★★☆☆☆, Critiques de Films

[Critique] Assassin’s Creed

2-étoiles

affiche-assassins-creedRetour aujourd’hui sur Assassin’s Creed, adaptation cinématographique, signée Justin Kurzel, de la célèbre licence vidéoludique. Grâce à une technologie révolutionnaire qui libère la mémoire génétique, Callum Lynch revit les aventures de son ancêtre Aguilar, dans l’Espagne du 15e siècle. Alors que Callum découvre qu’il est issu d’une mystérieuse société secrète, les Assassins, il va assimiler les compétences dont il aura besoin pour affronter, dans le temps présent, une autre redoutable organisation : l’Ordre des Templiers.

Sans être un fan inconditionnel de la franchise (j’ai très peu joué aux jeux vidéo), Assassin’s Creed attisait tout de même grandement ma curiosité pour deux raisons précises : la présence de Justin Kurzel (Macbeth) à la réalisation et celle de Michael Fassbender et Marion Cotillard devant la caméra.

Malheureusement, si ces deux aspects font certainement partie des quelques motifs de satisfaction que procure le film, le reste est franchement décevant, voire même carrément médiocre. A commencer par le scénario qui, malgré un récit au potentiel indéniable, tombe dans tous les travers que l’on pouvait craindre au départ. Non content de se prendre mortellement au sérieux, celui-ci s’avère effectivement d’une platitude absolue et échoue cruellement à installer ses personnages. Le héros manque d’ailleurs à ce point de consistance qu’il en devient compliqué d’éprouver le moindre attachement pour lui. Un constat encore plus édifiant pour les autres protagonistes. Non seulement la plupart de leurs décisions sont particulièrement ridicules, mais ils se voient également affublés d’une posture monolithique du début à la fin. Les détracteurs de Marion Cotillard risquent donc à nouveau de s’en donner à cœur joie, même s’il est en l’occurrence assez difficile d’en vouloir réellement aux acteurs puisque aucun personnage ne bénéficie d’un niveau d’écriture suffisamment fouillé que pour les rendre intéressants.

photo-assassins-creedUn défaut plutôt courant pour les blockbusters contemporains, qui préfèrent généralement mettre l’accent sur le spectacle formel plutôt que sur le fond. Sauf qu’ici, la quantité d’action est relativement maigre et ne compense donc jamais les multiples lacunes du script. Il y a, bien sûr, quelques séquences remarquables sur le plan visuel, combinées bien souvent à un montage efficace, mais elles se révèlent au final bien trop peu nombreuses que pour véritablement inverser la tendance. Il faut dire que l’intérêt principal du long-métrage réside avant tout dans les scènes se déroulant dans le passé du héros. Or, celles-ci sont largement minoritaires par rapport aux scènes prenant place dans le présent. Du coup, le récit peine à décoller et ne passionne jamais. Malgré tout, le film évite le naufrage total grâce à son éblouissant visuel. Si la photographie de l’Espagne du 15e siècle ne plaira pas forcément à tout le monde, elle offre néanmoins une qualité d’image tout bonnement somptueuse, exploitant à merveille les jeux d’ombre et de lumière. Enfin, l’aspect sonore n’est pas en reste et contribue, notamment, à l’immersion dans l’univers médiéval.

En définitive, malgré une superbe réalisation, Assassin’s Creed se révèle donc être une adaptation particulièrement décevante. Handicapé par un scénario tombant dans la plupart des pièges que l’on pouvait craindre au départ, le film ne passionne jamais. Pire, il ennuie même parfois !

À propos de Wolvy128

Créateur et rédacteur en chef du site. Passionné de cinéma depuis mon plus jeune âge, je profite de ce blog pour partager ma passion au quotidien.

Discussion

2 réflexions sur “[Critique] Assassin’s Creed

  1. Ici aussi, je suis plutôt d’accord avec toi !
    L’idée de base – s’interroger sur le libre arbitre mis à mal par différents organes au fil du temps : la religion, la politique, la consommation et maintenant la science ? – avait de quoi être approfondie, même si on comprend bien que nous sommes dans un film d’action décérébré.
    Fasbender va et vient entre une jolie Espagne d’époque et un présent un peu fade, mais sans que les enjeux n’évoluent, hormis ce fait qu’il doit retourner dans la régression d’une façon volontaire… mouais…

    Le personnage de Marion Cotillard aurait pu être vraiment intéressant, en jouant sur l’ambiguïté (dans l’une des visions, on la voit bien en tenue d’Assassin ?) et sur les différentes forces agissant sur elle (le rôle de scientifique aurait d’ailleurs pu être bien plus accru, avec ces débats « sciences sans conscience n’est que ruine de l’âme » et « gestion de la violence » en pourquoi pas ancrer cette problématique dans des faits réels actuels.

    J’avais vraiment bien aimé les choix dans Mac Beth, ici j’ai trouvé ça aussi plutôt bien. Les scènes d’action (je ne suis pas fan en général) sont de bonne facture je trouve.

    Comme souvent avec ces blockbusters, il y a de quoi faire un vrai bon film, à condition de vouloir vraiment faire un film, avec un scénario, des enjeux et des personnages un peu fouillés…

    Publié par misterniku | janvier 4, 2017, 1:40
    • Visuellement, le film est vraiment sympa et les scènes d’action, bien que pas très nombreuses, sont plutôt immersives. Malheureusement, comme tu le soulignes, le scénario passe complètement à côté : écriture désastreuse des personnages, manque d’enjeux, aucune profondeur dans les sujets abordés…

      Publié par Wolvy128 | janvier 4, 2017, 9:45

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :