★★★☆☆, Critiques de Films

[Critique] L’Adieu

Lorsqu’ils apprennent que Nai Nai, leur grand-mère et mère tant aimée, est atteinte d’une maladie incurable, ses proches, selon la tradition chinoise, décident de lui cacher la vérité. Ils utilisent alors le mariage de son petit-fils comme prétexte à une réunion de famille pour partager tous ensemble ses derniers instants de bonheur. Pour sa petite fille, Billi, née en Chine mais élevée aux États-Unis, le mensonge est plus dur à respecter. Mais c’est aussi pour elle une chance de redécouvrir ses origines, et l’intensité des liens qui l’unissent à sa grand-mère.

Inspiré de la vie de la réalisatrice Lulu Wang, L’Adieu (The Farewell en VO) est une douce comédie dramatique autour des thèmes de la famille et du deuil. A travers le mensonge élaboré par les proches de la mère/grand-mère pour la préserver du malheur, le film interroge effectivement notre rapport à la mort, en y ajoutant de surcroît une véritable réflexion culturelle puisque, bien que d’origine chinoise, une partie de la famille a adopté un mode de vie occidental. Il en découle dès lors un choc des cultures fascinant, opposant la société chinoise, qui privilégie le groupe à l’individu (et encourage donc le mensonge), à la société américaine, qui défend quant à elle la liberté de l’individu (et soutient donc la vérité). Malheureusement, aussi intéressant soit le sujet sur le papier, le traitement qui en est fait manque cruellement de consistance. En effet, si quelques scènes du long-métrage laissent bien poindre le potentiel du récit, l’ensemble reste malgré tout bien trop gentil que pour passionner, échouant totalement à insuffler une réelle profondeur à l’histoire.

Cela dit, il faut reconnaître à la cinéaste/scénariste la pudeur avec laquelle elle conte son histoire. En choisissant d’installer une certaine distance dans son cadre, et de multiplier les vraies moments de comédie entre les personnages, elle évite en effet brillamment de sombrer dans l’écueil évident du pathos. Jamais larmoyant, le film trace ainsi sa route avec retenue, distillant l’émotion aux compte-gouttes. Néanmoins, il faut également l’admettre, cette distance empêche paradoxalement le film de véritablement décoller. Emprisonné dans un schéma répétitif jouant perpétuellement sur le contraste entre la joie de vivre de la grand-mère et la tristesse à peine dissimulée du groupe, le scénario passe clairement à côté du potentiel de son sujet. Pour autant, le long-métrage s’avère tout de même agréable, profitant notamment de la relation touchante entre Billi et Nai Nai, et de la superbe alchimie entre les actrices Awkwafina et Shuzhen Zao.

Porté par la belle complicité de ses actrices, L’Adieu se révèle donc être une douce comédie dramatique autour des thèmes de la famille et du deuil. Malgré quelques scènes très réussies et une réflexion sous-jacente intéressante, le film manque néanmoins d’une réelle profondeur pour véritablement marquer les esprits.

À propos de Wolvy128

Créateur et rédacteur en chef du site. Passionné de cinéma depuis mon plus jeune âge, je profite de ce blog pour partager ma passion au quotidien.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :