★★★★★, Critiques de Films

[Critique] Trust

Trust est le second film de David Schwimmer, que l’on connaît tous pour son rôle de Ross dans la série Friends. L’histoire s’intéresse à Annie (Liana Liberato), une jeune fille de 14 ans issue d’une famille américaine tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Pour son anniversaire, ses parents lui offrent un ordinateur. C’est alors qu’elle va faire la connaissance de Charlie sur internet, un jeune homme passionné de volleyball, comme elle. Rapidement, les séances de chat laissent place à des coups de téléphone et après plusieurs semaines d’échanges en ligne, Annie se sent de plus en plus attirée et fascinée par Charlie, même si elle réalise peu à peu qu’il n’est pas celui qu’il prétend être… A noter qu’au-delà de l’actrice principale, le film réunit également Clive Owen et Catherine Keener dans le rôle des parents d’Annie.

Malgré qu’il soit sorti il y a déjà quelques mois aux États-Unis, c’est le premier film de 2012 que je vois et quel film ! Je m’attendais à quelque chose d’ennuyeux et d’un peu moralisateur sur les bords et il n’en fut vraiment rien. Je suis rentré dedans dès les premières minutes pour ne plus décrocher jusqu’à la fin. Une fin d’ailleurs très bouleversante, à l’image du film dans son ensemble. Très franchement, je ne pensais pas que j’allais autant accrocher à une telle histoire. Avec le recul, j’explique cet intérêt par le caractère très réaliste du film qui renforce beaucoup l’impact des scènes, quelle que soit leur nature. Du coup, on plonge immédiatement dans la vie de cette famille ordinaire dans laquelle tout un chacun peut se reconnaître. Et progressivement, on prend conscience du piège qui se referme peu à peu sur Annie, l’amenant à rencontrer ce dénommé Charlie. Une rencontre pour le moins déconcertante et malsaine devant laquelle on reste tout simplement sans voix, un peu comme Annie dans le motel. Honnêtement, c’est le genre de séquence qui provoque un sentiment assez indescriptible dont il est très difficile de se défaire tellement ça reste gravé en mémoire. Mais la grande force du film est qu’il ne s’attarde justement pas sur cette rencontre (et le viol qui suit), ni sur toute la manipulation psychologique qui précède cet instant, mais plutôt sur les conséquences d’un tel acte sur une famille que rien ne préparait à cela.

Je ne vais pas trop rentrer dans les détails afin de ne pas gâcher l’intérêt du film pour ceux qui ne l’ont pas encore vu mais je peux en tout cas dire que j’ai vraiment apprécié l’évolution des personnages face à cet événement tragique qui les a tous changés d’une certaine façon. Mais parmi tous les membres de la famille, c’est sans aucun doute Annie qui m’a le plus touché. Pour un premier film, je dois dire que l’actrice Liana Liberato m’a complètement bluffé ! Malgré son jeune âge, j’ai trouvé son jeu à la fois intense et très mature. Tout au long du film, j’étais en empathie constante avec son personnage, que ce soient dans les moments un peu déroutant qui suivent la rencontre, et où elle ne se considère absolument pas comme une victime, ou dans les derniers instants du film où elle prend réellement conscience de ce qu’elle a subi. C’est juste bouleversant ! A ses côtés, j’ai également trouvé la prestation de Catherine Keener et Clive Owen assez grandiose, avec toutefois une petite préférence pour ce dernier qui a réussi à m’émouvoir. En effet, j’ai vraiment été touché par ce père envahi par la colère de n’avoir pas pu protéger sa fille et obnubilé par cette volonté de retrouver l’agresseur au point d’en oublier d’être tout simplement présent pour elle. A ce titre, la séquence finale entre les deux est absolument remarquable.

Bref, vous l’aurez compris, Trust est mon premier gros coup de cœur de cette année. C’est clairement le genre de film dont on ne ressort pas tout à fait indemne. En effet, on continue toujours d’y penser après le générique et même des mois après, on s’en souvient encore. Poignant, bouleversant, dérangeant, émouvant, voilà autant de mots qui peuvent caractériser ce chef d’œuvre. A voir de toute urgence, vous ne le regretterez pas !

À propos de Wolvy128

Créateur et rédacteur en chef du site. Passionné de cinéma depuis mon plus jeune âge, je profite de ce blog pour partager ma passion au quotidien.

Discussion

7 réflexions sur “[Critique] Trust

  1. Entièrement d’accord. « Trust » a cette force de nous faire éclater en pleine face une réalité que l’on connaît mais que l’on a parfois du mal à appréhender. Le fait que le film ne s’intéresse pas plus que ça à la manipulation à proprement parler, mais plus à « l’après » va à contre courant de ce que l’on voit souvent, à savoir finir sur la scène choquante (même si le dernier plan est absolument terrifiant, Schwimmer remuant le couteau dans la plaie alors qu’on commençait à souffler). C’est très intelligent, car le viol en lui-même n’est que le début de l’horreur.

    Publié par Squizzz | janvier 23, 2012, 11:27
    • Bien d’accord avec toi ! D’ailleurs si le film a eu autant d’impact sur moi, c’est essentiellement parce qu’il était crédible et réaliste. Du coup, les différents sentiments que je pouvais éprouver étaient largement décuplés. Quoi qu’il en soit, je suis vraiment content que tu lui aies consacré une critique sinon je serai sans doute passé à côté. Et vu mon ressenti, ça aurait été une grosse perte. 😉

      Publié par Wolvy128 | janvier 24, 2012, 12:07
  2. Je ne suis pas aussi enthousiaste que toi, mais il y a de bonnes choses dans ce « Trust ». Pas mal Schwimmer, pas mal !

    Publié par David T | janvier 23, 2012, 11:34
  3. Enfin une excellente critique de ce putain de film totalement ignoré par la trikite. Chapeau.

    Publié par ASBAF | avril 15, 2012, 1:38

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :