★★★★★, Critiques de Films

[Critique] Nocturnal Animals

5-étoiles

affiche-nocturnal-animalsSusan Morrow (Amy Adams), une galeriste d’art de Los Angeles, s’ennuie dans l’opulence de son existence, délaissée par son riche mari Hutton (Armie Hammer). Alors que ce dernier s’absente, encore une fois, en voyage d’affaires, Susan reçoit un colis inattendu : un manuscrit signé de son ex-mari Edward Sheffield (Jake Gyllenhaal), dont elle est sans nouvelles depuis des années. Une note l’accompagne, enjoignant la jeune femme à le lire puis à le contacter lors de son passage en ville. Seule dans sa maison vide, elle entame la lecture de l’œuvre qui lui est dédicacée.

Près de 7 ans après le singulier A Single Man, le styliste/réalisateur américain Tom Ford nous revient en ce début d’année avec Nocturnal Animals, l’adaptation cinématographique du roman Tony and Susan, publié en 1993 par Austin Wright. Un retour absolument fracassant puisque le long-métrage est une pure merveille visuelle et psychologique.

Si la beauté extrême des plans n’a rien de très étonnant compte tenu du travail déjà incroyable de Ford sur cet aspect dans sa précédente réalisation, c’est davantage la qualité d’écriture qui surprend ici. Fort d’une narration brillante, le film raconte en effet de façon magistrale une histoire d’une densité incroyable, mêlant à la perfection le réel à la fiction, le présent au passé. A travers la triple intrigue dont il fait l’objet, le récit multiple aussi les genres, alternant continuellement le thriller et le drame, sans jamais perdre le spectateur en route. A ce titre, on soulignera d’ailleurs la photographie somptueuse de Seamus McGarvey, aussi habile pour retranscrire la violence sèche du désert texan que pour illustrer la froideur clinique d’une société superficielle. Pleine de nuances et de contrastes, les images s’impriment durablement sur la rétine. Au final, on regrettera simplement le montage parfois un peu abrupt, venant à plusieurs reprises ponctuer les scènes chocs du livre par des réactions exagérées du personnage d’Amy Adams. Ce défaut mineur n’enlève toutefois rien à la maîtrise global du film puisque toutes les scènes s’avèrent néanmoins d’une redoutable efficacité. En particulier celles du manuscrit, qui marquent vraiment les esprits par leur intensité folle. La toute première séquence est ainsi tétanisante de bout en bout.

photo-nocturnal-animals Mais les autres trames narratives ne sont pas en reste puisque le passé du couple, combiné à la perception actuelle de Susan, va conditionner l’ensemble de la réflexion. Si les trois intrigues peuvent tout à fait exister indépendamment les unes des autres, le propos prend en effet une tout autre dimension lorsqu’elles sont réunies. Et même si on pourra légitimement reprocher un léger manque de subtilité dans certaines métaphores, le message du long-métrage est toutefois suffisamment profond et ambigu que pour captiver jusqu’au bout. A ce constat déjà exceptionnel s’ajoute enfin des performances en tout point remarquables. Dans un registre qu’ils connaissent bien, Amy Adams – et ses beaux yeux tristes – et Michael Shannon – et son accent prononcé – se révèlent ainsi particulièrement convaincants. Tant l’un que l’autre dégagent un charisme indéniable. Malgré tout, c’est surtout Jake Gyllenhaal qui parvient à tirer son épingle du jeu. Dans la peau d’un personnage passant par toutes les émotions, l’acteur dévoile une nouvelle fois toute sa palette de jeu. Intense et émouvant, il enchaîne un nouveau rôle mémorable dans une filmographie qui en compte déjà beaucoup. Enfin, même l’insipide Aaron Taylor-Johnson délivre ici une interprétation habitée.

En définitive, Nocturnal Animals s’impose donc comme un thriller dramatique d’une rare intensité. Aussi élégant sur la forme que complexe sur le fond, le film retranscrit avec brio une triple intrigue particulièrement ambigüe, emmenée par un casting absolument irréprochable, duquel s’extrait avec talent l’excellent Jake Gyllenhaal. Éblouissant !

À propos de Wolvy128

Créateur et rédacteur en chef du site. Passionné de cinéma depuis mon plus jeune âge, je profite de ce blog pour partager ma passion au quotidien.

Discussion

6 réflexions sur “[Critique] Nocturnal Animals

  1. Je l’attendais 🙂
    Attention spoiler : es-tu d’accord avec l’interprétation qui dit que le personnage de Tony n’est pas à relier à Edward mais plutôt à Suzan, en tant que personnage qui n’a pas su réagir, « tuant » au passage son couple et sa progéniture ?

    Publié par misterniku | janvier 11, 2017, 10:38
    • Certains éléments du film peuvent le laisser penser (le montage notamment) mais ce n’est pas mon interprétation. Je n’en dis pas plus pour l’instant car j’ai l’intention de préparer un article d’interprétation dans les prochains jours.

      Publié par Wolvy128 | janvier 11, 2017, 10:46
  2. Je valide totalement ta critique, bien évidemment 😉

    Publié par cinemathequedeclelia | janvier 11, 2017, 10:44
  3. J’ai adoré ce film, qui laisse place à beaucoup d’interprétations, extrêmement bien foutu du début jusqu’à la fin dans les moindres détails.

    Publié par tinalakiller | janvier 15, 2017, 12:11
    • On est deux ! 🙂

      Sincèrement, c’est typiquement le genre de film que j’affectionne. Une approche technique remarquable (certains plans sont à tomber par terre), un scénario très bien foutu (le film m’a captivé de bout en bout) et un casting exemplaire. Puis en plus, comme tu le soulignes, plusieurs interprétations sont possibles. J’ai d’ailleurs livré la mienne dans un autre article. N’hésite pas à me dire ce que tu penses si tu as l’occasion.

      Publié par Wolvy128 | janvier 15, 2017, 1:40

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :