★★★★★, Critiques de Films

[Critique] Ready Player One

2045. Le monde est au bord du chaos. Comme la majeure partie de l’humanité, Wade Watts (Tye Sheridan), 17 ans, passe le plus clair de son temps dans l’OASIS, un univers virtuel où chacun peut vivre et être ce qui lui chante. Mais lorsque le fondateur de l’OASIS, James Halliday (Mark Rylance), meurt sans héritier, une formidable chasse au trésor est lancée : celui qui découvrira l’œuf de Pâques numérique dissimulé dans l’OASIS par son créateur remportera son immense fortune ! Multinationales et geeks s’affrontent alors dans une quête épique.

Adapté du roman éponyme d’Ernest Cline, qui a participé à l’élaboration du scénario, Ready Player One est un film de science-fiction, réalisé par Steven Spielberg, poussant à l’extrême le concept de réalité virtuelle pour conter une histoire d’une incroyable densité et richesse, tant sur le fond que sur la forme. Une histoire qui prend, certes, énormément de libertés par rapport au matériau d’origine mais qui en conserve, fort heureusement, toute l’essence.

Véritable claque visuelle, le long-métrage impressionne tout d’abord par ses immenses qualités formelles. Au-delà de la formidable direction artistique et du fabuleux travail effectué sur le son, on retiendra surtout ici l’élégance et la virtuosité de la mise en scène, qui parvient à conférer – en toute circonstance – une fluidité hors du commun aux images. De quoi offrir même aux scènes les plus frénétiques du film une lisibilité de tous les instants. Il ne suffit d’ailleurs que de la première séquence dans l’OASIS pour se rendre compte que l’on va assister à un grand spectacle sur le plan technique. Non seulement l’univers virtuel est d’une beauté à tomber par terre (superbes effets visuels), mais les nombreuses références de la culture populaire auquel il renvoie provoque également un doux sentiment de nostalgie. A ce titre, Steven Spielberg évite d’ailleurs judicieusement de tomber dans l’écueil du « fan service » grotesque, multipliant, certes, sans cesse les clins d’œil aux grands titres vidéoludiques, cinématographiques ou encore musicaux du siècle dernier, mais sans se contenter d’une reproduction basique, préférant au contraire s’en emparer pour mieux servir le récit et la narration.

Aussi impressionnante soit l’approche technique, le scénario de Ready Player One ne manque toutefois pas d’atouts. Derrière la façade purement divertissante se cache en effet un discours relativement complexe, et sombre, sur la virtualité des contacts humains et les dangers liés aux évolutions technologiques. Il est d’ailleurs intéressant de constater que, par l’intermédiaire du personnage de James Halliday, véritable prolongement de Spielberg, le cinéaste américain prône un certain retour à la réalité réelle. Pour autant, il ne renie jamais non plus l’importance de l’imaginaire dans la construction individuelle. C’est ce propos tout en nuances qui fait indéniablement le charme du film. Un film qui réussit également le pari de s’inscrire parfaitement dans notre époque, tout en anticipant brillamment les grandes problématiques à venir. Un accomplissement de taille compte tenu du faible nombre de blockbusters qui réussissent aujourd’hui à concilier divertissement et réflexion. On pourra bien sûr regretter le manque de développement dont souffre certains personnages secondaires, mais le défaut paraît bien maigre au regard des nombreuses qualités de l’ensemble. Pour finir, côté casting, outre Tye Sheridan, toujours aussi convaincant, on appréciera sinon les prestations engagées de Ben Mendelsohn et Olivia Cooke.

Véritable tour de force visuel, Ready Player One s’impose donc comme un blockbuster aussi spectaculaire que divertissant. Pétri de références de la culture populaire, le dernier film de Steven Spielberg exploite brillamment le concept de réalité virtuelle pour mettre en scène une histoire d’une incroyable richesse. Un tourbillon d’émotions de plus de 2 heures dont on ressort, certes un peu sonné, mais terriblement euphorique !

À propos de Wolvy128

Créateur et rédacteur en chef du site. Passionné de cinéma depuis mon plus jeune âge, je profite de ce blog pour partager ma passion au quotidien.

Discussion

2 réflexions sur “[Critique] Ready Player One

  1. Je valide à 100% ! Enorme claque visuelle, histoire passionnante, des comédiens au top… Du très grand Spielberg !

    Publié par cinemathequedeclelia | mars 29, 2018, 2:30

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :