est éloigné semble vieillir plus vite. on pense d’ailleurs aujourd’hui que dans le trou noir le temps est nul (en théorie)
      Cooper meurt à la fin pour plusieurs raisons :
      le symbole messianique ( tel jésus , il renait pour ensuite partir au ciel) les 12 astronautes des missions sont tels ses apôtres; matt damon Judas, et Brand a l’ambiguité amoureuse d’une marie madeleine.
      le symbole de la vie après la mort ( le poème répété tout au long du film, Matt damon qui prévient qu’avant de mourir on voit ses enfants… la station qui ressemble à un tunnel avec une lumière au bout, sa fille qui lui demande au début si il est son fantome, personne qui ne semble le voir dans la chambre de sa fille à la fin …

      bref ça commence à faire pas mal d’indices non ? Plus tout le reste…

      Et puis Nolan adore travailler sur plusieurs niveaux de lecture…

      Il y a beaucoup d’incohérences mais comme expliqué dans Inception : « c’est quand on se reveille d’un rêve, que l’on en constate toutes les incohérences

      Publié par perri | septembre 15, 2015, 3:12
    • Bonjour Guillaume,

      Comme l’a précisé Perri, le temps n’accélère pas sur la planète Miller, il ralentit. C’est dû à la force gravitationnelle du trou noir, tellement forte que le temps s’écoule plus lentement dans son orbite (ce qui est le cas de la planète Miller).

      Sinon, à titre personnel, je ne pense pas que Cooper meurt à la fin. Je m’en explique d’ailleurs longuement dans l’article. Simplement, l’hypothèse de sa mort n’est pas totalement farfelue et certains éléments la confortent. C’est pourquoi je prends tout de même la peine de la signaler.

      PS : Pour info, je ne suis pas français ! 😉

      Publié par Wolvy128 | septembre 16, 2015, 2:56
  66. Tous ces commentaires sont fort intéressant mais se limitent peut être trop a la physique quantique , second niveau de l’existence ou tout est information et énergie . Pour rappel, le premier niveau est la physique lié à l’univers visible par les 5 sens dont nous sommes doté.
    Il est possible qu’une partie du message de ce film soit plus en train de nous faire toucher du doigt le 3ème niveau qui serait le domaine non localisé, celui de l’intelligence et de la conscience. Ce niveau de réalité non localisée opère au delà de la portée de l’espace et du temps, qui n’existe plus à ce niveau. Il n’est pas localisable car il n’est pas « en » vous, et ni « la bas » . Simplement , il « est ».
    Certains scientifiques proposent un niveau d’existence qu’ils nomment l’hyperespace a huit dimension de Minkowski
    Dans cette dimension conçue mathematiquement la distance entre deux événements ( peu importe de combien ils sont séparé dans l’espace temps ) est de zéro . Cela suggère à nouveau une dimension d’existence sans laquelle nous sommes tous et inséparablement « un ».
    La séparation peut etre qu’une illusion. Éprouver de l’amour, sous quelque forme que ce soit , a pour effet de commencer à briser cette illusion.
    Or Cooper dans le tesseract parle d’amour et c’est un message fort mais difficile à décrypter ….
    Philgael

    Publié par Philgael | novembre 2, 2015, 10:41
    • C’est intéressant mais je ne pense vraiment pas que cela soit l’idée du film. Le film reste bien centré sur la liaison Relativité Générale et Physique Quanique. On en reste à 5 dimensions : Longueur, largeur, hauteur, temps, gravité.

      Concernant l’amour c’est effectivement une force (peut être une dimension effectivement) de concrète, qui existe réellement et qui n’est pas qu’un simple sentiment humain. Et c’est cette force qui lie les humains les uns aux autres et qui leur donne cet instinct de survie, cette capacité de surpassement des limites et de survie. C’est ce qui permet l’évolution de l’humanité.

      Mais le tesseract est bien une invention humaine en 5 dimensions et rien d’autre. Mais c’est l’amour entre Murphy et Cooper qui les a tous les deux guidés dans cette bibliothèque (Murphy qui revient adulte dans la bibliothèque et Cooper qui se retrouve dans le tesseract).

      Publié par Downtower | novembre 4, 2015, 1:37
      • Le message de Downtower me rappelle que je n’ai pas encore pris la peine de répondre à ton commentaire. Ton approche n’est vraiment pas inintéressante, et a le mérite de nourrir le débat, mais j’avoue que je rejoins tout de même l’interprétation de Downtower, qui me semble mieux coller à l’esprit du film.

        Publié par Wolvy128 | novembre 4, 2015, 2:54
        • Bonjour, voici ma théorie pour la 1ère apparition du trou de ver ( début de la boucle). Les humains du futur qui ont survécu ( peu importe la façon) ont fait le choix d interagir dans le passé pour une raison certainement très importante ( guerre, trop peu nombreux, on vu le futur et voyent leurs extinction…). Sauf qu il est dis que l on peut pas changer le passé, alors en créant le trou de ver ds le passé ( au bon moment, meilleur endroit….bref tout est calculé) ils savent qu ils vont changé les évènements et de ce faite eux vont disparaître instantanément ( leurs histoire n est plus, sacrifice…) donc ils réécrivent l histoire. Rappel, seul la gravité peu traverser le temps, d où la possibilité d envoyer un trou de ver ds le passé ( tt à ete calculé pour faciliter la mission de cooper, voir même ils ont la technologie de voir le résultat en simulation…). Après on connaît l histoire et tt les événements s enchaînent comme prévu ds la simulation par exemple… Un bien plus grand nombre de terriens survient et le destin de l humanité est bien meilleur que celui des hommes du futur ( sinon ils auraient pas interragi et se seraient sacrifiés). Voila qui explique le début de la boucle. En fait il manque à la phrase  » on ne peut modifier le passé  » : « quand détruisant à néant son présent « .

          Publié par Leonidass90 | novembre 28, 2015, 6:40
        • Le problème de ton interprétation est que rien dans le film ne l’appuie.
          Il est dit que le passé ne peut pas être modifié, effectivement il ne peut pas l’être et ne l’est pas.
          D’une part c’est dit (bien évidement ce n’est pas innocent dans le scénario) et d’autre part à aucun moment dans le film nous voyons une quelconque modifications des événements. Ce qui se passe au début du film se passe exactement pareil à la fin.

          Concernant la boucle, pour moi il n’y en a pas. Il n’a qu’une ligne temporelle, les évènements ne se passe qu’une fois. Cooper ne rentre qu’une fois dans le trou noir. Mais admettons qu’il y ai une boucle et bien dans ce cas le début de celle ci se déroule exactement comme on peut le voir dans le film. Les événements sont, seront et ont toujours été identique. C’est d’ailleurs pour ça que pour pour moi cela ne se déroule qu’une fois.

          Il faut bien comprendre que Cooper ne communique pas avec lui-même depuis le futur, il communique avec lui-même depuis une autre dimension. Une dimension supérieur au temps. C’est dit d’ailleurs dans le film, la 5ème dimension (le Bulk) alors que le temps est la 4ème dimension.

          Publié par Downtower | novembre 28, 2015, 7:14
        • Mais il y a un problème alors , si pas de boucle comment expliquer l apparition du trou de ver au moment où les terriens en ont besoin ( la nasa dit au début que ce n est pas une coïncidence….). Et si boucle comment expliquer la 1ère apparition du trou de ver. Je pense maintenant que tu as raison il n y a pas de boucle. Alors il nous faut admettre qu il existe une infini de dimensions. Et donc les humains du futur d une autre dimension on réussi à envoyer ce trou de ver ds une autre dimension à un moment propice. Maintenant on a 2 questions à résoudre …. 1ère question , on t il envoyait ce trou de ver à une infinité de dimensions au moment propice?. 2eme question, que devient Cooper ds le trou noir ? ( il change de dimension, donc il devrait avoir 2 Cooper après ?, il reste dans la meme dimension ( mais pk son interaction ds une autre dimension agit sur sa dimension ?)

          Publié par Leonidass90 | novembre 28, 2015, 8:24
        • Alors il ne faut pas confondre dimension et univers parallèle. Il n’y a pas une infinité de dimensions (enfin peut être mais il n’en est pas question dans le film).

          Dans le film il n’y a que 5 dimensions. Les 3D dimensions (longueur, largeur, hauteur) qui constitue l’espace. La 4eme dimension qui est le temps et la 5ème dimension : la gravité ou le Bulk comme ils l’appellent dans le film. À l’intérieur du trou de ver et du trou noir, nous sommes dans la 5ème dimension où l’espace-temps est une dimension inférieur. De cette 5ème dimension le temps est alors une dimension comme une autre, il est donc possible d’observer chaques instants en même temps. On voit bien que Cooper voit tous les instants de la chambre de sa fille en même temps dans le tesseract.

          Et si le temps est observable mais invariable, c’est que tout est déjà écrit. Le passé comme le futur. Donc quand Cooper est sur terre, il était déjà prévu dans le temps qu’il aille dans le trou noir. Même principe pour les humains du futur. Ce qui peut arriver, va arriver (loi de Murphy).

          C’est dur à assimiler mais c’est volontaire. L’un des objectifs du film est de montrer le prochain palier de l’évolution. Comme cela est dit dans le tout premier teaser du film, l’être humain est capable de l’impossible, faire de l’inconnu du connu. La 5ème dimension est actuellement inconnu pour nous mais dans le film ils apprennent à la maîtriser et la maîtriser leur permet de faire des choses qui nous paraîssent impossible actuellement. Comme il paraissait impossible à une homme vivant au moyen âge d’aller sur la lune.

          C’est à dire qu’avec le moyen de communiquer dans le temps via la gravité permettrait des choses qui nous paraîssent inconcevable de nos jours mais qui sera peut être une normalité dans le futur.

          Publié par Downtower | novembre 28, 2015, 8:42
        • Tt d abord je tien à te dire que je suis époustouflé par tes explications, c compliqué mais tu as une facilité à l expliquer qui m impressionne. Tu m as convaincus. Je voudrais juste résumé, donc pour les 5 dimensions pas de souci , tu l as tres bien expliqué. On a donc le present passé futur qui est déjà écrit et non modifiable. Ce qui nous oblige à admettre que c était déjà ecrit que les humains du futurs allaient créer un trou de ver et tesseract….pour l envoyé ds le passé. Et c la que l évolution de l esprit humain rentre en jeu car logiquement c inconsevable à notre niveau, mais pourtant ca tj été écrit que ce futur agirait sur son passé. ( une vraie leçon de vie car l impossible devient possible, tj gardez l espoir aussi et ceux dire que nos actes peuvent se propagés ds un futur lointain et revenir nous sauvez ds notre present). Une dernière question pour allez plus loin encore, maintenant qu on sait que les humains du futur sont capables t interagir ds le temps via la 5ème dimension peux t on envisageait qu il existe plusieurs ( ou une infini) d univers parallèles et que la prochaine étape de leur évolution serait t interagir avec ?

          Publié par Leonidass90 | novembre 28, 2015, 10:13
        • Merci à toi pour tes compliments.

          Concernant l’existence des univers parallèles, c’est quelque chose qui semble de plus en plus probable dans le monde scientifique d’aujourd’hui. Les scientifiques actuels commencent à être persuadés qu’il existe et qu’il se pourrait même qu’il y ai une infinité d’univers parallèle.

          Après concernant le film, le sujet ne va pas aussi loin et ne concerne pas les univers parallèle. Il reste centré sur notre univers et préfère abordé le sujet de l’humanité, de son évolution et la physique avec la 5ème dimension.

          Publié par bastsoler@hotmail.fr | novembre 28, 2015, 11:25
        • Mais après libre à toi d’imaginer ce qu’il se passe dans les évènements après le film. On peut envisager que l’évolution ne se limitera pas à maîtriser la gravité et à « communiquer » à travers l’espace-temps.

          Le film ne cherche qu’à montrer que ce que pourrait être la prochaine étape de l’évolution humaine. Mais le message du film est que l’humain grâce à l’amour, est doté d’un puissant instinct de survie, qui dans les situations extrêmes (dans ce cas là il s’agit de la fin du monde), se surpasse pour réaliser l’impossible, à découvrir des solutions inconnus ce qui amène à évoluer pour se sortir de ces situations. Et c’est dans la nature humaine de chercher continuellement à faire des découvertes pour évoluer justement.

          Publié par Downtower | novembre 28, 2015, 11:34
  67. Bonjour
    Je rejoins la discussion un peu tardivement…
    Dans la fin du film, n’êtes -vous pas surpris que personne n’interroge Copper sur ce qui lui est arrivé ? Voilà un homme qui a disparu pendant 100 ans sans aucune nouvelle pour la Terre (Murphy lui indique qu’elle n’a pas révélé le secret de ses découvertes scientifiques), il est parti avec un vaisseau et d’autres astronautes qui ont disparu, les 12 astronautes du projet Lazare ont également disparu sans plus de nouvelles pour la Terre, et Cooper n’a même pas vieilli en 100 ans. Et personne ne lui pose la moindre question ???
    Curieux, non ?

    Publié par ANNEBRITT | décembre 7, 2015, 5:09
    • Pas spécialement, l’histoire il l’a connaisse par le biais de Murphy et ils connaissent bien évidement les effets de la relativité générale.

      Publié par Downtower | décembre 7, 2015, 6:06
    • Bonjour Annebritt,

      Je rejoins Downtower, ça n’a rien de vraiment curieux pour moi puisque sa mission est parfaitement connue (notamment par le biais de Murphy) et ils connaissent également les risques temporels liés aux voyages à proximité d’un trou noir.

      Publié par Wolvy128 | décembre 7, 2015, 6:15
      • En fait non. Ils ne connaissent pas l’histoire par le biais de Murphy car elle n’a expliqué à personne que Cooper lui avait transmis des informations via la montre. Elle le dit sur son lit de mort : »Ils ont cru que j’avais trouvé tout cela toute seule ». De toutes façons comment aurait-elle pu expliquer quoi que ce soit ? Elle allait expliquer que le fantôme de son père lui avait transmis des informations via une montre ?

        Pour tout le monde Murphy Cooper est un génie qui a découvert seule les secrets de « l’anti-gravitation » qui a permis à toute une colonie de quitter la Terre. D’ailleurs quand Cooper croit que la station spatiale s’appelle Cooper en son honneur à lui, le médecin lui rit au nez et lui explique que la station spatiale porte le nom de sa fille : Murphy Cooper.

        Je suis passionnée par ce film que j’ai vu plusieurs fois et que je trouve magnifique. Je trouve simplement que la fin n’est pour moi pas très logique par rapport au reste de l’histoire…

        Mais la scène où Cooper revoit sa fille une dernière fois après 100 ans d’absence est indéniablement magnifique…

        Publié par ANNEBRITT | décembre 7, 2015, 8:50
        • Si, elle leur raconte bien l’histoire pour la montre, c’est juste que personne ne l’a cru.

          Après concernant le fait qu’il soit questionné au sujet de sa mission, on peut aisément imaginé que ça soit le cas, mais aucun intérêt cinématographique ou scénaristique de nous montrer cela à part alourdir la fin inutilement.

          Publié par Downtower | décembre 7, 2015, 9:03
  68. 1/ Comme vous je pense que Cooper n’est pas mort à la fin car s’il vivait une Expérience de mort imminente, cooper verrait ses 2 enfants sur la station à la fin, comme l’avait prédit Mann. Or, il ne rencontre que Murphy! Donc c’est une EXperience réelle.

    2/ je pense que le trou de ver a été placé par des extra terrestres et non par l’humanité du futur car cette dernière n’existe pas sans la possibilité préexistante du trou de ver. En effet, le temps est linéaire comme le dit Brand dans le film. Pas de retour possible sur le passé.

    Le tesseract lui en revanche peut avoir été créé par des humains du futurs mais pas le trou de ver.

    Publié par Ced | janvier 31, 2016, 2:14
    • Effectivement il est impossible de retourner dans le passé, c’est pour cette raison que les humains du futur ne peuvent pas intervenir directement sur l’époque de Cooper, le seul moyen possible est de communiquer ou d’interagir via la gravité. Et le trou de ver est créé grâce à une manipulation de la gravité. Donc c’est bien les humains du futur qui l’ont créé.

      Publié par Downtower | février 1, 2016, 12:18
      • Cher downtower,

        les hommes du futur ne peuvent pas avoir créé le trou de ver car l’humanité aurait précisément disparu sans ce trou de ver. Il n’y a donc pas d’hommes du futur sans ce trou de ver. ( A moins de penser que les hommes ont survécu à la raréfaction des ressources sur terre mais ce n’est pas le parti pris de Nolan dans cette histoire qui part du principe que l’humanité est condamnée).

        On ne peut pas sortir de ce probleme : il fallait un trou de ver pour que l’humanité découvre la gravité.

        Le reste de la
        Boucle peut s’enchaîner normalement (Cooper se transmet à lui même les coordonnées, l’humanité survit et créée le tesseract, qui permet a Cooper de se transmettre à lui même les coordonnés etc.).

        Mais je le maintiens : le trou de ver est placé là par autre chose que les hommes . Sans doute « Dieu » dans l’esprit de Nolan , étant donné les nombreuses références à la bible.

        Publié par Ced. | février 1, 2016, 2:17
        • L’idée de Nolan est justement que les humains sont maîtres de leur destin, qu’ils parviennent à survivre seuls et à s’adapter à toutes situations. Alors qu’un trou de ver soit créé par des extraterrestres ou autres n’a aucun sens.

          Et si tu veux comprendre comment cela est possible, du comment les humains peuvent se sauver dans le passé, on l’explique dans des commentaires plus haut.

          Et il est clair que « eux » sont ceux qui ont créé le tesseract ainsi que le trou de ver. D’ailleurs quand Brand (dans le trou de ver) croit serrer la main à « eux » il s’agit en fait de Cooper qui est un humain …

          Publié par Downtower | février 1, 2016, 4:57
        • J’ai lu les commentaires précédents et je ne vois pas d’explication pour le trou de ver sauf « c’est un paradoxe, il faut l’accepter », ce qui n’est pas convainquant. Mais si tu as mieux je serais heureux de te lire.

          Le fait que brand serre la main à Cooper dans le trou de ver en croyant la serrer a des Aliens n’est pas une explication non plus du fait que ce sont les humains du futur qui ont créé le trou de ver…

          Finalement ma question est simple : comment l’humanité du futur a t elle plus créer un trou de ver alors que pour accéder à cette technologie , elle a eu besoin de passer dans ce trou de ver?

          A moins de dire que le futur se déroule au même moment que le présent , ce qui est absurde, car dans le film on dit bien que le temps peut s’étirer mais qu’il est linéaire , la seule explication plausible est que dieu a placé ce trou de ver au bon moment.

          Publié par Ced. | février 1, 2016, 5:20
        • Tu as répondu toi même à la question et cela n’a rien d’absurde. « Eux » sont des êtres supérieurs issus de la 5ème dimension. Notre univers connu est tridimensionnel (on ne perçoit que 3 dimension : longueur-largeur-hauteur ce qui constitue l’espace.) Au delà de ces 3 dimensions, il y a une 4e dimension : le temps. Ces 4 dimensions forment l’espace-temps.

          La 5ème dimension est appelée le Bulk dans le film, cette dimension est constituée de gravité. Et la gravité y est si puissante que le l’espace-temps n’y existe plus. Dans cette dimension tout se passe en même temps par rapport à l’extérieur. Mais le seul moyen de communiquer du Bulk à l’univers tridimensionnel c’est la gravité.

          Ce que font les humains du futur avec Cooper est la même chose que ce que fait Cooper à travers la bibliothèque. Comment peut-il trouver les coordonnées de la NASA alors qu’il se les est envoyé lui même? On peut penser à paradoxe temporel car on a le sentiment que l’effet se passe avant la cause ce qui est faux car Cooper ne s’envoi pas des messages du futur mais d’une autre dimension. Tout comme le trou de ver ne viens pas du futur mais d’une autre dimension (d’ailleurs Doyle précise bien qu’ils traversent le Bulk en parlant du trou de ver).

          D’ailleurs on voit bien depuis le Tesseract que Cooper peut observer l’univers tridimensionnel (la bibliothèque uniquement donc le même lieu, et qu’il peut voir chaques instants en même temps, ce qui signifie bien que du point de vue de la 5ème dimension tout se passe en même temps dans l’univers tridimensionnel.

          Publié par Downtower | février 1, 2016, 5:47
        • Bonjour Ced,

          Si ça peut te réconforter, au départ, j’étais moi aussi partisan de la thèse de la boucle temporelle pour expliquer certains éléments du film. C’est d’ailleurs globalement cette théorie que j’expose dans l’article. Et je pense que le film peut tout à fait s’apprécier avec cette approche.

          Néanmoins, l’interprétation de Downtower (exposée longuement et clairement dans les commentaires précédents) a su me convaincre car je la trouve très pertinente avec l’idée du film. Elle est toutefois plus difficile à appréhender car elle diffère totalement de la façon dont nous percevons habituellement le temps.

          Publié par Wolvy128 | février 1, 2016, 6:50
        • salut wolvy, ce que j’essaie de faire comprendre c’est que la maîtrise de cette 5ème dimension, qui se manifeste dans le trou noir, où l’espace temps est aboli, où tout n’est que présent, so bien expliquée par downtower, et bien elle n’est possible que parce que l’humanité a accès à ce trou noir.

          En indiquant que les hommes du futur ont créé le trou de ver permettant d’accéder à ce trou noir , vous vous contredisez et admettez précisément que les hommes du futur ont rendu tout cela possible en intervenant depuis le futur dans le passé (en créant d’un seul coup ce trou de ver) pour rendre le présent absolu (trou noir) possible.

          Ce n’est pas cohérent et je préfère l’idée d’une intervention surnaturelle.

          Publié par Ced. | février 1, 2016, 10:57
        • Les hommes du futur n’interviennent pas depuis le futur dans le passé, mais d’une autre dimension. C’est ce que Downtower explique dans son dernier commentaire. Donc pas de contradiction ou incohérence justement.

          Publié par Wolvy128 | février 2, 2016, 12:20
        • Oui c est vrai mais dans ce cas vous contestez l’idée de linéarité du temps, vous niez le fait qu’il y ait un début à toute chose (big bang, évolution) , un enchaînement causes-effet.

          Moi je pense au contraire que dans ce film l’idée est de dire que le temps peut s’étirer ou se contracter, allant même jusqu’à stagner dans le tesseract /trou noir (ce qui explique la bibliothèque et le fait que Cooper s’envoie a lui même le code) mais que tout cela résulte d’un enchaînement (la loi de Murphy).

          Et cet enchaînement n’est possible dans le film que grâce à la présence du trou de ver, qui est placé là par une force extra – humaine et sans lequel l’humanité aurait disparu.

          Mais j’ai compris votre théorie selon laquelle le trou de ver aurait lui aussi été créé par les hommes du futur ayant acquis la capacité le faire. Simplement , cela ne serait possible que si on niait l’idée d’évolution. Cela reviendrait à dire que les hommes du futur se sont créés eux mêmes en quelque sorte.

          Je crois que dans le film, il est montré que l’humanité peut s’adapter à tout , et parvenir à survivre en s’aidant elle même grâce à la technologie , mais aussi qu’il y a des choses qu’on ne peut expliquer , ni maîtriser et qui s’appellent le hasard : le fait qu’un trou de ver ait été placé là au bon moment , comme le fait qu’une minuscule planète bleue ait pu réunir les conditions de la vie, entourée dans un immense espace inhabité.

          Publié par Ced. | février 7, 2016, 9:51
        • C’est très clairement dit dans le film que le trou de ver n’est pas spontané. Qu’il ne peut pas être là par hasard car c’est impossible. Il a été placé là par « eux ». Et il est également clairement dit que « eux » sont des humains du futur.

          Concernant l’univers tridimensionnel dans lequel nous vivons, il est effectivement linéaire. Mais les humains découvre dans ce film la 5ème dimension (le Bulk) qui transgresse le temps. C’est une dimension supérieur au temps. Dans cette dimension, le temps peut prendre une dimension physique comme une autre (comme le tesseract).

          À partir du moment où cette 5ème dimension est connu et maîtrisé par les humains à un moment donné, notre conception du temps ne peut plus être la même, le futur et le passé peuvent interagir avec la gravité. Mais il n’y a qu’une ligne temporelle, ce qui a été fait ne changera pas et ce qu’il va se passer arrivera et ne changera pas non plus (c’est plutôt ça le sens de la loi de Murphy). Et ces interactions provenant de la 5ème dimension provoquent des anomalies dans cette ligne temporelle et tridimensionnel, ces anomalies sont donc incomprises par les humains vivant dans le monde tridimensionnel, et quand les humains ne parviennent pas à comprendre quelque chose, on range ça dans la case : Dieu, fantôme, esprit, magie… Un peu comme Murphy au début et le fantôme de la bibliothèque, mais comme lui dit sont pere dans la première scène du film, avant d’établir ce genre de conclusion, il faut analyser et établir des solutions concrète et scientifique. Et tout cela est dur à comprendre ou à admettre car c’est contradictoire avec notre logique actuelle. Mais cela a été le cas de toutes les grandes découvertes, les humains ont eu beaucoup de mal à admettre que la terre était ronde et non plate, que c’était la terre qui tournait autour du soleil et pas l’inverse etc.

          Toutes les grandes découvertes ont boulversé le monde et Interstellar montre à sa manière ce que pourrait être le nouveau pallier de l’évolution humaine, la nouvelle grande découverte (si ce n’est la plus grande). D’ailleurs un dialogue est intéressant concernant notee conception du temps, c’est la scène où Murphy adulte essaie de résoudre l’équation sur le tableau et elle dit au Pr Brand que l’équation ne peut être résolu car on se lie les deux mains dans le dos à cause de notre conception faussé sur le temps.

          Donc dans Interstellar, l’univers est composé d’une ligne temporelle et de minimum 5 dimension (j’insiste sur le fait qu’il n’y a qu’une seule ligne temporelle et non plusieurs), et sur cette ligne temporelle (qui a sûrement commencé avec le Big Bang), le passé et le futur peuvent interagir ensemble sans que cela change une seule fois le déroulement de cette unique ligne temporelle.

          Donc oui les humains sont maîtres de leur destin et ils se sortent eux mêmes de chaques situations grâce à leur capacité d’adaptation qui est provoqué par l’instinct de survie humain qui lui même est provoqué par l’amour. Ça pousse l’humain à faire l’impossible (comme ce qui semble être impossible dans le film avec cette notion de temps), à faire de l’inconnu du connu comme le dit très bien le monologue de Mathew McConaughey dans le tout premier teaser du film. Et rien ne le dit mais on pourrait presque supposer que l’être humain est à l’origine de sa propre existence (surtout quand on voit tous les liens avec la religion) mais là on rentre dans la supposition et l’interprétation.

          Publié par Downtower | février 7, 2016, 2:57
  69. Bonjour à tous, j’ai lu beaucoup des commentaires avant d’émettre mon point de vue.

    J’ai écouté le film « Interstellaire » 3 ou 4 fois, car je le trouve fascinant. Un des plus grands films qui porte réflexion sur la race humaine et son avenir.

    Dès le départ, je suis d’avis que CE N’EST PAS l’humanité qui a pu envoyer ou créer le trou de ver. Et c’est facilement prouvable, juste avec un peu de logique…

    Pour qu’il ait un avenir pour l’humanité, il faut que la race humaine survivre évidemment.

    Comment peut-elle survivre et devenir les êtres du futur qui placent le trou de ver là? La réponse : Impossible!!!

    Car le seul est unique moyen qui ait une humanité dans le futur, c’est de passé dans le trou de ver et d’installer la colonie sur une planète viable. C’est impossible que Cooper, Brand, Romelly, Doyle et T.A.R.S. vivent assez longtemps sans prendre un trou de ver pour découvrir une planète hors de notre galaxie et puissent devenir si instruit et découvrant une technologie si avancé, en étant que dans leur vaisseau ou station spatial, et de renvoyer ces informations sur la terre et résoudre l’équation.

    Et dans le film, on dit très bien que notre système solaire et notre galaxie renferment aucune planète habitable. Donc, aucun humain pourrait survivre pour aller où que ce soit. SAUF, s’il y a un trou de ver qui permet de voyager dans l’espace et sortir de notre galaxie!

    Donc, si on imagine une ligne du temps, à un moment x dans le film (exemple pour ma théorie, l’an 2055), des êtres placent le trou de ver près de Saturne. Si ça serait des humains, ça serait impossible qu’il soit des humains dépasser l’an 2055 puisque personne peut exister dans le futur sans avoir passer par ce trou de ver et avoir survécu ailleurs.

    Alors avant de parler de passé où de futur, faut d’abord comprendre que le trou de ver a été placé là par une civilisation autre qu’humaine, ou par une force supérieur.

    Je spécifie que force supérieur à rien à voir avec les religions et un dieu, je ne crois pas en dieu et je suis de ceux qui croient que l’univers a toujours existé et qu’il n’y a jamais eu de commencement ni de bing bang. La race humaine aime bien toujours donner des réponses, comment dire… Je sais pas comment expliquer… Mais faut toujours que ça soit avec des choses prouvables, des faits etc etc. L’humain est fait ainsi. Moi je ne suis pas de ceux là, si l’infini existe, alors allons à l’inverse, il n’y a pas de commencent 🙂

    Alors je crois que dans toutes les civilisations qu’il y a dans l’univers, on a tous en commun de vouloir vivre et survivre. Et si on a une sorte de forme d’émotion d’empathie universelle, on tendra la main pour aider son prochain. Voilà pourquoi des êtres ont aidés la race humaine à survivre dans le film.

    Pour la suite du film après le trou de ver, j’en suis encore à certaines hypothèses, mais je vais réécouter le film encore quelques fois avant de m’exprimer 🙂

    Le voyage dans le temps, la relativité, les dimensions, c’est tellement plus complexe qu’on pense. En 2016, je crois que l’humanité est pas encore assez instruite et intelligente pour tout comprendre ces choses.

    Le voyage dans le temps, dans le futur, quand à moi ne peut exister. Seulement le voyage dans le passé, mais on causerait des effets papillons dans le passé, et quand on reviendrait dans le présent ça aurait changé. Et si on part dans le futur, une date x, exemple on est le 1 janvier 2016, qu’on veut aller voir le futur en l’an 2100 mettons… Ce futur ne peut exister puisque le fait de partir dans le temps, fait en sorte que à l’an 2100 on existera même pas soi-même. Puisque du 1 janvier 2016 à l’an 2100 on était pas là pour vivre ces 84 années. Donc, on ne pourra pas voir de quoi on aurait l’air plus vieux. Et le futur qu’on verrait en 2100, ça serait pas le vrai futur, puisque on était pas dans ces 84 années qui viendrait de passer.

    L’Humanité aime bien lancer des spéculations qui ensuite, collectivement vont transformer ces spéculations en fait. Une des meilleur exemple, la plus part des chercheurs, psychiatres, médecins, neurologues etc etc disent qu’ils connaissent 11% du fonctionnement cerveau humain. Comment peut-on dire 11%, quand on connait pas ce que serait le 100% lolol Vous me suivez? 🙂

    Merci à tous ceux qui ont créés le film Interstellaire.

    Publié par Dominique | avril 4, 2016, 10:29
    • Bonjour Dominique, alors tu te trompe en disant qu’on ne peut pas voyager dans le futur mais qu’on peut voyager dans le passé. C’est l’inverse, on peut « voyager » dans le futur comme dans le film mais nous ne pouvons pas retourner dans le passé et nous rencontrer nous même, c’est impossible.

      Concernant le trou de ver c’est bel et bien les humains d’un futur lointain, très lointain qui créent le trou de ver, ça paraît impossible mais il est expliqué dans plusieurs commentaires plus haut comment cela est possible.

      Concernant le Big Bang il est prouvé qu’il existe, par contre effectivement il concerne NOTRE univers et c’est son commencement. Mais je pense comme toi que notre univers n’est pas issu du néant, je pense qu’il existe dans un univers encore plus grand. Pour moi il n’y a jamais eu de néant. Il y a toujours eu « quelque chose ».

      Publié par Downtower | avril 4, 2016, 12:44
    • @Dominique
      « Comment peut-elle survivre et devenir les êtres du futur qui placent le trou de ver là? La réponse : Impossible!!! »
      « Le voyage dans le temps, la relativité, les dimensions, c’est tellement plus complexe qu’on pense. En 2016, je crois que l’humanité est pas encore assez instruite et intelligente pour tout comprendre ces choses. »

      Tu fais la même erreur que le vieux Brand dans le film. En te bornant à une vision linéaire du temps, il est impossible que tu comprennes en effet.
      Ce que tu vois comme un paradoxe n’est que le résultat de l’action de la causalité, hors de la vision linéaire communément accepté qu’on en a.
      Tu n’as pas lu tout les commentaires je pense car c’est expliqué plusieurs fois. Ceci dit c’est une compréhension qui n’est vraiment pas facile à appréhender, tellement notre esprit est habitué au quotidien a raisonner avec la causalité dites linéaire…

      @Downtower
      « Mais je pense comme toi que notre univers n’est pas issu du néant, je pense qu’il existe dans un univers encore plus grand. »

      Si on considère que le mot Univers désigne l’ensemble de toutes choses, alors cette phrase n’a aucun sens, elle ne fait que repousser les limites de l’Univers…
      Encore une fois chercher où est quand est né l’Univers c’est toujours raisonner de façon linéaire…

      Une simple question pour vous aider à comprendre :

      « A quel moment commence l’Éternité ? »
      Voilà… c’est exactement la même chose pour l’Univers, dont l’expression Éternité n’est jamais qu’une autre expression de sa nature immuable…

      Comment l’Univers peut donc être infini et contenu dans des limites finies ?
      De la même façon que le marin voit l’horizon face à lui sans jamais pouvoir l’atteindre.
      L’Univers dit « matériel » prend naissance dans l’Imagination, essayez donc de concevoir la limite de l’Imagination…
      Essayez d’imaginer quelque chose qui n’existe pas, dès que vous l’aurez fait, cela existera…
      C’est exactement la même chose pour les limites de l’Univers…
      Tout comme l’horizon, plus vous les chercherez et plus vous les repousserez au loin…
      Au passage, le nombre Pi est la représentation mathématique de cette imagination à la fois finie et infinie. Il contient absolument toute chose, se développe à l’infini sans jamais reproduire la même séquence.
      Sa limite existe bel et bien, mais elle est extensible à l’infini…

      Comprenez ou niez, acceptez ou résistez, cela n’a plus d’importance pour moi désormais.
      Je vais bientôt mourir, je n’ai plus le temps d’argumenter ou de chercher à vous convaincre.
      Si vous êtes prêt à recevoir cette information, vous sentirez qu’elle est véritable, non pas avec votre logique, votre mental ou votre égo, mais avec votre intuition, votre conscience profonde, celle qui justement se situe hors de cet espace/temps…

      « La mort n’est pas une fin. C’est un commencement. »
      « Le plus important n’est pas la destination mais le chemin parcouru pour y arriver. » 🙂

      Publié par Flo | avril 13, 2016, 7:16
      • Je pense que tu as mal compris ce que j’ai dit concernant l’univers. Je pense également que l’Univers si on le considère comme tu viens de l’expliquer n’a pas de limite.

        Mais quand je parle d’Univers je parle de cette ensemble de galaxie gigantesque qui est né à partir d’un Big Bang que les scientifiques ont pu « observer ». Et il y a la théories des multivers, c’est à dire un ensemble « d’univers » comme celui que nous connaissons se trouvant dans quelque d’encore plus grand.

        Publié par Downtower | avril 13, 2016, 8:50
  70. C’est bien qu’on ait chacun nos opinions et nos croyances 🙂

    Par contre je reste quand même sur mes idées et opinions, et je ne suis pas vraiment d’accord avec vous.

    Moi, peut importe ce que je lirais, j’ai mes convictions profondes sur le voyage dans le temps. Et je crois que oui on peut rencontrer son soi-même dans le passé. Sauf que lorsqu’on reviendrait dans le présent qu’on a quitté pour aller changer le passé, on reviendrait pas dans le vrai présent qu’on avait quitté, ça serait devenu un nouveau présent puisqu’on a été changé des événements passés. Donc, une nouvelle ligne du temps se serait crée à partir du passé. Et logiquement, la personne qui aurait fait le voyage dans le temps ne devrait même pu existe dans le nouveau présent, car le moment où elle serait parti dans le passé, n’existerait peut-être même pas.

    Et pour aller voyager dans le future, je crois que oui on peut aller dans le future, mais ça ne serait pas le vrai future puisqu’on n’y existerait pas puisqu’on a quitté le présent pour aller dans le future, donc il n’y aurait pas de soi-même à rencontrer.

    Je crois pas que c’est une erreur de pensée comme ça, comme me dit Flo. Ce sont juste mes opinions et mes croyances! 🙂 Et personne peut me prouver le contraire, donc, mon opinion est aussi bonne que la vôtre.

    Je ne crois pas non plus à plusieurs ligne du temps, ni à des dimensions parallèles. Ça n’a jamais été vraiment prouver que ça existe. Ce sont que des théories.

    Concernant l’univers, moi je continue de dire qu’il y a qu’une univers infini, jamais de début ni de fin. Ce sont les humains qui veulent toujours qu’il y ait eu un commencement et une fin à quelques choses. Et que s’il y a bien eu un bing bang, ce supposé bing bang aurait crée simplement une galaxie et non l’univers. Car un bing bang ne peut se créer dans le néant, puisque supposément il n’y aurait rien eu avant le dit bing bang en question. Je ne crois pas au néant non plus.

    J’ai jamais dit non plus que la mort était une fin. La vie physique n’est qu’une étape de la grande vie. Alors il n’y a pas plus d’éternité qui existe, dans le sens que le mot éternité est mal choisi ou a été mal défini par les humains.

    Et non j’ai pas lu toutes les commentaires, c’est ce que j’avais dit aussi. Et même si je les lirais toute, je reste sur mes positions, car dans la vie j’ai appris qu’il y a des croyances différentes, des idées et pensées différentes, et il faut se respecter tout le monde là dedans.

    Aucun de nous peut dire qui a raison, même pas de grands chercheurs. 🙂

    Publié par Dominique | avril 13, 2016, 11:00
    • C’est paradoxale ce que tu dis. Tu ne crois pas au univers parallèle pourtant tu dis que si on va dans le passé on crée un « nouveau » futur.

      C’est le principe des univers parallèles. Si tu vas dans le passé tu crée une nouvelle ligne temporelle qui sera parallèle à celle de laquelle tu viens. Le problème c’est qu’il n’y a aucun moyen d’aller dans le passé à notre connaissance actuelle.

      Pour le futur, c’est prouvé scientifiquement que l’on peut aller dans le futur. Et c’est n’est pas parce que l’on ne voit pas son « double plus vieux » que ce n’est pas le vrai futur. Ça ne veut rien dire ça. Toi tu aura approximativement le même âge alors que tous tes proches et tout le reste de la terre aura énormément vieilli, donc c’est bien le futur.

      Publié par Downtower | avril 13, 2016, 11:35
      • Oui ça créera une nouvelle ligne du temps, c’est normal, mais il y en aura pas deux qui se passeront en même temps. La fraction de seconde aussi que tu prends pour faire le voyage dans le temps, je considère pas ça comme une 2ème ligne de temps ou un 2ème univers parallèle. Enfin c’est mon opinion!

        Il n’y a aucune preuve du voyage dans le temps, que ce soit passé ou future. Les preuves se font pas sur papiers. N’importe qui est capable de faire n’importe quoi sur papier. Ça prend des faits. J’ai vu personne aller dans le future à date et revenir, et toi? lolol Ce sont encore des êtres humains qui se font accroires des choses avec des théories sur papiers. Ou encore, d’autres imbéciles qui ont la réplique suivante « Tu peux pas prouver que ça existe pas, alors ça existe! » ou l’inverse.

        Et tu comprends pas ce que je dis rapport au future. Tu quittes mettons à partir de 2016 pour aller en 2050. Oui tu arriveras en 2050 et tout le monde vont avoir vieilli et la terre sera plus vieille, c’est normal et logique lolol. Mais tu peux pas te voir toi, puisque de 2016 à 2050 tu étais pas là, tu étais entrain de voyager dans le temps dans cette fraction de section que prend ton voyage dans le temps par exemple pour aller en 2050.

        Donc, si tu n’as pas été là entre 2016 et 2050, et que tu arrives en 2050 par le voyage dans le temps, tout ce que tu verras sera pas le vrai future parce que tu as tout changé par ton départ en 2016 et tu as pas pu influencer personne, ni rien de 2016 à 2050. Si tu aurais vécu toutes les années entre 2016 et 2050, le vrai 2050 ne serait pas ce que tu vois en arrivant par le voyage dans le temps, car ta vie pendant ces années fait évolué tout.

        Un autre exemple, tu meurs en 2016. Le temps continue, tout ce qui se produit par la suite est normal mettons. Mais imagine que tu ne meurs pas en 2016, le temps continue et tout ce qui suis sera jamais comme si tu seras mort en 2016, parce que en étant vivant, tes actes, gestes, paroles influencent chaque minute. C’est exactement la même chose pour le voyage dans le temps vers le future que je t’explique.

        En tout cas, c’est très dure s’expliquer sur un forum de toute façon. lolol

        Publié par Dominique | avril 15, 2016, 12:50
        • C’est un dialogue de sourd là!

          Dominique, bien sûr que les voyages dans le futur sont possibles : en fonction de la vitesse à laquelle tu te déplaces dans l’espace, le temps s’écoulera plus vite sur terre que pour toi. donc quand tu reviendras tu seras en quelque sorte dans le futur. Au contre l’inverse n’est pas possible.

          Par ailleurs Dominique tu raisonnes sur une logique de linéarité. Comme moi d’ailleurs . C’est pourquoi le trou de ver n’a pas pu être créé par des hommes du futur puisque ces derniers n’existeraient pas sans le trou de ver.

          Downtower, lui, abolit le temps, et te dis en quelque sorte que le futur et le prèsent ne forment qu’un tout.

          deux points de vue irréconciliables.

          Publié par Bardamu | avril 15, 2016, 5:01
        • Enfin je considère que le passé, présent et futur ne forment qu’un tout uniquement du point de vue de la 5ème dimension. C’est à dire dans le film, au cœur d’un trou noir ou d’un trou de ver. Le trou de ver ne vient pas du futur mais d’une dimension supérieur, tout comme Cooper qui s’envoie les coordonnés de la NASA. Il ne se les envoie pas du futur mais d’une autre dimension.

          Publié par Downtower | avril 15, 2016, 10:50
        • Je comprends ce que tu veux dire. Toi tu parle d’aller dans le futur à la manière que l’on regarde dans une boule de cristal. Mais ça c’est impossible. La seule manière serait justement d’aller dans le futur d’un univers parallèle. Mais dans le futur de ton univers c’est impossible puisque comme tu le dis ton propre départ modifiera le futur.

          Mais le futur c’est ce qui va se passer, donc il est inévitable. Et que tu voyages dans le temps ou non le futur arrivera. Et le seul moyen d’aller dans le futur (qu’il soit modifié par ton départ ou non ne change pas au fait que ça reste le futur) est de te déplacer à une grande vitesse ou à proximité d’une masse gravitationnelle très puissante tel un trou noir par exemple.

          Et cela a été prouvé scientifiquement notamment par des expericences avec des horloges atomiques et plus récemment avec la découverte des ondes gravitationnelles.

          Et ce qu’il faut comprendre, et tous les grands scientifiques s’accordent là dessus, c’est que le temps tel que le monde l’imagine n’existe pas. Le futur que tu imagine dans une boule de cristal n’existe pas et le passé que tu as dans tes souvenirs n’existe pas. Le temps c’est pas une droite avec un point passé, un point présent et un point futur. Le temps c’est un point unique qui est en mouvement ininterrompu, qui évolue. C’est une question de perception. Il n’y a que le présent qui existe concrètement et c’est ce qu’essaie de faire comprendre le film Interstellar mais c’est très compliqué à admettre quand on est habitué à voir le temps comme une ligne avec différents points.

          Publié par Downtower | avril 15, 2016, 11:04
  71. Excellente réponse Downtower, je ne vais pas tout relire mais je me souviens que tes commentaires rejoignaient ma vision des choses…

    Juste une référence pour compléter ce que tu dis sur les scientifiques.
    « Etienne Klein + temps » sur YT. Cet homme est doué pour parler simplement de choses complexes, vous devriez y trouver votre bonheur, pour ceux qui ne le connaissent pas déjà bien sûr 😉

    En effet, la pointe de la recherche scientifique a déjà admis que le temps linéaire était une illusion due à notre perception. Mais le dogme scientifique lui, accepté aveuglément par la majorité, est bien plus tenace 😉

    Je confirme également, seul le présent existe bel et bien dans notre univers matériel. Le passé et le futur ne sont que des représentations, des chimères…

    Pour mieux appréhender cela vous pouvez consulter le best-seller d’Eckhart Tolle, traduit dans presque toutes les langues : « Le pouvoir du moment présent ». (il existe également en version courte…)
    Ce livre a changé ma perception de la vie, comme celle d’énormément de personnes sur Terre…

    Bien à vous 🙂

    Publié par Flo | avril 21, 2016, 9:55
  72. bjr;je pense que cooper a simplement ete ejecté du trou de verre (lors de son retour vers notre espace temporel)mais avec un leger decalage et s’est retrouvé a la meme place qu’avant mais dans un espace temps parallele au notre mais qui ne peut en aucun cas interragir avec notre dimension,en suite le fait que sa fille ai trouvé l’equation qui permet de passer d’un espace temps a un autre ,a changé le cours des choses ,le progres des humains;et donc l’avenir a ete modifié donnant une bonne fin grace a une maitrise des voyages interdimensionels de l’humanité(qui a progressé et a su le recuperer …Notre univers possede (peut etre)plusieurs dimensions paralleles (qui ne peuvent en aucun cas se rencontrer (sauf peut etre interragir grace la force qui a fait bouger l’aiguille de sa montre)ces dimensions version millefeuille se deroulent en meme temps (et donnent une version differente des evenements pour un meme acte passé (la fameux battement d’aile de papillon qui modifie le cours du temps) l’energie noire ou ces fameuses cordes(surement bcp plus dures a trouver et plus petites que les baryons et autres quarks qui sont en ce moment identifié (?) qui separent toutes ces dimensions espace temps » et qui composent 99% de l’univers n’etant pas encore decouverte(…)nous vivons au conditionnel,donc dans plusieurs espaces temps en meme temps sans meme le savoir et le vrai temps » de lunivers nous est totalement inconnu (celui par ou passe cooper dans le trou de verre(un espace temps statique réel (et non virtuel)a la base de toutes les projections espaces temps possibles et ou le temps n’existe pas ..le mur de planck nous reservera peut etre bien des surprises scientifiques ..(dans un avenir tres lointain malheureusement..car il y a du pain sur la planche avant de trouver une equation comme celle du film (jettez un oeil sur les prijets du Cern, par ex)

    Publié par dolly | août 28, 2016, 10:15
    • Bonjour, il y a effectivement beaucoup de théorie des scientifiques concernant les univers parallèles qui semblent de plus en plus probable.

      Mais je crois pas du tout que cela soit traité dans Interstellar. Dans le film, tout se passe dans un seul univers mais avec la découverte de dimension supérieur. J’entends par là qu’il n’y pas de modification des événements. Il n’y a pas un univers où l’humanité est sauvée et un autre où l’humanité est morte.

      Publié par Downtower | août 29, 2016, 11:21
  73. le scenario est quand meme un peu osé,car si on compare les dimensions// (de l’autre coté du trou noir)aux cernes de l’eau dns un tourbillon ,ou causés par les cernes d une pierre jetée dns l’eau :le mouvement est le meme (aspiré ou repoussé par la fleche du temps ,en //, mais aucune ne peut se rejoindre ou rattraper l’autre ou alors seulmt apres une longue expansion ou retractation.. (donc quand cooper communique avec des ondes gravitationnelles en voyant ses proches a travers la bibliotheque..c’est sc fiction)Rentrer dans un trou noir c’est a mon avis comme etre aspiré dns un hublot par la gravité de là reussir un retour par le hublot (ou trou de ver)est difficile à imaginer…De memoire:AurelienBarrau : « Les trous noirs sont des zones de l’espace détachées de leur environnement.Si on en franchit l’horizon ne peut en sortir.; »La théorie d’#Einstein est incomplète. Il est possible qu’existe un avant Big Bang. »Les grandes théories de la relativité et de la mécanique quantique, peuvent-elles se rejoindre(mur de planck) ? de plus, avec le passage au dela d’un trou noir;pour que la memoire des particules qui constituent un corps soit conservé et restitué ensuite (apres l’unification dans le trou noir et ses mysteres)il faudrait prendre beaucoup de risques,pour reconstituer tout ça dns le bon ordre(a moins que ce souvenir et cette memoire des particules survive indefiniment dans des mini dimensions // (invisibles pour nous )(comme dans le film)et permette une variante a linfini d’evenements,cooper revient il dns notre dimension par l’intermediaire d’un mini trou noir?

    Publié par dolly | septembre 1, 2016, 3:00
  74. apres recherche d’infos sur le sujet,un genre de résumé:
    ————
    La coexistence d’un univers parallèle, superposé ou voisin,(univers relies par des cordes invisibles en relation entre elles,des univers non constitues de particules comme les notres,et non constitué de baryons vehiculant l’energie, la lumiere etc..)laisse toutes les hypotheses sur une ou des nouvelle(s) physique(s) « exotiques »,univers dissymetriques etc..

    Sur son trajet, n’importe quelle particule (enfin l’ensemble onde-particule) peut se trouver à l’autre bout de l’univers, certes avec une probabilité très faible (quoique le terme de trajet soit impropre). Application de la méthode de Max Born à l’équation de Schrödinger.

    La découverte probablement la plus remarquable du xxe siècle, qui n’en a pas manqué, est sans doute celle de la non-localité ou non-séparabilité vers 1980 qui clôt la célèbre controverse Einstein-Bohr des années 1930 sur le paradoxe EPR.
    Des auteurs de SF se sont servis de la non-localité pour imaginer des ansibles à transmission instantanée alors que le transfert d’influences ne peut transmettre ni information ni énergie, rien que du bruit..

    allusion a « l’intrication (ou correlation) quantique »(teleportation d’un etat quantique)
    la valeur d’une mesure en physique quantique est déterminée une fois que la mesure est faite. On a quelque-chose qui n’existait pas : la valeur du résultat ; qui existe après la mesure. Et c’est ça qui est si difficile à penser. Le titre de mon livre est « L’impensable hasard », un hasard qui nécessite un véritable acte de création,d’ou l’idee peut etre ,que notre univers ne serait que la projection ,parmi pleins d’autres (dans des dimensions //..),d’un univers premier,réel lui(ou qui regrouperait et serait a la base de tous les autres)..ou donc les événements, qui peuvent être très loin dans l’espace, peuvent être corrélés d’une façon inexplicable par des concepts vastes qu’on appelle « variables locales ». C’est impossible de les expliquer par un déplacement continu en fonction du temps..le temps n’entre plus en jeu, newton y a prédit un monde de corrélations non-locales(nicolas gisin l’explique dans son livre)une sorte de toile quantique invisible de gravitons (jamais observés)portant les dimensions et tous leurs evenements en correlation ..la physique quantique permet des corrélations non-locales.dns la limite de 3,41X/4(dapres le formalisme mathématique de la physique quantique)grace a des lois qu’on ne connait simplement pas aujourd’hui. Il y’aurait quelque chose qui détermine ce résultat et C’est quelque-chose qui vient de l’extérieur de l’espace-temps.c’est-à-dire qui n’a pas d’autres causes dans d’autres espace-temps (une cause déterministe)Donc on peut avoir deux de ces objets qui peuvent être très loin l’un de l’autre et néanmoins constituer qu’un seul tout,car ils ont en commun une cause exterieure;et il semblerait alors que cette transmission soit plus rapide que la lumière. selon des expériences deja faites,et des chinois l’ont très récemment répétée. On a pu mettre une borne à environ cinquante-mille fois la vitesse de la lumière,cette hypothétique influence ou information se propage non seulement plus vite que la lumière mais même beaucoup plus vite,nos expériences (nicolas gilin)montrent que la vitesse va peut-être cent-mille fois ou un million de fois la vitesse de la lumière:il y a eu des publications tout à fait récentes qui montrent que ceci serait possible mais que ça aurait des conséquences auxquelles les physiciens ne croient pas tellement(ces ondes » qui font tressailler les photons,reliraient peut etre la voie lactee a 2 ans d’andromede et saturne a une 1/2 seconde de la terre)meme distance de nbrx kms ,cette intrication entre 2 particules,parait instantanée(..)et donc non directement visible;Einstein appelait l’intrication, une “action fantôme à distance”c’est tellement rapide et non local que L’absence de communication évite à la physique quantique d’être en conflit direct avec la relativité,une sorte de préjugé de croire que plusieurs théories décrivent chacune une facette de la nature réelle, mais qu’en fait cette réalité est consistante et qu’il y’a une seule théorie qui va décrire le tout. Cette théorie, nous ne l’avons pas encore aujourd’hui,comment reussir a unifier unifier ces deux théories(physique quantique a l’echelle des particules et relativité generale,a l’echelle de l univers)(issus de concepts differents)une théorie qui inclut à le fois le côté gravitationnel et le côté quantique et cette théorie, aujourd’hui, on ne l’a pas.le cours de « décohérence » dont certains ont peut-être déjà entendu parler. Lorsque l’on a des objets de plus en plus grands, cette intrication se répartit entre plus en plus d’atomes et quand il commence à y’avoir énormément d’atomes intriqués, ça devient simplement technologiquement plus complexe d’arriver à tout maintenir dans le bon ordre à éviter qu’ils communiquent entre eux à éviter que cette intrication se propage encore plus loin et donc on sait très bien pourquoi c’est difficile d’intriquer des objets macroscopiques mais maintenant qu’on a bien compris pourquoi c’est difficile, (les physiciens manquent pas trop d’imagination) il y’a plein de situations où on pense qu’on peut arriver dans les années à venir à intriquer des objets impressionnants.certains physiciens qui pensent que, au contraire, l’intrication est préservée à tout éternité et que, simplement, au moment où on fait l’impression de faire une mesure, l’univers se scinde en plusieurs univers et que chaque résultat existe dans un des deux univers,le probleme c’est d’arriver a isoler de tout contact les particules qui voyagent a de telle vitesse et interragissent avec les autres particules de leur environement instantanement,et si une particule n’est pas bien isolée, elle va perdre son intrication,
    de quoi paler ensuite de téléportation..Imaginez une sorte de canal de téléportation qui passe donc à travers cette intrication pour se retrouver ensuite à l’autre bout. Il ne passe pas vraiment à travers en fait, parce-qu’ il n’y a pas de fil, ce sont juste deux particules,mais il faudrait l’application de « mesure conjointe »pour obliger ces particules a repondre de la meme façon,Donc on voit que dans la téléportation on va devoir utiliser l’intrication deux fois : une fois comme canal de téléportation, et une deuxième fois pour permettre de poser des questions sur un état relatif entre deux particules. C’est ça l’idée. L’intrication, c’est deux particules qui peuvent être dans un état, tel que lorsqu’on leur pose la même question, elles donnent toujours la même réponse. donc ce qu’on déplace n’est pas l’objet quantique lui-même, mais c’est plutôt son état quantique…un objet perdrait toute forme, toute structure. La matière ne disparait pas mais perd toute forme et en même temps, et reprend sa forme exacte jusqu’au dernier détail à deux minute près,de lautre coté de lunivers,vues mis en valeurs dans le film interstellar..

    la teleportation quantique d’informations,idem:téléporte un message, qui va disparaître ici pour réapparaître ailleurs sans passer par aucun lieu intermédiaire, sans passer par nulle part, il ne va pas être intercepté(la cryptographie quantique,faire la copies de toutes leurs informations en back-ups instantané (dumping)avec de la cryptographie quantique )la nature, la sélection naturelle a privilégié aussi l’intrication pour que les êtres biologiques puissent réaliser certaines performances qui seraient impossibles à réaliser sans intrication,recherches extrêmement actuelles par ex pour la photosynthese,il existe des modèles mathématique qui consiste en des projections,qui tentent d’expliquer en equation la non-localité..

    -extraits de la conférence de Nicolas Gisin le 26 février 2013: “Quand la science rejoint la science fiction, de Newton à la téléportation quantique”.

    ————–

    Publié par dolly | septembre 2, 2016, 12:04
  75. Bonjour, après lecture de vos commentaires (forts intéressants), il me semble que nous ne sommes plus dans l’analyse du film et de ce qu’à voulu dire Nolan mais dans le fantasme et la supposition. Un autre paradoxe temporel du film que personne n’aborde (il me semble si j’ai bien lu) est le fait que que pour pouvoir s’envoyer les coordonnées de la nasa cooper doit partir une première fois et se retrouver dans le tesseract, sauf que s’il ne s’envoie pas les coordonnées (lui-même) il ne peut pas retrouver la nasa, or s’il ne retrouve pas la nasa il ne peut pas partir dans l’espace et s’envoyer les coordonnées pour partir. Comment fait-il donc pour sauver le monde? Tout le monde parle donc de réalité alternative et d’univers parallèles pour expliquer les paradoxes sauf que Nolan avec toute la rigueur scientifique dont il fait preuve, n’aborde à aucun moment ce sujet là dans son film et nous laisse nous débrouiller tout seul avec notre imagination alors qu’il se donne le mal de vouloir tout expliquer, là il ne le fait pas une seule seconde. Pour moi s’est une faille dans le scénario. C’est pour cela que je parle de fantasme et de suppositions, car alors on peut tout imaginer et son contraire pour donner du sens. Mais quand-est-il vraiment?

    Publié par kobi | mai 16, 2017, 1:28
    • Ce sujet est abordé dans les échanges et rejoint en fait le clivage habituel sur l’interprétation de ce film : pour certain (tu en fais partie Köbi), le temps est linéaire donc le scénario n’est pas logique ; pour d’autres le tels n’est pas linéaire ou plutôt tout ce déroule en même temps , c’est la 4eme dimension.

      Publié par Cedrik | mai 16, 2017, 2:10
    • Parce que tu fais un bloquage en t’obstinant à penser que le temps est linéaire. Mais le film persiste dans son idée à faire comprendre que justement le temps n’est pas forcément linéaire. Tu as cette pensée commune qui empêche de voir plus loin que ce qu’on est capable de comprendre. C’est ça l’idée du film, l’évolution, la capacité humanité à surpasser sa propre compréhension de l’univers.
      Si tu veux faire simple pour bien comprendre, voit les choses autrement. Cooper ne pas une première fois, il part tout simplement une unique fois. Le moment où le voit partir dans le film, c’est la première et dernière fois qu’il part, mais les messages qu’il reçoit de lui même ne proviennent pas du futur mais d’une autre dimension, une dimension où le temos et l’espace n’existe plus de la même manière que dans notre dimension. Passé, présent et futur coexistent au même moment, c’est le principe du tesseract.
      Et cette communication interdimentionnelle, provoque une sorte d’anomalie, du moins cela provoque quelque chose que nous sommes pas capable d’expliquer avec nos connaissances actuelles (mais que les humains du futur maitrise parfaitement). C’est pour ça que Murph parle de fantôme car elle ne comptent pas mais son père lui demande de creuser, de trouver une explication scientifique.

      Publié par Downtower | mai 16, 2017, 5:54
    • Bonjour Kobi !

      Ce point est au contraire abordé dans les échanges en commentaire. Au départ, je penchais aussi pour la boucle temporelle (avec le paradoxe sous-jacent que tu évoques) mais les arguments de Downtower m’ont convaincu. Avec le recul, je pense d’ailleurs que c’est tout l’intérêt du film. Donc non, il ne s’agit pas de fantasme ou de supposition, tout est question de perception. Et le fait est qu’on est généralement conditionné à percevoir le temps de façon linéaire, d’où cette difficulté à interpréter rationnellement le supposé ordre des événements.

      Publié par Wolvy128 | mai 16, 2017, 6:45
  76. pour essayer d’expliquer simplement le fin de l’histoire,on peut imaginer le probleme de la médiation quantique résolu d’ici là(et les physiques quantique et exotique réunies dans une nouvelle theorie:voir mur de planck »)..les ondes gravitationnelles,qui résultent des « superforces » de l’univers(et qui sont présentes a plusieurs endroits dans l’espace en meme temps en reagissant comme un elastique)nous imposent l’illusion d’une echelle de temps,mais la « signature quantique » de tous les évenements,elle ,serait toujours presente dans plusieurs dimensions(récemment la preuve a été faite)en meme temps..reunir toutes ces conjectures en fin de scenario est plutot osé ,mais donne une idée sur notre place réelle (ou pas?) dans l’univers

    Publié par laurent stassinet (dolly) | juillet 30, 2017, 3:00

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :