★★★☆☆, Critiques de Films

[Critique] Si Beale Street pouvait parler

Harlem, dans les années 70. Tish (KiKi Layne) et Fonny (Stephan James) s’aiment depuis toujours et envisagent de se marier. Alors qu’ils s’apprêtent à avoir un enfant, le jeune homme, victime d’une erreur judiciaire, est arrêté et incarcéré. Avec l’aide de sa famille, Tish s’engage dans un combat acharné pour prouver l’innocence de Fonny et le faire libérer.

Deux ans après Moonlight, couronné de 3 Oscars (dont celui de meilleur film), Barry Jenkins revient avec Si Beale Street pouvait parler, adaptation du roman éponyme de James Baldwin. Une nouvelle réalisation qui, malgré ses qualités indéniables, alterne – comme la précédente – le bon et le moins bon, pour un résultat final, certes séduisant, mais terriblement inégal.

Techniquement, il faut le dire, le long-métrage est un véritable petit bijou. De la mise en scène, somptueuse à souhait ; à la photographie, extrêmement soignée ; en passant par les cadrages, superbement travaillés ; et le montage, d’une rare efficacité ; l’image nous régale littéralement la rétine pendant près de 2 heures. Sans parler de la narration et de la musique qui accompagnent aussi magnifiquement l’ensemble. De quoi conférer à l’œuvre une aura tout à fait singulière, sorte de mélange d’authenticité et de pureté, que les deux acteurs principaux retranscrivent également à la perfection. L’un comme l’autre crèvent effectivement l’écran dans la peau de ces deux êtres amoureux fous, aussi sincères que pudiques dans leurs sentiments. Pourtant, malgré ce constat pour le moins réjouissant, la sauce ne prend pas véritablement, ou beaucoup trop rarement. La faute à un sentiment de désordre présent tout au long du récit.

A travers cette fabuleuse histoire d’amour, le réalisateur s’essaye en effet à plusieurs registres, multipliant les ambiances et les thématiques. Une intention louable qui ne convainc malheureusement pas sur la durée, le récit s’abandonnant régulièrement à des redites, des séquences peu subtiles ou, pire, complètement inutiles. Le passage avec le flic caricatural ou le voyage à Porto Rico en sont des exemples flagrants. Le problème principal du long-métrage réside néanmoins surtout dans ses nombreuses longueurs, conséquence directe d’un rythme très inégal et d’un cruel manque d’enjeux. Le second point est d’ailleurs particulièrement problématique dans le sens où, malgré la beauté de l’amour que se portent Tish et Fonny, on ne peut s’empêcher de voir les deux amants comme de simples figures sensuelles, totalement dépourvues de consistance. Un peu comme si le cinéaste n’était pas réellement parvenu à se distancier du matériau d’origine. Il en découle, dès lors, un récit extrêmement inégal, enfouissant ses quelques envolées dans un ensemble trop plat que pour marquer les esprits.

Formellement splendide, Si Beale Street pouvait parler est donc une adaptation séduisante, mais quelque peu bancale, du roman éponyme de James Baldwin. A l’instar de Moonlight, précédente réalisation de Barry Jenkins, le film livre à nouveau quelques superbes envolées lyriques, mais ne décolle malheureusement jamais vraiment. La faute à un récit désordonné et un rythme chaotique.

À propos de Wolvy128

Créateur et rédacteur en chef du site. Passionné de cinéma depuis mon plus jeune âge, je profite de ce blog pour partager ma passion au quotidien.

Discussion

3 réflexions sur “[Critique] Si Beale Street pouvait parler

  1. Ma critique sortira bientôt mais j’ai eu beaucoup de peine à accrocher et à apprécier ce film. Comme tu dis, l’aspect visuel a effectivement été soigné, mais j’ai trouvé les deux acteurs peu convaincants (j’ai eu de la peine à croire à leur histoire). Et le film souffre de gros problèmes de rythme, en plus de tourner en rond. Bref, loin d’être une réussite pour ma part !

    Publié par cinemathequedeclelia | février 21, 2019, 1:16
    • Beaucoup de redites ou de choses inutiles, d’où ce sentiment de tourner en rond, je te comprends parfaitement. Et le rythme est effectivement calamiteux. Ça plombe le film mais il n’est pas dénué de qualités pour autant. Du coup, sans être une réussite, ça reste tout de même plutôt correct pour moi.

      Publié par Wolvy128 | février 22, 2019, 10:45
  2. Les films d’aujourd’hui j’ai du mal à adhérer, ça se suit et ça se ressemble.
    Depuis 3 ans à chaque fois je dis après avoir vu le film  » c’était bien et j’oublie » ou alors  » c’est nul » et je m’en souviens longtemps. J’avais l’intention d’aller voir Godzilla, Dumbo et le roi lion mais j’ai finalement renoncé.

    Pourtant il y a tant de choses nouvelles que l’on pourrait tester. Pendant des années j’ai imaginé des scénarios, plus d’une vingtaine dont des sagas entières, j’ai aussi imaginé une fin à des histoires incomplètes.

    Si vous avez envie de nouveautés je vous propose de voir mon blog.

    Publié par blog cinéma | février 22, 2019, 10:25

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :