★★★★☆, Critiques de Films

[Critique] Blue Valentine

Blue Valentine est la première réalisation de Derek Cianfrance. Il s’agit d’un drame mettant en scène Ryan Gosling et Michelle Williams dans le rôle de Dean et Cindy, un jeune couple marié et parent d’une petite fille. Le film s’intéresse à l’histoire d’amour du couple en exposant le contraste entre les premiers moments magiques passés ensemble et les derniers instants de bonheur quelques années plus tard. A ce titre, il ressemble sensiblement à 500 Jours Ensemble, de Marc Webb, dans sa façon réaliste de traiter du thème de l’amour. Effectivement, dans l’un comme dans l’autre, tout n’est pas rose et ne finit pas forcément très bien. Néanmoins, la comparaison entre les deux s’arrête là car Blue Valentine ne suit pas du tout la même direction. Ici, l’accent est mis sur deux périodes bien précises de la vie d’un même couple. Et autant dire tout de suite que la différence de comportement du couple entre les deux périodes est plutôt brutale. Cela montre que les gens peuvent changer avec le temps, ou en tout cas leurs sentiments peuvent changer si on veut être plus précis. C’est véritablement sur cet aspect que le film s’attarde. Et on ne peut s’empêcher de se demander comment ils ont pu en arriver là.

Dès le départ, le film a tendance à se placer du côté de Dean qui est le premier des deux que l’on découvre dans le couple. Et c’est tant mieux car c’est clairement le personnage le plus intéressant. En tout cas, c’est celui qui m’a le plus intéressé. Il nous apparaît directement comme un homme dévoué à sa femme et à sa fille. Il émane cependant de lui, qu’il le veuille ou non, une certaine image de looser qui contraste radicalement avec l’image du jeune homme qu’il était avant sa rencontre avec Cindy. Il aime profondément sa famille, au point de mettre ses propres envies au second plan. Et notamment son emploi, il n’est qu’un peintre de bâtiment ordinaire alors qu’il a un vrai potentiel artistique. Cette situation lui convient très bien mais pas à sa femme qui souffre de voir son mari s’éteindre progressivement.

La prestation de Ryan Gosling et Michelle Williams est juste sublime, ils portent magnifiquement le film. C’est à mon sens la grande qualité du film. Une même histoire avec d’autres acteurs n’auraient sans doute pas eu le même impact. On ressent parfaitement la détresse des deux personnages et même si on a tendance à être du côté de Dean, ils ont tous les deux leur tort dans l’histoire. Je salue d’ailleurs la performance de Michelle Williams qui arrive à nous rendre sympathique son personnage qui fait pourtant des choix assez douteux. Effectivement, contrairement à Dean, elle ne fait aucun effort et baisse constamment les bras, comme si aucun changement dans leur relation n’était possible. Son interprétation est toutefois intéressante car on arrive à comprendre pourquoi Dean est autant attaché à elle et pourquoi elle se comporte de cette façon avec lui.

Du point de vue de l’histoire, il n’y a rien de très original mais j’ai tout de même bien apprécié le traitement qui est fait. On ne nous livre pas toutes les informations dans l’ordre et ce n’est parfois que bien plus tard qu’un comportement ou une réplique prend son sens. Les dialogues sont d’ailleurs très bons et très efficaces. On saisit sans difficulté l’ampleur de chacun des mots utilisés et cela encore une fois grâce à la bonne prestation des acteurs. Le développement narratif qui est fait est relativement soigné et donne aux personnages beaucoup de profondeur. On a pas de mal à imaginer que le réalisateur ait réfléchi à ce film pendant une dizaine d’années quand on voit le résultat final. C’est vraiment un film qui a le souci du détail, à tout point de vue.

En définitive, je ne relève pas beaucoup de points faibles dans ce film si ce n’est peut-être une histoire qui manque d’originalité. Le film tire toutefois son épingle du jeu avec un traitement narratif intéressant et deux interprétations exceptionnelles qui donnent lieu à quelques scènes poignantes. Bref, c’est un film à voir.

À propos de Wolvy128

Créateur et rédacteur en chef du site. Passionné de cinéma depuis mon plus jeune âge, je profite de ce blog pour partager ma passion au quotidien.

Discussion

5 réflexions sur “[Critique] Blue Valentine

  1. Je suis trop jalouse! Je vouais le voir celui-ci! Il est sorti en dvd?

    Publié par Ashtray-girl | mai 10, 2011, 7:57
  2. Ah, quel plaisir de lire ton article. En effet, nous l’avons aimé de la même façon et je me retrouve aussi dans ta note et dans ce que tu en dis.

    Je vais t’ajouter de ce pas dans mes liens car je me rends compte que tu n’y étais pas alors que j’avais déjà fait plusieurs passages ici 🙂

    Publié par Wilyrah | mai 12, 2011, 7:39
  3. Je suis d’accord avec ta critique, j’ai vraiment beaucoup aimé Blue Valentine mais j’ai trouvé le personnage de Cindy autant intéressant que celui de Dean, son passé est assez trouble quand on y pense…mais c’est vrai qu’on a tendance à être de son côté à lui. Vraiment superbe film, dommage qu’il ne soit pas encore sorti !

    Publié par Anaïs | mai 31, 2011, 3:56
  4. J’ai adoré le film mais il est vraiment difficile de suivre cette histoire sans se demander, comme vous le faites, « comment ils en sont arrivés là? ». Avant de lire votre critique je venais de lire un texte d’une psy sur Blue Valentine, il y a pas mal de points qui font mouche (en tous cas pour moi!…). Compliqué à résumer, à ceux à qui cela intéresserait je me permets de coller l’adresse : http://malvinezalcberg.com.br/blog_fr/

    Publié par rose72 | juillet 23, 2011, 8:01

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :