★★★★☆, Critiques de Films

[Critique] Zack Snyder’s Justice League

Bruce Wayne est déterminé à faire en sorte que le sacrifice ultime de Superman ne soit pas vain ; pour cela, avec l’aide de Diana Prince, il met en place un plan pour recruter une équipe de métahumains afin de protéger le monde d’une menace apocalyptique imminente. La tâche s’avère plus difficile que Bruce ne l’imaginait, car chacune des recrues doit faire face aux démons de son passé et les surpasser pour se rassembler et former une ligue de héros sans précédent. Désormais unis, Batman, Wonder Woman, Aquaman, Cyborg et Flash réussiront-ils à sauver la planète de Steppenwolf, DeSaad, Darkseid et de leurs terribles intentions ?

Fruit d’une production chaotique, ayant notamment vu Zack Snyder – touché par un drame familial – laisser sa place à Joss Whedon, Justice League avait – c’est peu de le dire – considérablement déçu les spectateurs à sa sortie en 2017. Totalement dénué de la vision initiale de son réalisateur, le film apparaissait à l’époque comme un blockbuster terriblement bancal, délaissé de toute noirceur/profondeur au profit d’un humour grotesque façon Marvel.

Aujourd’hui, 4 ans et moult rebondissements plus tard, voici que débarque en vidéo le Snyder Cut, sobrement intitulé Zack Snyder’s Justice League, une œuvre fleuve de 4 heures proposant la propre version du film de Zack Snyder. Ne bénéficiant pratiquement d’aucune nouvelle séquence, le long-métrage diffère toutefois grandement du premier film puisque, au-delà d’avoir été complètement remonté pour l’occasion et de proposer une direction artistique indubitablement différente, il a aussi la particularité de se présenter au public en format 4:3. Un format resserré qui peut, certes, dérouter lors des premières minutes de visionnage, mais qui s’avère au final particulièrement intéressant pour les cadrages qu’il propose. Attendue de pied ferme par les fans, cette nouvelle version de Zack Snyder, même si elle n’est pas parfaite, efface néanmoins la plupart des défauts de la précédente réalisation. A commencer par l’écriture, qui confère enfin aux personnages toute la profondeur qu’ils méritent. Bien aidé par la durée du projet, le scénario prend effectivement le temps d’introduire les différents protagonistes et de leur offrir un développement cohérent au regard de la trajectoire de l’histoire. Il en découle, dès lors, un film nettement plus engageant sur le plan émotionnel, à l’image par exemple du parcours émouvant de Victor Stone (Cyborg), interprété par Ray Fischer.

Si le Snyder Cut ne peut, bien sûr, pas prétendre surprendre sur le plan de la trame générale de l’histoire (celle-ci étant désormais connue de tous), les développements scénaristiques qu’il propose offrent définitivement plus de profondeur à l’œuvre, et l’inscrivent aussi plus durablement dans l’univers cinématographique DC créé par le réalisateur américain. Une profondeur qui s’exprime également dans la tonalité du film. Résolument plus sombre, le long-métrage distille cette fois avec parcimonie ses touches d’humour (essentiellement catalysées par le personnage de Flash), refusant de sacrifier la noirceur de ses enjeux sur l’autel du « simple » divertissement. Qu’on préfère ou pas cette approche, force est tout de même de constater qu’elle s’avère nettement plus fidèle à la vision de Snyder, et même plus généralement aux films estampillés DC. Au final, cette consistance retrouvée sur le fond ferait presque oublier à quel point le film est jubilatoire sur la forme. Usant de toute son expérience de cinéaste, Zack Snyder délivre effectivement des moments de cinéma spectaculaires, faits d’affrontements épiques et d’instants de bravoure uniques, rythmés aux sons d’une bande son diablement efficace. Si la qualité de la mise en scène était déjà perceptible en 2017, nul doute qu’elle prend ici une tout autre dimension.

Quatre ans après la version charcutée de Joss Whedon, Zack Snyder offre donc enfin aux super-héros de Justice League l’œuvre cinématographique qu’ils méritent. Film fleuve de 4 heures, ce Snyder Cut gomme pratiquement tous les défauts du long-métrage de 2017, proposant une version bien plus sombre, profonde, ambitieuse, équilibrée… de cette histoire désormais connue de tous. Certes pas sans imperfections, le film délivre néanmoins un moment de cinéma spectaculaire, fait d’affrontements épiques et de relations touchantes. Une vraie réussite !

À propos de Wolvy128

Créateur et rédacteur en chef du site. Passionné de cinéma depuis mon plus jeune âge, je profite de ce blog pour partager ma passion au quotidien.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :