★★★★☆, Critiques de Films

[Critique] Le Hobbit – La Bataille des Cinq Armées

4-étoiles

Affiche fr the hobbit 3Tout juste deux ans après Le Hobbit – Un Voyage Inattendu, et un an après Le Hobbit – La Désolation de Smaug, Peter Jackson clôture cette année sa deuxième trilogie en Terre du Milieu avec Le Hobbit – La Bataille des Cinq Armées, dernier volet des aventures de Bilbon (Martin Freeman), Gandalf (Ian McKellen), Thorin (Richard Armitage) et sa bande de nains. Atteignant enfin la Montagne Solitaire, Thorin et les nains, aidés par Bilbon, ont réussi à récupérer leur royaume et leur trésor. Mais ils ont également réveillé le dragon Smaug qui déchaîne désormais sa colère sur les habitants de Lacville. A présent, les Nains, les Elfes, les Humains mais aussi les Wrags et les Orques menés par le Nécromancien, convoitent les richesses de la Montagne Solitaire. La Bataille des Cinq Armées est imminente et Bilbon est le seul à pouvoir unir ses amis contre les puissances obscures de Sauron.

Le précédent opus s’étant arrêté pile au moment où Smaug plongeait sur Esgaroth, c’est donc tout naturellement que celui-ci s’ouvre sur le face à face attendu entre Bard (Luke Evans) et le dragon. Une introduction haletante et efficace qui lance idéalement ce dernier chapitre. Néanmoins, par la suite, Peter Jackson étire par contre un peu inutilement les différentes intrigues menant à la fameuse Bataille des Cinq Armées, comme s’il ne disposait pas d’assez de matière pour livrer un long-métrage aussi consistant que les autres. Ce qui n’est pas si étonnant que cela puisqu’à ce moment précis de l’histoire, il ne reste finalement que peu de pages à adapter. Quoi qu’il en soit, pour la première fois en trois films, on a parfois l’impression que l’ensemble aurait pu tenir en deux réalisations. Une impression qui ne dure toutefois pas très longtemps étant donné que, dès que le terrible affrontement débute, le savoir-faire du réalisateur reprend le dessus et la magie opère à nouveau. Alors certes, la bataille est certainement moins épique, et incontestablement plus longue, que celle des Champs du Pelennor dans Le Seigneur des Anneaux, mais elle n’en demeure pas moins parfaitement rythmée et mise en scène. De plus, les nombreuses touches d’humour qui l’agrémentent représentent de véritables respirations sur 45 minutes de pure intensité.

Photo the hobbit 3De manière générale, ce dernier film est une nouvelle fois extrêmement fidèle au matériau d’origine et devrait ainsi plaire à tous les amateurs de Tolkien (dont je fais partie). Pour autant, les quelques libertés prises dans les précédents volets sont à nouveau développées ici et trouvent cette fois une conclusion. Je pense par exemple au segment consacré à Gandalf et au retour de Sauron, ainsi qu’à celui consacré à Legolas (Orlando Bloom) et Tauriel (Evangeline Lilly). Et si initialement, je ne considérais pas forcément ces libertés nécessaires au récit, je dois tout de même admettre que, dans l’idée de conférer une certaine unité aux deux trilogies, c’est une excellente idée. La conclusion du Hobbit renvoie effectivement directement aux Seigneurs des Anneaux. Les deux sagas peuvent donc s’enchaîner très facilement alors qu’il y a pourtant nettement moins de liens entre les deux dans le bouquin. Enfin, j’aimerais terminer cette critique en soulignant le travail fabuleux effectué par Howard Shore sur la BO. Il est vrai que j’en parle quasiment à chaque épisode de la saga mais je suis convaincu que l’atmosphère ne serait pas la même sans ses compositions. Bien sûr, les thèmes sont probablement moins emblématiques que ceux utilisés pour la quête de Frodon mais certains sortent tout de même du lot, en particulier celui de Kili et Tauriel que je trouve absolument superbe.

En clair, à l’exception de quelques intrigues trop étirées dans la première partie, Le Hobbit – La Bataille des Cinq Armées conclut donc magnifiquement une seconde trilogie en Terre du Milieu, certainement moins sombre et ample que la première (difficile de faire aussi bien en même temps), mais qui marquera elle aussi durablement l’histoire du cinéma. Merci Tolkien ! Et merci Peter Jackson !

À propos de Wolvy128

Créateur et rédacteur en chef du site. Passionné de cinéma depuis mon plus jeune âge, je profite de ce blog pour partager ma passion au quotidien.

Discussion

17 réflexions sur “[Critique] Le Hobbit – La Bataille des Cinq Armées

  1. Bonne critique bien justifiée ! Pour ma part je ne fais pas parti des fans de la franchise mais je reconnais aux Seigneurs des Anneaux qu’ils sont des films monstrueux, chacun respectant la part d’une trilogie exquise dans son genre.

    Les Hobbit ne m’ont pas vraiment marqué, hormis le premier volet qui m’avait plutôt fasciné pour son côté aventurier, la coopération du groupe de nains, la tension lors du combat final. La scène de la caverne était vraiment géniale aussi. Le deuxième était très moyen à mon goût, mais restait suffisamment honnête pour la saga.

    Ce Hobbit 3 je l’ai trouvé très vite expédié sur le final, avec pas mal d’incohérences que j’ai du mal à cerner (les Orques sont entraînés pour vivre au combat et un enfant de 12 ans réussit à le tuer frontalement sans difficulté ? de même pour les hommes qui sont censés être des pêcheurs et là ils se battent tranquillement contre les bestioles), des apparitions presque sans intérêt (les chauve-souris qui servent à faire sauter Legolas dans les airs lol, les mange-Terre qui apparaissent deux secondes). Et ce que j’ai certainement le moins aimé également, c’est la faible importance des nains entre eux et de Bilbon, qui lance des pierres pour tuer les Orques : son rôle de cambrioleur est quand même limite dans tout le film, de ce fait je ne sais pas si on peut en vouloir à l’adaptation ou au scénario original. Car le duo Frodon/Sam est quand même bien plus émouvant et prenant de A à Z.
    Concernant les personnages, je me retourne donc vers Thorin qui livre un grand combat de bravoure (une nouvelle fois un peu bête si on chipote sur les détails) et qui partage un bel adieu.

    Mais bon, je suis ressorti tout de même satisfait du spectacle offert qui est passé à vitesse grand V et l’humour pas toujours bien assimilé à l’ampleur de la bataille est assez sympathique aussi.

    Publié par Kazura | décembre 11, 2014, 9:54
    • Bonjour Kazura et merci pour le compliment sur la critique, ça fait toujours plaisir. Merci aussi de prendre le temps de donner ton avis de façon aussi constructive. Je comprends ton ressenti et j’ai peut-être quelques éléments d’explication à apporter.

      Il faut savoir qu’à la base, le roman du Hobbit est destiné à un tout autre public que celui du Seigneur des Anneaux. Effectivement, Tolkien a initialement écrit cette quête pour ces petits-enfants. L’histoire est plus légère, plus humoristique, et surtout bien moins sombre. Les enjeux sont également nettement moins importants. Dans l’optique de conférer aux deux trilogies une certaine unité, Peter Jackson a choisi d’insuffler au Hobbit une dynamique semblable à celle du Seigneur des Anneaux mais le récit est quand même moins consistant, et il ne peut dès lors pas faire de miracles. Du coup, je peux comprendre qu’on ne soit pas autant pris émotionnellement dans cette quête que dans la précédente (c’est d’ailleurs mon cas aussi) mais, pour avoir lu le bouquin, je trouve que Jackson livre néanmoins une nouvelle fois une formidable adaptation. Pas parfaite, mais d’excellent niveau.

      PS: Les Orques ne sont pas tous des Dieux au combat sinon, certains sont tout simplement un peu idiots. La trilogie précédente l’illustrait déjà. 😛

      Publié par Wolvy128 | décembre 12, 2014, 12:21
      • Bonjour Wolvy, ça me fait tout autant plaisir de partager sur ton blog qui est certainement l’un des seuls à mes yeux disposant d’un véritable bon relationnel argumentaire entre les lecteurs et le rédacteur où, je dois avouer que j’aime passer du temps à écrire un commentaire pour participer.

        Concernant l’adaptation du Hobbit, après ce que tu me délivres là je comprends mieux les intentions de Peter Jackson et qu’elles semblent finalement semblables à la lecture du livre. Toutefois comme je t’ai signalé je me suis retrouvé un peu déçu des sensations égarées du premier volet car je pense qu’il y a des points où l’adaptation aurait pu être mieux maîtrisée. Ainsi, le Hobbit n’est pas quelque chose qui restera dans les annales pour moi, en dépit du Voyage Inattendu qui emmène vraiment dans une quête poussive à l’instar de Frodon, mais qui ici l’exploite sous plus de facettes.
        Pour ce qui est des orques, je comprends également qu’ils ne sont pas très intelligents et en se réfèrant au livre, je vois mieux leur intérêt à réagir comme cela pour certains ; cependant certaines scènes d’action ajoutées pour la longévité du film m’ont paru un peu too much afin de délivrer un épisode complètement sûr de lui. 🙂

        Publié par Kazura | décembre 12, 2014, 2:00
        • L’intérêt premier du blog a toujours été pour moi de pouvoir échanger sur des films avec d’autres passionnés. Donc j’apprécie vraiment de répondre aux différents commentaires quand j’ai le temps, surtout quand ils sont argumentés comme les tiens. Pour en revenir au film, je comprends en tout cas parfaitement ton point de vue.

          Tu comptes aller voir Exodus à sa sortie sinon?

          Publié par Wolvy128 | décembre 12, 2014, 3:26
      • Exodus est dans les parages en effet, j’essaierai de le voir au plus vite en privilégiant d’abord La French. Je suis curieux de voir si tonton Scott a fait une bonne adaptation historique a la manière de Noé, même si je suis moins fan des films péplums dans sa filmographie.

        Pour toi quel est le prochain de prévu ?

        Publié par Kazura | décembre 12, 2014, 4:08
        • De sûr, Exodus la semaine prochaine. Le reste, ce sera des rattrapages vidéo à mon avis.

          Faut aussi que je pense tout doucement à préparer les tops de l’année. 😉

          Publié par Wolvy128 | décembre 12, 2014, 4:13
  2. Belle critique argumentée. Nous avons aussi été séduits par le film.

    Publié par Marla | décembre 11, 2014, 11:14
  3. Belle critique en effet, même si je partage les réserves critiques évoquées par Kazura dans ses com. J’ai en revanche été un peu plus convaincu par la romance entre Kili et Tauriel, qui m’apparaissait pourtant très artificielle dans le précédent volet. D’immenses moments de bravoures ont balayé les quelques lourdeurs inutiles qui sont le péché mignon du réalisateur. J’ai traversé la durée du film sans jamais décrocher et avec, comme à chaque fois, une pointe de regret de refermer le livre animé de la Terre du Milieu.

    Publié par princécranoir | décembre 13, 2014, 10:45
    • Je comprends les réserves, et j’en partage même certaines d’ailleurs, mais au final, Peter Jackson est tellement parvenu à m’enthousiasmer que ça a globalement gommé les quelques défauts que j’avais pu relever.

      Publié par Wolvy128 | décembre 14, 2014, 1:52
  4. Très bonne critique, pour ma part j’ai trouvé trop d’incohérences, les trolls qui sont pourtant des trolls des montagnes et sortent de jour, la masse négative de legolas sur le pont … par contre la folie de l’or de thorin est très bien représentée, même si je m’attarde sur des détails, dans l’ensemble je n’ai pas vu passer les deux heures de films. Jackson est toujours entre épique et conte mais il à parfaitement géré l’osmose entre les deux genres pour un final détonant plein d’humour et de références. Je tiens par ailleurs a remercier les valeureuses chèvres qui pop sur le champs de bataille.

    Publié par Alael | décembre 14, 2014, 10:27
    • Il ne s’agit pas de la même espèce de troll que dans le premier film. Je crois me souvenir que c’est plus détaillé dans le livre, et Le Seigneur des Anneaux en mettait aussi en évidence d’ailleurs. Donc pas de problème à ce niveau-là selon moi. Pour le reste, il s’agit plus de facilités que véritablement d’incohérences pour moi. Mais je suis d’accord, le film n’est pas exempt de faiblesses.

      Publié par Wolvy128 | décembre 14, 2014, 10:38
  5. Je trouve que pour le Hobbit, on pourrait ouvrir un débat fort intéressant sur les choix de Jackson par rapport à son adaptation du livre, parce que, contrairement au Seigneur des Anneaux, il y a vraiment de grandes différences ! Je me lance donc :
    _ intérêt d’Azog (qui n’est quasi pas évoqué dans le livre) : c’est comme ça que commence le 1, mais au final, il meurt un peu vite je trouve, ça finit en eau de boudin !
    _ intérêt de Ravel et Légolas ? Un personnage féminin… ouais, ok… Légolas parce qu’il est populaire… Je ne vois pas un grand intérêt au final !
    _ filmer une bataille qui dans le livre est évoqué mais guère plus… Bon là, cinématographiquement, il fallait le faire, ça fait une belle fresque !
    _ faire les raccords avec le Seigneur des anneaux et boucler la boucle… Là aussi, j’ai bien adhéré !
    _ la fin me semble beaucoup moins axé sur le Hobbit (avec l’ajout de ces persos secondaires…) : finalement dans le livre, Bilbo décide de prendre juste un petit sac d’argent pour ne pas être attaqué sur la route et ne pas être embêté à cause de ça… Dans le film aussi, mais on ne le comprend pas si on n’a pas lu le livre… Dommage je trouve !

    Publié par Basketo-Phil | décembre 21, 2014, 9:24
    • A la base, je n’étais pas spécialement partisan des différences avec le roman. Mais après coup, je les comprends et les accepte, même si certaines peuvent effectivement ne pas sembler indispensables. Ce n’est pas non plus comme si Jackson avait délibérément modifier des choses, il a juste puisé dans d’autres bouquins de Tolkien pour développer des intrigues peu ou pas abordés dans Le Hobbit.

      Publié par Wolvy128 | décembre 21, 2014, 11:47
  6. Et j’avais aussi une question bête : pourquoi ne pas avoir tué Smaug à la fin du 2 plutôt que de le faire tuer au bout de 10 minutes du 3 ? Ca aurait été plus cohérent de bien finir le 2 pour bien commencer le 3, vous ne trouvez pas ?

    Publié par Basketo-Phil | décembre 21, 2014, 9:25
    • Pas forcément ! C’est un choix de découpage. En choisissant de clôturer le deuxième volet de la sorte, il s’assure que les spectateurs auront fortement envie de voir le troisième. Et l’introduction de ce dernier sera du coup rythmée et efficace. Bien sûr, c’est toujours un peu frustrant lorsqu’une intrigue n’est pas résolue avant la fin du film, mais ça ne me choque pas dans ce cas-ci. D’autant plus que La Désolation de Smaug est déjà très long sans l’épisode de la destruction de Lacville. L’inclure aurait donc pu l’alourdir, en plus d’alléger le dernier opus qui manque déjà de consistance vu le peu d’événements restants à adapter.

      Publié par Wolvy128 | décembre 21, 2014, 11:52
  7. J’ai du mal à y voir autre chose que du commercial, mais peut-être que ça vient de moi 🙂 J’avoue que je n’aime pas ces films en plusieurs épisodes qui ressemblent de plus en plus à des séries.
    Dans la bataille finale, j’ai trouvé aussi que le renfort surprise des Trolls ne servait finalement à rien. A un moment, on se dit qu’ils vont être trop forts à cause de ça puis ça tourne en eau de boudin.

    Publié par Basketo-Phil | décembre 22, 2014, 2:32

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :