★★★★☆, Critiques de Films

[Critique] Grave

Dans la famille de Justine (Garance Marillier), tout le monde est vétérinaire et végétarien. A 16 ans, elle est une adolescente surdouée sur le point d’intégrer l’école véto où sa sœur ainée est également élève. Mais, à peine installés, le bizutage commence pour les premières années. On force Justine à manger de la viande crue. C’est la première fois de sa vie. Les conséquences ne se font pas attendre. Justine découvre sa vraie nature.

Après un passage remarqué lors de la Semaine de la Critique du Festival de Cannes 2016, suivi de diverses présentations dans des festivals américains (Toronto, Chicago, Sundance notamment), Grave est sorti sur nos écrans en mars dernier, non sans parfois susciter de violentes réactions chez certains spectateurs. Aujourd’hui, le film débarque en vidéo, me donnant ainsi l’occasion de le rattraper et de lui consacrer une critique.

Premier long-métrage au cinéma de la réalisatrice/scénariste Julia Ducournau, Grave est un film choc qui, malgré ses éventuelles maladresses, a l’ambition d’aller au bout de ses partis pris, tant formels que scénaristiques. Une ambition qui fait assurément partie de ses (nombreuses) qualités, ce genre de cinéma nous ayant habitué par le passé à des œuvres fortement convenues et calibrées. Ce que n’est jamais Grave, la réalisatrice ne censurant jamais sa vision. A travers la triple initiation de Justine (étudiante, sexuelle et cannibale), le récit aborde ainsi de manière brutale la perte de l’innocence, catalysée ici par la frénésie de la chair, angle certes pas novateur mais permettant, lorsqu’il est employé sans concession, d’élargir les enjeux et d’oser toutes les scènes. Si certaines séquences marquent les esprits par leur violence graphique, toutes se révèlent en effet cohérentes par rapport au scénario. Un scénario plutôt simple au demeurant mais qui s’avère au final particulièrement dense, chaque choix étant minutieusement réfléchi pour assurer l’impact émotionnel adéquat aux scènes culminantes du film.

D’un point de vue purement scénaristique, on appréciera également l’écriture subtile de l’héroïne. Malgré la fièvre sanglante qui l’anime, celle-ci ne cesse effectivement jamais de susciter l’empathie. Un facteur important, voire même primordial, pour ne pas perdre le spectateur en route. Cette profondeur narrative ne serait toutefois rien sans l’interprétation magistrale de Garance Marillier. Véritable révélation du film, la jeune actrice impressionne par sa justesse et son intensité. Éblouissante de sincérité, elle se montre convaincante dans toutes les phases de mutation de son personnage. Au point d’ailleurs de rendre l’extraction d’une scène plutôt qu’une autre particulièrement difficile pour illustrer son talent. De celle du cauchemar à celle du dépucelage (extraordinaire), en passant par celle de la peinture, toutes expriment à merveille son fantastique travail effectué sur le corps. Un travail transcendé par la mise en scène de Julia Ducournau. Terriblement organique, celle-ci accompagne l’héroïne au plus près, parvenant aussi bien à retranscrire l’effervescence d’une première soirée arrosée que l’angoisse d’un bizutage nocturne.

Avec Grave, Julia Ducournau signe donc un premier film fiévreux, organique, électrisant et complètement désinhibé. Emmené par la révélation Garance Marillier, le long-métrage compense ses quelques faiblesses par une ambition folle, totalement assumée, et une mise en scène parfaitement maîtrisée. Un mélange des genres réjouissant dans un cinéma qui manque cruellement de véritables propositions.

À propos de Wolvy128

Créateur et rédacteur en chef du site. Passionné de cinéma depuis mon plus jeune âge, je profite de ce blog pour partager ma passion au quotidien.

Discussion

3 réflexions sur “[Critique] Grave

  1. Bonjour,

    Selon moi, Grave est un film terriblement dérangeant et malsain. La première réalisation de Julia Ducournau ne manque pas d’originalité. Le dénouement de l’histoire a pris une tournure inattendue. La performance de l’actrice Garance Marillier était plutôt pas mal !

    À bientôt !

    Publié par Arielle | août 8, 2017, 2:14
  2. Je suis d’accord, pour que le spectateur ne soit pas rebuté il était important qu’on est de l’empathie pour le personnage, sinon le film n’aurait pas marché. C’est grâce à l’écriture mais aussi à cette super découverte qu’est l’actrice, une sorte de femme enfant complètement effrayante de charisme!

    Publié par MarionRusty | août 10, 2017, 11:09

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :