★★☆☆☆, Critiques de Films

[Critique] The Only Living Boy in New York

Thomas (Callum Turner), fraîchement diplômé, est étouffé par la vie confortable de ses parents. Tout change néanmoins lorsqu’il découvre que son père (Pierce Brosnan) a une aventure avec une jeune femme (Kate Beckinsale) à la beauté subjuguante. Thomas veut protéger sa mère fragile (Cynthia Nixon), mais il est de plus en plus obsédé par l’aventure de son père, et par sa jolie maîtresse en particulier.

Après le touchant Mary, un peu plus tôt dans l’année, le réalisateur de (500) Jours Ensemble, Marc Webb, persiste dans le drame (romantique) avec The Only Living Boy in New York, fable immorale prenant place dans la « Big Apple ». Malheureusement, si le long-métrage n’est pas dénué de certaines qualités, il peine toutefois à convaincre pleinement, la faute principalement à un scénario manquant nettement de profondeur.

Le script ne profite effectivement jamais de la densité de sa narration pour composer des personnages complexes, ceux-ci étant pour la plupart assez caricaturaux et/ou fonctionnels. Ainsi, à l’exception du vieil écrivain, formidable Jeff Bridges, et du jeune new-yorkais, convaincant Callum Turner, les autres protagonistes manquent cruellement de substance, se cantonnant à un rôle seulement utilitaire dans le récit. Difficile donc de se laisser vraiment emporter par la petite amie artiste, l’amante sexy, le père businessman ou la mère malade, tous donnant l’impression de n’être finalement là que pour mettre en valeur le héros. Un défaut malheureusement renforcé par la bêtise des dialogues, certains échanges sonnant affreusement faux, gangrenés par une intention trop perceptible et une sincérité fuyante. Pourtant, c’est paradoxalement grâce à ses dialogues que le long-métrage délivre aussi ses plus belles scènes et offre ses plus beaux moments d’introspection.

Malgré les limites évidentes du scénario, la construction narrative quelque peu alambiquée de l’histoire maintient tout de même sans difficulté l’intérêt pendant une heure et demie. L’intrigue est en effet plutôt efficace et s’apparente, toute proportion gardée, à celle d’un thriller. A la manière d’un thriller, le film se conclut d’ailleurs sur un twist, certes gratuit (tout ça pour ça), mais néanmoins relativement inattendu, et surtout en totale résonance avec la narration utilisée depuis le début. En cela, The Only Living Boy in New York se distingue clairement de la masse et mérite le coup d’œil. Enfin, côté casting, Jeff Bridges et Callum Turner étant les seuls à bénéficier de personnage correctement écrit, il n’est pas étonnant de constater que tous les autres acteurs restent globalement en retrait. On retiendra néanmoins la présence intéressante de Kate Beckinsale, qui n’a vraiment pas besoin de forcer son talent pour être crédible dans ce type de rôle.

En conclusion, The Only Living Boy in New York est donc un drame faiblard qui vaut surtout pour la singularité de son traitement. Très inégal en termes d’écriture et d’interprétation, le film puise sa principale force dans la densité de sa narration. Dommage que cela ne suffise pas à contrebalancer tous les défauts.

À propos de Wolvy128

Créateur et rédacteur en chef du site. Passionné de cinéma depuis mon plus jeune âge, je profite de ce blog pour partager ma passion au quotidien.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :