★★★☆☆, Critiques de Films

[Critique] Foxcatcher

3-étoiles

Affiche fr foxcatcherInspiré d’une histoire vraie, Foxcatcher raconte l’histoire tragique et fascinante de la relation improbable entre un milliardaire excentrique et deux champions de lutte. Lorsque le médaillé d’or olympique Mark Schultz (Channing Tatum) est invité par le riche héritier John du Pont (Steve Carell) à emménager dans sa magnifique propriété familiale pour aider à mettre en place un camp d’entraînement haut de gamme, dans l’optique des JO de Séoul de 1988, Schultz saute sur l’occasion : il espère pouvoir concentrer toute son attention sur son entraînement et ne plus souffrir d’être constamment éclipsé par son frère, Dave (Mark Ruffalo). Obnubilé par d’obscurs besoins, du Pont entend bien profiter de son soutien à Schultz et de son opportunité de « coacher » des lutteurs de réputation mondiale pour obtenir – enfin – le respect de ses pairs et, surtout, de sa mère qui le juge très durement.

Près de quatre ans après Le Stratège, le réalisateur Bennett Miller reste dans l’univers sportif puisque s’il était question de baseball dans son film précédent, la lutte est cette fois au cœur de celui-ci. Cependant, plus qu’un film sur cette discipline sportive vieille de plusieurs millénaires, il s’agit avant tout d’un film de personnages. Le récit est effectivement concentré sur les trois protagonistes et en dresse un portrait absolument glaçant. En particulier d’ailleurs le personnage de John du Pont, formidablement bien incarné par Steve Carell, qui derrière son apparente bienveillance, dégage une ambiguïté extrêmement dérangeante. Semblant souffrir de troubles mentaux, les rares relations qu’il entretient sont intoxiquées par la manipulation malsaine qu’il exerce sur ses interlocuteurs. Malgré une approche un peu trop monocorde, l’acteur parvient avec beaucoup de charisme à retranscrire toute la profondeur qui le caractérise, ainsi que les nombreuses zones d’ombre qui l’entourent. Souffre-t-il d’un complexe d’infériorité lié à la pression écrasante de sa mère, ou simplement d’une homosexualité refoulée? Difficile de le dire mais cette incertitude permanente participe en tout cas grandement au questionnement du spectateur.

Photo foxcatcherNéanmoins, si l’aspect nébuleux du personnage de John du Pont est plutôt intéressant, la façon d’introduire ses troubles psychologiques manque en revanche de subtilité et s’étire inutilement en longueur. Au bout d’un certain temps, on a effectivement la désagréable impression de voir se répéter une succession de séquences visant simplement à illustrer le désordre mental du personnage, ainsi que la perversion de ses relations, dont on est déjà pourtant pleinement conscient. Du coup, le rythme du long-métrage est inégal et l’ennui se fait parfois légèrement sentir. Heureusement, les performances du trio d’acteurs sont impressionnantes et, sans faire oublier les failles du scénario, maintiennent tout de même l’intérêt. Au-delà de la prestation étonnante de Steve Carell, Channing Tatum et Mark Ruffalo livrent en effet deux solides interprétations. Subtils et intenses, les deux comédiens réussissent plutôt bien à exprimer la complexité de la relation qu’ils entretiennent entre eux, mais aussi avec du Pont. Enfin, l’aspect formel du film est particulièrement soigné et, de par l’utilisation de tons généralement froids, colle parfaitement à l’ambiance sinistre du récit.

Pour conclure, Foxcatcher est donc un drame intéressant, qui puise principalement sa force dans les interprétations magistrales de ses trois acteurs. Son scénario pas assez travaillé et son rythme laborieux l’empêchent toutefois de s’imposer comme une œuvre véritablement marquante.

À propos de Wolvy128

Créateur et rédacteur en chef du site. Passionné de cinéma depuis mon plus jeune âge, je profite de ce blog pour partager ma passion au quotidien.

Discussion

2 réflexions sur “[Critique] Foxcatcher

  1. Je mettrais une étoile de plus 🙂
    Quand le film a commencé, le rythme très lent m’a interpelé (je précise que généralement je préfère les films posés plutôt que les films d’action), voire dérangé. J’allais voir un film de lutte avec Tatum, je devais être conditionné, prêt à voir courir la testostérone. 🙂
    J’ai eu une petite demi-heure à me demander : pourquoi un tel rythme ?
    La réponse qui a émergé (et qui me convient) c’est qu’avec ce rythme très lent, le réalisateur permet de cibler la psychologie, au détriment des combats et de la violence possible. Au lieu d’avoir des scènes de lutte (match-entrainement) avec de la musique boum boum, on a le droit à des dialogues très épurés, des regards, des postures.
    Au final, j’ai aimé ce choix de mise en scène.

    Par rapport au scénario, là aussi je te rejoins au départ sur le côté « pas assez fouillé ». Finalement, qu’est-ce qui se passe dans ce film ? Pas grand chose pourrait-on dire. Mais si on considère toutes les ellipses du film, on arrive à un contenu beaucoup plus dense. Surtout que je trouve que ces ellipses sont bien faites.

    Dernière chose, je trouve que le film finit en apothéose. Je ne connaissais pas la vraie histoire, donc je ne m’attendais pas à ça. J’avoue que si ça avait été une fiction, j’aurais trouvé ça un peu exagéré, mais là, j’ai pris une bonne gifle !

    Au final, un film qui m’a surpris et que j’ai trouvé particulier dans le bon sens du terme !

    Publié par Basketo-Phil | janvier 23, 2015, 5:37
    • Je comprends ton ressenti Phil et j’ai l’impression que tu as été (agréablement) surpris car tu ne t’attendais pas forcément à une telle histoire et à un tel traitement.

      Pour ma part, j’étais globalement au courant de l’histoire réelle, en tout cas de son issue, ce point ne m’a donc pas véritablement surpris. Tout comme le traitement qui allait forcément explorer principalement la psychologie des personnages. A vrai dire, j’ai surtout apprécié les performances incroyables des trois acteurs, qui constituent à mon sens le grand intérêt du film. Car le scénario n’est pas assez développé et se répète beaucoup. J’entends par là que beaucoup de scènes ont le même objectif et que le récit n’avance pas véritablement, alors que le film dure quand même plus de 2 heures. La lenteur ne m’a pas dérangé (c’est rarement le cas d’ailleurs) mais le rythme laborieux si.

      Quoi qu’il en soit, c’est tout de même un film à voir. On est d’accord là-dessus !

      Publié par Wolvy128 | janvier 23, 2015, 5:55

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :