★★★★★, Critiques de Films

[Critique] American Sniper

Affiche american sniperTireur d’élite des Navy SEAL, Chris Kyle (Bradley Cooper) est envoyé en Irak dans un seul but : protéger ses camarades. Sa précision chirurgicale sauve d’innombrables vies humaines sur le champ de bataille et, tandis que les récits de ses exploits se multiplient, il décroche le surnom de « La Légende ». Cependant, sa réputation se propage au-delà des lignes ennemies, si bien que sa tête est mise à prix et qu’il devient une cible privilégiée des insurgés. Malgré le danger, et l’angoisse dans laquelle vit sa famille, Chris participe à quatre batailles décisives parmi les plus terribles de la guerre en Irak, s’imposant ainsi comme l’incarnation vivante de la devise des SEAL : « Pas de quartier ! » Mais en rentrant au pays, Chris prend conscience qu’il ne parvient pas à retrouver une vie normale.

Sorti le jour de Noël aux États-Unis, la dernière réalisation de Clint Eastwood affole littéralement les compteurs sur le sol américain avec déjà plus de 300 millions de dollars de recettes à l’heure où j’écris cette critique. Un succès public auquel se joint toutefois une polémique grandissante un peu partout dans le monde, certains spectateurs y voyant en effet un film de propagande, légitimant la guerre en Irak et les actions de Chris Kyle. Et pourtant, à mon humble avis, la polémique n’a absolument pas lieu d’être puisque Clint Eastwood ne fait finalement que dresser le portrait glacial d’un Texan infiniment patriotique, éduqué depuis son plus jeune âge à protéger son pays et à défendre sa famille. Une famille aussi, et surtout, symbolisée ici par ses frères d’armes qui constituent sa préoccupation première sur le champ de bataille. Son seul regret après coup sera d’ailleurs de ne pas avoir pu en sauver davantage. Au contraire de ses nombreuses victimes dont il juge chacun de ses tirs clairement justifiés.

Photo bis american sniperAlors bien sûr, le récit est dépourvu de toute nuance et empreint d’un manichéisme exacerbé, présentant les américains comme les sauveurs de la nation et les irakiens comme une bande de sauvages et de terroristes. Mais le film ne glorifie en aucun cas cette simplification du conflit, il s’attache simplement à décrire, aussi radicalement que possible, l’état d’esprit de Chris, et interroge de ce fait la viabilité d’un système capable de conditionner un individu au point qu’il accepte d’aller risquer sa vie au bout du monde avec pour seule préoccupation la protection de son pays et de sa famille. Quid des motivations? Quid des considérations géopolitiques? Quid des enjeux économiques? Le long-métrage n’en parle pas car ce sont des considérations que Chris Kyle n’envisage jamais. En ce sens, le film est particulièrement subtil, et il est dès lors extrêmement important de pouvoir différencier ce qu’il montre et ce qu’il dit. Ainsi, il ne s’agit pas d’un film sur le mouvement patriotique d’un soldat américain sans cœur, mais d’un film sur un homme totalement rongé par la pensée et les valeurs de son pays.

Photo american sniperSon statut de héros acquis en Irak s’effrite d’ailleurs largement au contact de sa femme, formidable Sienna Miller, dont la simplicité du quotidien contraste nettement avec la violence du terrain. Par ses interactions, les incohérences de ses choix se révèlent et son mal-être se fait sentir, le personnage n’arrivant tout simplement pas à gérer sa vie de famille alors que la guerre fait toujours rage à l’extérieur. C’est là où Bradley Cooper est vraiment très bon car il parvient brillamment à retranscrire l’état psychologique (et physique bien sûr) de Chris, ainsi que l’influence dramatique de chaque séjour en Irak sur sa personne. Charismatique comme jamais, l’acteur livre une interprétation puissante et habitée. A ses côtés, la trop rare Sienna Miller est excessivement juste et apporte au long-métrage la touche d’émotion qui lui faisait défaut. Qui plus est, elle joue un rôle crucial dans la réflexion que peut susciter le film. Enfin, la mise en scène de Clint Eastwood est une nouvelle fois exemplaire et nous offre quelques séquences aussi intenses qu’efficaces.

Avec American Sniper, Clint Eastwood signe donc un drame d’action puissant, dérangeant, et beaucoup plus subtil qu’on pourrait le croire au départ. Porté par un Bradley Cooper impressionnant en sniper patriotique, le film décrit de façon radicale la trajectoire d’un homme complètement gangrené par la pensée et les valeurs de son pays.

À propos de Wolvy128

Créateur et rédacteur en chef du site. Passionné de cinéma depuis mon plus jeune âge, je profite de ce blog pour partager ma passion au quotidien.

Discussion

9 réflexions sur “[Critique] American Sniper

  1. D’accord avec ton analyse ! Je n’ai pas du tout adhéré aux critiques sur le « patriotisme » de Clint, parce que le film prend le point de vue de Kyle, qui ne se pose même pas la question de savoir si la guerre est légitime. Il a été élevé pour être un chien de berger, il protège les siens, sans réfléchir plus que ça.

    Pas fan des films de guerre, mon attente sur ce film était la dimension évolution psychologique du « héros ». J’ai adoré le début, quand Kyle devient un soldat. Je suis davantage resté sur ma faim après.

    Je suis d’accord avec toi sur l’aspect « plus subtil qui n’y parait ».

    Par contre, j’ai été particulièrement choqué par quelque chose : le film n’était pas interdit aux -12. Je trouve ça honteux.

    Publié par Basketo-Phil | février 26, 2015, 11:04
    • Oui c’est ça, il n’y aucun point de vue si ce n’est celui de Chris Kyle. Du coup, la polémique n’a pas lieu d’être car Clint Eastwood ne légitimise en aucun cas ce que le film montre, il ne fait que décrire le cheminement du personnage et interroge de ce fait la viabilité du système.

      Pas fait attention à l’absence d’interdiction au -12 ans sinon. C’est vrai que le film me paraît suffisamment violent et explicite que pour mériter ce type de classification.

      Publié par Wolvy128 | février 26, 2015, 11:21
  2. Complètement d’accord avec toi : Excellent film de Clint Eastwood, un des meilleurs qu’il ait réalisés ces derniers temps. Mieux vaut d’ailleurs que les gens se précipitent pour aller voir « american sniper » (et se faire leur propre opinion sur le prétendu fascisme des images) plutôt que l’adaptation fadasse et peudo SM d’un best seller de clittérature pour desperate housewives. Il me semble qu’on est effectivement ici bien loin de la propagande. Eastwood a d’ailleurs consacré un film entier sur les effets pervers de la propagande en temps de guerre (flags of ou fathers). S’il paraît manichéen, c’est parce que le récit est toujours pris du point vue US, et d’ailleurs ce qu’il montre de ces héros « sauveurs de la nation » n’est pas très glorieux : des militaires surentraînés nourris à la Bible et aux Comic books (beau portrait de l’Américain moyen) qui se lancent dans des opérations hasardeuses où ils se font rosser à chaque fois. Un petit retour arrière cinéphile permet une comparaison avec « sergent York » d’Howard Hawks (même interrogation mystique, même histoire de tireur d’élite devenu une légende, mais de la Première Guerre Mondiale cette fois), qui délivrait pour le coup un vrai message va-t-en-guerre (le film a été réalisé avant Pearl Harbor et invitait le pays à rejoindre l’Entente). Deux traitements similaires en surface, mais profondément différent dans leur finalité profonde.

    Publié par princécranoir | février 27, 2015, 9:42
    • Content qu’on soit du même avis sur ce film Princecranoir, je ne m’y attendais pas. Et je te rejoins totalement, il s’agit aussi pour moi de la meilleure réalisation de Clint Eastwood depuis au moins 6 ans. J’espère que les spectateurs iront plus loin que cette polémique orchestrée par les médias et certains mouvements politiques car le film est vraiment intéressant.

      Publié par Wolvy128 | février 27, 2015, 3:20
  3. J’ai fait a peu près la même analyse que toi.
    Moi aussi au 1er abord j’ai trouvé que le film faisait très (trop) patriotique, mais dès que tu y réfléchis le fait que ce soit la vision de Kyle et non celle du réalisateur s’impose… Je ne comprend pas trop comment des « critiques » ne voient pas cet aspect… M’enfin…
    Le film est bien plus profond qu’il n’y parait de part la transcription telle quelle de la pensée de Kyle.
    Un excellent film et une très bonne critique 😉

    Publié par Grand Bâton | mars 2, 2015, 6:13
  4. Salut Wolvy, je suis allé voir hier soir cet American Sniper tant divisé
    Tout d’abord, mes félicitations pour cette critique concise et très bien contextualisée !
    J’hésitais bien entre 8 et 9 pour ce film, autant la réalisation de Clint Eastwood est sobre dans le style mais diablement rythmée et prenante, autant les subtilités du conflit coïncident parfaitement avec l’esprit du personnage comme tu le signales.
    Personnellement, j’ai rarement ressenti autant de tension lors d’un film d’un guerre moderne, plus particulièrement lors de la scène du tempête du désert qui m’a tellement scotché sur le siège qu’il m’était assez difficile de retourner à la vie normale. En réalisant ce film, on sent également que Clint voulait faire se plaisir et faire plaisir le spectateur en nous menant dans un véritable champ de bataille réaliste et inquiétant. Question film de tireurs snipers, je pense donc qu’il est tout simplement le meilleur de ce que j’ai vu, passant devant Stalingrad.
    Avec quelques libertés prises sur le devenir de Chris Kyle et en jouant plus sur son passé psychologique, on aurait pu avoir un final vraiment flamboyant d’émotion à mon goût. Toutefois, l’ambition du traitement de la personne est très juste et bien faite : c’est fou comme chaque scène est maîtrisée sans excéder dans la violence outrancière ni même dans l’exagération d’un contenu plus adulte.
    Par contre, j’ai trouvé que l’actrice Sienna Miller est plutôt touchante dans son rôle et je l’ai justement plutôt vu comme le deuxième personnage principal du film.
    Dernière chose, à travers son propos le film réussit à montrer des horreurs de guerre et à-côtés qu’ils le permettent de vraiment se démarquer. Il y a un an on avait vu Du Sang et des Larmes qui à mon sens est clairement trop explicite, facile, et moins bien ficelé que American Sniper, mais qui restait toutefois un bel hommage.

    Publié par Kazura | mars 16, 2015, 7:52
    • Salut Kazura ! Pas grand-chose à ajouter car je suis une nouvelle fois globalement d’accord avec tout ce que tu dis.

      Sache d’abord que j’ai également hésité longuement entre 8 et 9 pour ma note. Et même si je me suis finalement arrêté à 8, il n’est pas impossible que je rehausse mon appréciation lors du revisionnage en Blu-ray car plus j’y pense, et plus je me dis qu’il s’agit tout de même d’un des films les plus aboutis et marquants de l’année. Il m’a vraiment travaillé pendant quelques jours.

      Sur la forme, c’est assez remarquable de maîtrise et d’efficacité. Comme toi, j’ai trouvé la tension des situations extrêmement bien retranscrite. Alors que sur le fond, le long-métrage est diablement intéressant par tout ce qu’il dénonce sans avoir l’air d’y toucher. Si ce n’est pas de la subtilité, je ne sais pas ce que c’est. Bien sûr, il aurait pu être plus nuancé mais le quotidien de Kyle n’était pas forcément nuancé, et c’est justement en collant au plus près de sa vie et de sa psychologie que les contradictions éclatent.

      Quant à Sienna Miller, j’ai adoré sa prestation qui est à mon sens indispensable à l’intérêt du film. Non seulement elle apporte une belle touche d’émotion mais elle contribue aussi grandement à la réflexion que le film suscite. Puis elle est magnifique et, actrice anglaise oblige, je fonds à chacune de ses interviews lorsqu’elle parle^^. C’est une actrice un peu sous-estimée et j’espère sincèrement que American Sniper lui permettra de faire enfin décoller sa carrière. A part dans The Edge of Love, je ne me rappelle d’ailleurs pas de réalisations notoires dans lesquelles j’ai pu la voir.

      Enfin, j’avais plutôt aimé Du Sang et des Larmes l’année passée mais je trouve que les deux films n’ont vraiment pas la même ambition, ni la même finalité. Difficile donc de les comparer.

      Publié par Wolvy128 | mars 16, 2015, 11:45
  5. Un vrai chef d’œuvre ce film.

    Publié par Justinb | novembre 6, 2016, 10:24

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :